L’histoire à la télévision publique sous Delphine Ernotte

Le 23 avril 2015, Delphine Ernotte était élue par le CSA à la tête de France Télévisions. Cette élection avait alors provoqué une polémique, elle était accusée d’être le fruit d’une procédure opaque voire irrégulière. Je ne me prononcerai pas sur ce point sur lequel je n’ai que peu d’informations. Notons néanmoins que Delphine Ernotte est la première femme à accéder à ce poste et qu’elle défend des positions féministes sur l’égalité professionnelle homme-femme, ce qui est déjà une nouveauté bienvenue.

Revenons maintenant à ce que nous connaissons mieux, c’est-à-dire la représentation de l’histoire à la télévision. L’arrivée de Delphine Ernotte s’est-elle traduite d’une quelconque manière sur ce plan ? Il semble bien que oui.

Je l’avais d’abord noté d’un point de vue personnel. Après avoir été contactée, du temps de Rémy Pflimlin,  par la rédaction de Secrets d’histoire pour participer à l’épisode intitulé « Louis XVI, l’inconnu de Versailles », j’en avais finalement été écartée parce que, dixit, je critiquais Stéphane Bern. Je suppose qu’il fallait reconnaître dans cette allusion ma participation aux Historiens de garde. Aussi, ma surprises fut grande lorsque, quelques mois plus tard, la même rédaction me recontactait pour me proposer de « dire du mal de Louis XIV » pour l’épisode « Louis XIV, le roi est mort, vive le roi ! » diffusé en septembre 2015. J’avais bien sûr refusé car, au-delà de la consigne pour le moins simpliste qui m’était donnée, je n’ai pas vocation à m’exprimer sur des sujets sur lesquels je ne mène pas de recherche et sur lesquels je n’ai donc rien à apporter. Entre les deux appels, Delphine Ernotte était arrivée à France Télévisions, l’épisode sur Louis XVI avait été diffusé et, en mai 2015, Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière avaient adressé à la nouvelle présidente du groupe public, une lettre ouverte critiquant l’émission de Stéphane Bern, dont l’épisode Louis XVI apparaissait comme emblématique des « contenus idéologiques de ces émissions et [du] choix très orienté des sujets ». Si elle n’y a pas répondu directement, il semble bien que Delphine Ernotte ait transmis la lettre à la rédaction de Secrets d’histoire. Cela expliquerait le second appel que j’ai reçu peu après. Dans la logique tout aussi simpliste que j’ai décrite dans la note précédente : ma posture critique sur le roman national devait m’apparenter, je suppose, aux soutiens de Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent, ma participation devait apparaître comme un gage donné suite à la lettre ouverte et démontrer une volonté d’ouverture de la rédaction à la nouvelle présidence de France Télévisions.

Les programmes récemment diffusés, de fait, ont marqué un certain recul de la représentation du roman national sur le service public. Cela se traduit surtout par des choix audacieux d’horaires de diffusion parfaitement impensables sous les précédentes présidences. Ainsi, le 10 mai 2016, pour la première fois, France Télévisions participait aux commémorations de l’abolition de l’esclavage en diffusant le docu-fiction Bois d’ébène de Moussa Touré et Jacques Dubuisson en prime-time sur France 2, soit la première chaîne du groupe et son horaire le plus convoité. Je ne me prononcerai pas sur le docu-fiction lui-même car je ne l’ai pas vu. Remarquons seulement que, en 2014 et 2015, la commémoration du 10 mai se déroulait uniquement sur France Ô et que, les années précédentes, elle avait pu, au mieux, aspirer à la troisième partie de soirée de France 3.

Afficher l'image d'origine
Photogramme extrait de « Bois d’ébène »

De même, le 16 mai 2015, la diffusion du documentaire Vichy, la mémoire empoisonnée de Michaël Prazan sur France 3, toujours en prime time, marque un autre tournant. En revenant sur la construction du mythe gaulliste de la France résistante, en contextualisant la théorie du « glaive et du bouclier » revenue dans le débat public à la faveur des propos d’Eric Zemmour, ce documentaire récuse la glorification de la France éternelle dont la télévision publique s’était faite l’une des propagandistes sans faille depuis quelques temps. C’est d’autant plus notable que le documentaire à la télévision traverse une grave crise depuis plusieurs années.

Photogramme extrait de « Vichy, la mémoire empoisonnée »

Ainsi, si certains historiens ont paru déçus (la divulgation des thèses de Paxton n’ayant bien sûr rien d’une nouveauté), il faut faire l’effort de replacer Vichy, la mémoire empoisonnée dans le temps télévisuel, ou plus particulièrement dans celui de France Télévisions. Il faut tout de même savoir que Apocalypse, décliné à l’envi depuis sa première diffusion en 2009, était devenu la référence incontournable du documentaire français. Le succès de ses ventes à l’international lui avait même permis de faire exister le documentaire français à l’étranger. Autant dire qu’un grand nombre de producteurs ne juraient plus que par lui. C’est à l’aune de ce contexte, et pas en se référant aux avancées historiographiques, que l’on mesure le mieux la valeur de ce qui se passe actuellement pour le documentaire historique à France Télévisions. Au demeurant, le roman national n’est pas pour autant enterré. Il y a fort à parier que les gaullistes angoissés par la diffusion de ce documentaire pourront se remettre de leurs émotions en regardant ce soir, le Secrets d’histoire intitulé « De Gaulle, le dernier des géants ».

Pour consulter mes précédents articles sur l’histoire à la télévision :

The French Revolution on TV in the New Millenium

et cet article, malheureusement disparu dans la mise à jour du site de l’IHRF, mais mis en ligne sur mon profil Academia, « L’Evasion de Louis XVI » : une leçon d’histoire paradoxale


2 réflexions au sujet de « L’histoire à la télévision publique sous Delphine Ernotte »

    1. Merci pour le lien d’archivage. Pour votre question, ça dépend de l’émission. Généralement, il y a l’idée qu’on a besoin d’un historien pour « faire sérieux » mais, en même temps, on redoute qu’il ne sache pas s’exprimer selon les codes télévisuels. Par conséquent, il risque d’ennuyer les téléspectateurs et les encourager à zapper. Pour « Secrets d’histoire », c’est encore plus particulier. L’émission est entièrement écrite avant l’intervention des historiens et l’écriture suit plus les codes scénaristiques que ceux du documentaire ou même du magazine d’information. Les ingrédients romanesques, les thèmes développés sont fixés et l’historien ne doit pas pouvoir les remettre en cause. Or, il arrive aussi très souvent que l’historien ne soit pas du tout d’accord avec l’orientation que l’on veut donner à son discours. De ce fait, au montage, l’équipe est contrainte de ne conserver qu’un passage extrêmement court de son intervention, celui qui est assez insignifiant pour ne pas venir remettre en question le cadre pré-écrit de l’émission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *