Archives par mot-clé : Christian VII

La visite de Christian VII de Danemark à Louis XV

Le week-end dernier, je suis allée visiter l’exposition Louis XV à Fontainebleau qui se tient au château de Fontainebleau jusqu’au 4 juillet prochain. A vrai dire, il s’agit plus exactement de Fontainebleau au temps de Louis XV, aucune véritable spécificité liée au règne n’est mise en avant et c’est assez décevant. D’autre part, comme dans la plupart des expositions en France, tout est toujours extrêmement consensuel. Par exemple, la visite de Christian VII de Danemark en France, en octobre-novembre 1768, devient totalement insignifiante. Or, comme je travaille actuellement à une communication sur Christian VII pour le workshop qui se tiendra à Glasgow à la fin du mois : Masculinity, Health and Medicine, j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant d’en donner ici un aperçu moins compassé.

C’est au début du mois d’octobre 1768 que Louis XV apprit l’intention du jeune roi de Danemark (19 ans) de lui rendre visite.  Celui-ci se trouvait alors à Londres, où il avait notamment rendu visite à sa belle famille qui l’avait reçu assez froidement.

Fichier:Christian d 7.jpg
Attribué à Alexandre Roslin, Christian VII, dernier tiers du XVIIIe siècle, Museum of National History at Frederiksborg Castle

Le 3 octobre, Christian écrivait donc à Louis XV

Monsieur mon frère. De tous les objets qui m’ont engagé à voyager hors de mes Etats, il n’y en a point qui m’intéresse davantage que celui de voir Votre Majesté, et de connaître par moi même un roi si grand, si glorieux et si révéré. Je lui demande pour cet effet, la permission de me rendre près d’elle. Si elle le veut bien et si sa réponse est telle que je me la promets de son amitié, je partirai sans délai, et je me hâterai de me mettre a portée de lui dire de vive voix combien et avec quels sentiments je suis, monsieur mon frère,

De Votre Majesté, bon frère

CHRISTIANUS

Le sang de Louis XV ne dut alors faire qu’un tour, comme nous le verrons plus loin. Celui-ci s’empressa néanmoins de lui répondre qu’il le recevrait avec plaisir :

Monsieur mon Frère. Vous devez être persuadé du plaisir que j’aurai de recevoir Votre Majesté a ma Cour et de faire personnellement connaissance avec elle. Je crois que la meilleure manière de montrer mon attention pour Votre Majesté, c’est après lui avoir marqué les égards qui lui sont dus, d’éviter soigneusement de l’importuner par une étiquette très nuisible à l’agrément lorsqu’on voyage. La circonstance malheureuse où je me trouve, interdit a ma Cour les amusements j’y suppléerai par mon empressement pour Votre Majesté a lui témoigner combien je désire dans cette occasion de vivre avec elle comme

Son bon frère et ami.1

Si cette réponse n’omet pas de mentionner le plaisir que Louis XV aurait à recevoir le monarque danois, elle lui marque aussi d’emblée qu’ils n’auront guère l’occasion de se voir et que, comme il ne saurait être question de fêtes éclatantes en cette période de deuil, l’ennui guettait à la cour de France. Cette dernière allusion n’était pas véritablement anodine dans la mesure où Christian avait la réputation de voyager pour s’amuser. Il avait particulièrement défrayé la chronique scandaleuse lors de ses passages à Amsterdam et à Londres. On notera également que la période de deuil pour Marie Leszczynska, décédée le 24 juin 1768, s’avérait bien opportune. Elle devait officiellement s’étendre jusqu’au 13 décembre. Mais il en fallait plus pour décourager Christian et il arriva bien à Fontainebleau le 24 octobre au soir, au grand dam de Louis XV.

Les lettre que ce dernier adressait au même moment à son petit-fils Ferdinand de Parme, laissent en effet peu de place au doute quant à l’état d’esprit dans lequel il recevait Christian.

Le 24 octobre, justement, il lui écrivait :

Le roi de Danemark arrive ce soir ici. Je vous manderai tout ce qui se sera passé, mais j’aimerais mieux que ce fut un autre prince.

Le 21 novembre, il lui adresse encore quelques lignes relatives au souper qu’il a donné à Christian à Versailles :

Le roi de Danemark est ici ; je lui donne à souper en nombreuse compagnie ; après quoi il s’en retourne à Paris. Il aura demain une fête chez le duc d’Orléans, et dimanche il va passer trois jours à Chantilly, chez le prince de Condé. Après quoi, il prendra congé de moi, et il compte partir le huit du mois prochain pour s’en retourner directement chez lui.

Comme on le voit, ce qui préoccupe essentiellement Louis XV, c’est le temps que Christian passera loin de lui. Il s’est arrangé pour que tous les princes du sang en aient leur part et il se réjouit déjà à l’idée de la date de son départ prochain.

Ferdinand n’ayant peut-être pas bien saisi à quel point il était heureux que Christian ait décidé de retourner directement au Danemark, Louis XV précise dans sa lettre du 28 novembre :

Vous vous passerez du roi de Danemark. Il part d’ici le 8 décembre pour retourner directement à Copenhague ; aussi votre Carême sera tranquille.

Tout risque n’est cependant pas écarté pour Parme, et Louis XV d’ajouter le 19 décembre :

C’est la convenance et la dépense qui font retourner tout de suite Sa Majesté danoise chez lui, mais je ne répondrais pas que, dans quelques années, il ne fit sa visite en Italie. 2

A vrai dire, Louis XV semble se trouver complètement terrifié à l’idée de devoir passer du temps avec le monarque danois. Lorsqu’il le rencontre pour la première fois, si l’on en croit une note du baron de Gleichen, alors ambassadeur du Danemark en France, c’est tout juste s’il lui a adressé la parole :

Lorsqu’il se présenta pour la première fois à Louis XV, ce monarque, qui n’avait jamais su adresser la parole à un nouveau visage, embrassa le roi de Danemark sans lui dire un mot, et se tourna vers le comte de Bernstorff pour lui parler, parce qu’il l’avait connu anciennement durant son ambassade en France. Le roi de Danemark sentit l’incongruité de cette réception, fit sur-le champ une pirouette en se tournant vers le duc de Choiseul qu’il aborda, et celui-ci sut bien vite attirer son maître à la conversation entamée avec le jeune monarque.

Néanmoins, Gleichen était un intime de Choiseul, alors Secrétaire d’Etats aux Affaires étrangères, et il est probable qu’il ait préféré flatté le ministre plutôt que le roi. Ce qui ne trompe pas, cependant, c’est qu’il a été remercié après le retour au Danemark, signe évident que l’attitude de la France n’avait pas eu l’heur de plaire à la monarchie danoise.

Ce que redoute surtout Louis XV, c’est de devoir se trouver seul avec Christian VII qui lui a demandé un tête-à-tête. Choiseul dut botter en touche en prétextant une incompatibilité de l’étiquette française. Là encore, c’était sans compter sur la persévérance du jeune roi. Après avoir été convié à souper avec Louis XV et une nombreuse assemblée de jolies dames le 24 octobre à Fontainebleau, Christian reçut une visite de courtoisie du Bien-Aimé le lendemain, accompagné des princes du sang et d’une nuée de courtisans. Il enleva littéralement Louis XV, comme le raconte Gleichen :

il le prit par la main, et, marchant fort vite, l’entraîna vers son cabinet dont il entr’ouvrit la porte, s’y glissa après lui et la referma à double tour. Tout cela se passa si lestement que le duc d’Orléans, poussé par la foule qui se pressait de suivre, heurta avec son gros ventre contre la porte

Le malaise de Louis XV tenait vraisemblablement à la réputation de folie du jeune roi. Quoique le Bien-Aimé ait été passionné de médecine et de chirurgie, en ce XVIIIe siècle qui cherche de plus en plus à contrôler la société et à la préserver de la folie, la maladie mentale avait un caractère terrorisant. Le programme qui lui fut préparé en France était d’ailleurs si chargé que Christian, s’il l’avait souhaité, n’eut que très rarement l’occasion de se livrer aux frasques qui avaient émaillé ses précédents séjours à l’étranger.

Du reste, évoquer sa folie était évidemment tabou. Gleichen rapporte encore

Madame de Choiseul, croyant que nous étions tout seuls, me dit : Votre roi est une tête, … , et moi, voyant un homme qui était derrière elle, je répondis en baissant les yeux : couronnée. Elle s’avisa tout de suite que quelqu’un nous écoutait : Pardon, me dit-elle, vous ne m’avez pas laissée achever, je voulais dire que votre roi est une tête qui annonce les plus belles espérances.4

1. Ces lettres sont conservées au Ministère des Affaires étrangères. Correspondance de Danemark, t. CLIII. Elles sont ici citées d’après l’article de Charles de Larivière, « Le roi de Danemark Christian VII à Paris en 1768 », Revue politique et parlementaire, 1908, t. LVII, p. 348-365.

2. Ces lettres sont retranscrites dans Philippe Amiguet, Lettres de Louis XV à l’infant  Ferdinand de Parme, Paris, Grasset, 1938, p. 110-120.

3. La note de Gleichen est extraite de Paul Grimblot, Souvenirs de Charles-Henri, baron de Gleichen, Paris, 1868,  p. XXXIV – XXXV.

4.  Ibid., p. 40-41.