Archives par mot-clé : Martigues

La rivalité entre Lagrenée l’aîné et Lagrenée le jeune

Les Lagrenée sont deux peintres frères, Louis-Jean François est l’aîné et Jean-Jacques le cadet. Ce qui les caractérise, c’est qu’ils ne sont absolument pas du même bord politiquement, le premier étant proche de Louis XVI et le second, de Marie-Antoinette. Cette opposition se traduit dans leurs tableaux. Et puisque j’ai consacré les deux précédents billets à l’aîné lors du Salon de 1781, voyons à présent comment s’est exprimé son petit frère lors du même évènement.

A priori, la plupart des toiles qu’il y a présentées semblent inoffensives. On y trouve un grand nombre de peintures religieuses. J’ai déjà dit que la peinture religieuse avait été très représentée au Salon de 1775, parce que Louis XVI entendait alors montrer que l’on était encore dans l’héritage du règne de Louis XV. Or ici, Lagrenée le jeune paraît répondre que, manifestement, la peinture religieuse était désormais bien partie pour être tout aussi populaire sous Louis XVI. En faisant cela, il se positionnait lui aussi par rapport à la correspondance amoureuse du roi. En effet, quand il s’agissait de séduire, Louis XVI était prêt à faire un effort pour s’intéresser à la religion. Ainsi, ceux qui le connaissaient bien ont dû être surpris de découvrir qu’il avait hameçonné Françoise Boze avec des conversations métaphysiques et que, pour lui complaire, il s’était même plongé dans saint Paul. Il n’avait toutefois pas manqué d’user surtout du texte de Paul pour le mettre au service de ses objectifs amoureux :

“je conviendrais avec st Paul qu’il n’y a d’heureux que ceux qui se réjouissent et qui rient, mais à propos, j’en ai lu quelque chose hier après mon souper, et j’ai vu, avec le plus grand plaisir, qu’il dit que la foi a empêché une amante d’espérer avec les incrédules. Je ne peux me refuser à le croire. Il rapporte le cœur de cette jolie femme. Elle s’appelle Rahab, mais il ajoute avec assez peu de charité que c’était une p….”

BNF Mss NAF 6574, sans date, f° 133-134.

On voit que la tentative était assez maladroite car il n’est pas certain que citer à Françoise le modèle de Rahab, qualifiée de putain par Paul, ait été l’argument le mieux à même de la convaincre.

Toujours est-il que cette partie de la correspondance a grandement intéressé Lagrenée le jeune puisqu’il consacre un tableau à la Conversion de saint Paul, la vue de Françoise par le roi ayant manifestement eu les mêmes conséquences pour lui que la vision de Paul sur le chemin de Damas. Destiné à la chartreuse de Montmerle, dans la Bresse, ce tableau était accompagné d’un Martyre de saint Étienne. Étienne signifiant “couronne”, il faut comprendre qu’il s’agit ici de la représentation d’un saint couronné, autrement dit, le roi.

Dans les deux tableaux, Paul et Étienne ont d’ailleurs un trait commun : un nez bourbonien très prononcé.

Les tableaux étant toujours exposés dans la Chartreuse, il n’est pas aisé d’en trouver des photographies très précises. Je vous invite à visiter le site des Amis des Orgues de Pont-de-Vaux pour en consulter des agrandissements. Néanmoins, ce qui frappe sur ces versions agrandies, c’est que les visages de presque tous les autres personnages sont bien plus flous, comme s’ils avaient été volontairement passés sous une couche de peinture sombre.  Il semble s’agir de vandalisme bien plus que d’usure, et même d’un vandalisme qui s’apparente à de l’iconoclasme. Mais pourquoi tant d’acharnement ? Probablement parce que si Lagrenée indiquait, à travers le nez, qu’il fallait reconnaître Louis XVI dans les personnages principaux, il fallait en déduire que les autres personnages étaient également des portraits. Et de quels portraits pouvait-il s’agir sinon de ceux des maîtresses de Louis XVI ? Elles devenaient les bourreaux de saint Étienne/Louis XVI parce que le roi avait semé la zizanie entre elles en trompant l’une avec l’autre.  Quant à Paul, c’est manifestement sous les traits de Françoise que lui apparaissait le Christ tandis qu’un personnage avec le visage de Lambriquet s’efforçait de relever le saint.

On n’avait peut-être pas l’identité de la nouvelle maîtresse du roi, mais on savait à quoi elle ressemblait, tel était le message de Lagrenée le jeune, message qu’il martela à travers les autres tableaux exposés au Salon. De la sorte, Lagrenée le jeune ruinait tous les efforts de son aîné qui, comme nous l’avons vu, s’était efforcé de dissimuler les traits de la nouvelle maîtresse de Louis XVI.

En envoyant ces tableaux dans une Chartreuse, Lagrenée ironisait aussi sur ces quelques mois, en 1776, Louis XVI avait prétendu jouer les saint Bruno, le fondateur des Chartreux, en jouant à l’aspiration et à la solitude et à la vertu. C’est à ce moment-là qu’il avait fait acheter les tableaux de la vie de saint Bruno par Eustache Le Sueur1. Toutefois , la conversion n’avait pas duré bien longtemps puisque, au cours de l’année 1777, le roi mettait Marie-Philippine Lambriquet dans son lit. Lagrenée rappelait donc que quand Louis XVI jouait les saints, c’est qu’il y avait une femme dans les parages, et la correspondance avec Françoise venait encore le confirmer.

En conséquence de tout cela, il est plus probable que ces tableaux ont été vandalisés sur ordre de Louis XVI. Un autre tableau de ce Salon, toujours par Lagrenée le jeune, a également fait l’objet de vandalisme mais d’une manière plus subtile, point que je souhaite aborder dans un billet suivant.

Le dernier point qu’il est important de souligner, c’est que le souvenir de ce vandalisme des tableaux de Lagrenée le jeune a été relativement vivace. Ainsi, on en trouve encore la trace à Martigues, dans la chapelle de l’Annonciade. A la fin de L’Intrigant (p. 468-469), j’explique que l’on peut y voir une fresque révolutionnaire mettant face à face un sans-culotte et sa compagne. Michel Vovelle a posé la question de savoir si ce sans-culotte pouvait être identifié comme Louis XVI, ce à quoi je réponds que c’est très certainement le cas et même que la compagne représentée n’est autre que Françoise Boze. Par ce qu’elle révèle : Louis XVI était révolutionnaire et il avait une maîtresse, cette fresque a toujours été très gênante. Or il se trouve qu’elle a fait l’objet d’un vandalisme extrêmement intéressant au regard de ce qui s’est passé avec les tableaux de Lagrenée le jeune.

Fresque du sans-culotte, chapelle de L’Annonciade, Martigues, cliché S. Duval.
Le sans-culotte avant restauration, cliché G. Xuereb.

On le voit, avant la restauration de la fresque qui a eu lieu pour le Bicentenaire de la Révolution, un coup de pinceau tout aussi grossier que ceux que l’on voit chez Lagrenée, a été donné sur le nez de Louis XVI, élément qui servait à Lagrenée pour montrer que ses personnages étaient des portraits. A Martigues, ce même nez bourbonien permettait lui aussi d’identifier Louis XVI et il y a visiblement un moment où cela est devenu indésirable. Toutefois, ce vandalisme ne s’est pas arrêté là. En effet, lorsque la fresque a été restaurée, le coup de pinceau a été effacé, mais le nez lui-même a été modifié, afin qu’il ne permette plus l’identification. La restauration est même plus terrible que le coup de pinceau. Ce dernier aidait le spectateur à se rendre compte qu’il y avait là un élément suspect à prendre en considération. Suite à la restauration, plus rien ne permettait de se questionner. Le restaurateur a agi de la même manière que Louis XVI mais à l’envers : là où le roi avait voulu effacer l’identification par un vandalisme marqué, le restaurateur a voulu effacer l’identification en supprimant l’élément identificateur en toute discrétion.

  1. Voir L’Intrigant, p. 143-144. []