À travers champs

L’expression “à travers champ” renvoie à l’idée d’un itinéraire hors des sentiers battus et c’est ce dont ce carnet souhaite parler en premier lieu. La crise de l’université, la raréfaction des postes d’enseignant-chercheur, poussent en effet de plus en plus l’aspirant historien à inventer de nouveaux modes d’expression et de transmission de sa recherche et de ses savoirs. Il s’agira donc ici de proposer des réflexions sur diverses expériences vécues (en musée, dans le monde des médias, de l’art…) pour essayer de comprendre comment elles influent sur la pratique du chercheur. Nous employons d’autre part le pluriel “champs” pour faire signe du côté des champs disciplinaires car c’est parfois à la faveur de ces chemins de traverse, qu’ils soient subis ou revendiqués, que le chercheur peut s’ouvrir à l’interdisciplinarité et ainsi enrichir sa pensée et diversifier ses approches méthodologiques. Les billets de ce carnet envisagent de rendre compte des nouvelles manières d’être historien au XXIe siècle, en ne s’interdisant pas au besoin de recourir aux perspectives comparatives entre différents pays. Nous y développerons les problématiques que ces nouvelles pratiques soulèvent mais aussi ce en quoi elles peuvent s’avérer d’un grand profit pour la recherche.


Une réflexion sur « À travers champs »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.