Louis XVI et l’esclavage

Turgot et l’abolition “libérale”

On lit régulièrement sur Internet que Louis XVI aurait aboli l’esclavage. C’est bien évidemment faux. La plupart du temps, il s’agit d’une confusion, plus ou moins volontaire, avec l’abolition du servage dans le domaine royal en 1779. Faisons un bref point sur ce que les sources peuvent nous amener à deviner de la position du roi sur le sujet.

Le servage n’est pas l’esclavage. Néanmoins, l’abolition du servage dit tout de même quelque chose de la position du roi sur l’esclavage. Ainsi, il est important de noter que c’est uniquement dans le domaine royal que le servage est aboli, c’est-à-dire dans le domaine qui appartenait à Louis XVI en propre. Il agissait en tant que particulier et non pas en tant que roi. Par là, il voulait dire que, personnellement, il refusait toute forme de servitude mais qu’il n’avait pas le pouvoir de le faire en tant que roi, que la monarchie s’opposait à l’abolition du servage. Par extension, les colonies n’étant pas dans le domaine royal, il ne pouvait pas non plus abolir l’esclavage.

Etait-ce vrai ? A vrai dire non. Turgot, par exemple, avait voulu abolir l’esclavage lorsqu’il était au gouvernement entre 1774 et 1776. Louis XVI n’a rien fait pour l’y encourager. Le point de vue de Turgot était au fond très pragmatique : en abolissant l’esclavage et en mettant en place une rémunération minime pour les anciens esclaces, voire un système de primes pour favoriser l’émulation, on achetait la paix sociale tout en préservant l’économie des colonies et en pouvant même, éventuellement, augmenter la productivité. Turgot agissait là en bon libéral plutôt qu’en philanthrope.

Dans son journal, l’abbé de Véri laisse entendre que Louis XVI voulait abolir l’esclavage. Le problème, c’est que Véri était lui-même un libéral qui rêvait que Louis XVI suive les idées de Turgot et qui avait la fâcheuse tendance, en outre, à prendre ses désirs pour des réalités. D’autre part, l’état d’esprit de Louis XVI sur l’esclavage ne fait l’objet que  d’une spéculation de Véri rapportant des propos de Turgot. Lisons :

« Faisons une supposition, m’a-t-il dit [il cite Turgot], sur un sujet absolument étranger. Le Roi juge utile et juste de supprimer l’esclavage des nègres dans les colonies en remboursant leur valeur aux propriétaires. Il ne peut faire ce remboursement que dans dix ans pour produire un bien si considérable que la justice réclame dès aujourd’hui et qui n’aura peut-être jamais lieu si on le laisse à l’incertitude des événements ? »

Journal de Véri, t. I, p. 379

La fin de l’esclavage sans l’abolition

On le voit, le propos de Véri ne permet pas de tirer des éléments probants concernant la véritable position de Louis XVI sur l’esclavage. En réalité, comme le montre l’abolition du servage, on peut seulement supposer que le roi était opposé à la servitude et donc à l’esclavage. Pour autant, il ne voulait pas abolir l’esclavage car ce qu’il désirait avant tout, c’était la révolution, celle qui mettrait  à bas le système monarchique au sein duquel il se sentait prisonnier (Cf L’Intrigant, Flammarion, 2020). Les esclaves constituaient de puissants foyers de révoltes que Louis XVI voulait donc exploiter comme tels. Comme avec les protestants avant 1787, il cherchait surtout à mettre de l’huile sur le feu. Les évènements de  Saint-Domingue en 1791 en sont un bon exemple. Au mois d’août, une insurrection noire y fut lancée à la suite de rassemblements vaudous. Le vaudou pouvait aisément entretenir des liens avec le réseau des agents botanistes car la connaissance des plantes et de leurs propriétés y joue un rôle central. Le premier rassemblement, celui de Bois Caïman, eut lieu le 14 août, le second, dans la nuit du 22 au 23 août, ce qui correspond aussi à l’anniversaire du roi. Je le précise car, ce qui est particulièrement intéressant, c’est que, comme le note Sudhir Hazareesingh : “nombre de républicains français étaient convaincus que l’insurrection des esclaves avait été fomentée par des agents du roi.1

Ainsi, pour les contemporains, on voit qu’être un agent du roi consistait surtout à être un agent provocateur qui fomentait des insurrections. Nous sommes loin de nos représentations actuelles relativement à la politique de Louis XVI. Comme le souligne Hazareesingh, le roi était perçu comme un contre-pouvoir aux planteurs et Toussaint Louverture a pris part à une cérémonie d’hommage à Louis XVI aussi tardivement que le 24 août 17922. La date est encore une fois très intéressante car elle renvoie à la Saint-Barthélemy, qui était un évènement de référence pour le roi, mais le mois d’août est également celui pendant lequel avaient eu lieu l’insurrection des esclaves l’année précédente. La cérémonie apparaissait donc comme un hommage à Louis XVI comme fomenteur d’insurrections. Voilà qui correspond bien à l’image que je donne du roi dans L’Intrigant.

Pour conclure, la position de Louis XVI sur l’esclavage peut apparaître déroutante : perpétuer l’esclavage jusqu’à ce que les conditions soient réunies pour que les esclaves puissent se libérer eux-mêmes par la révolution, c’est assez cynique et un pari risqué. D’un autre côté, contrairement à l’abolition controversée de l’esclavage par Schoelcher en 1848, dans ce contexte où l’abolition ne dépend plus de facteurs exogènes, le rôle des esclaves dans leur propre libération devient évident et incontestable.

  1. Sudhir Hazareesingh, Toussaint Louverture, 2020, p. 69 []
  2. Ibid. p. 70, 79 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.