Marie-Antoinette aimait-elle vraiment la mode ? (2)

Pour faire suite à ce premier article, abordons l’un des autres exemples emblématiques qui sert habituellement à évoquer l’amour de la mode de Marie-Antoinette et sa volonté de “lancer des tendances”, c’est l’épisode de l’exposition au Salon de 1783 de son portrait par Vigée Le Brun en robe-chemise.

Elisabeth Vigée Le Brun, Marie-Antoinette, 1783, huile sur toile, Hessische Hausstiftung, Kronberg im Taunus.

A vrai dire, encore une fois, la mode n’est pas la motivation première dans cette affaire. Elle peut s’expliquer aisément par la correspondance amoureuse de Louis XVI. Elle avait été découverte, avait circulé à la cour et avait inspiré des œuvres littéraires : l’opéra-comique Émilie ou la belle esclave mais aussi, comme je l’explique dans L’Intrigant, Les Liaisons dangereuses, les lettres de Louis XVI étant notamment pastichées dans la correspondance de Valmont1

Dans sa correspondance avec Françoise Boze, conservée dans le dossier Dupont de La Motte de la BNF, le roi écrivait notamment à sa maîtresse :

“Je voudrais au moins une seule fois cueillir la rose que ta tendresse aura faire éclore. Oui, j’ose te dire que la partie de mon corps où se réunit tout l’homme est, depuis le moment où tu m’as permis de te manifester ce que tu me faisais sentir, est un volcan qui ne demande qu’à faire éruption, qu’à consumer les barrières multipliées que tu appelles robes, corsets, jupons et même chemises qui dérobent à mes yeux, qui rendent inaccessibles à mes mains ce délicieux jardin que je brûle du désir de cultiver et d’arroser.”

Une autre fois, il précisait :

“Oh mon cœur, arrive de bonne heure, mets-toi à l’aise, ah que je te trouve habillée de manière à ne rencontrer aucun obstacle à la délicieuse jouissance toujours trop retardée !”

BNF Mss NAF 6574, f° 95-96 et 100-101.

Il n’avait jamais tenu un tel langage à Marie-Antoinette et elle avait donc des raisons d’en être surprise. Dans ce contexte, le portrait en robe-chemise peut être interprété comme une moquerie par rapport à ces passages de la correspondance. Elle s’est mise dans les conditions réclamées par son mari – elle a éliminé tous les obstacles et s’est mise en sous-vêtements – dans l’espoir qu’il envisage de cueillir plus régulièrement sa rose. Notons d’ailleurs qu’elle ne tient pas qu’une seule rose mais un petit bouquet de quatre roses mêlé de fleurs blanches. Il s’agit de ces fleurs blanches, désignant une maladie vénérienne, avec lesquelles on avait déjà chansonné la Pompadour. La reine lie ces fleurs ensemble avec un ruban, ce qui nous donne une indication concernant la seconde raison du choix de cette robe.

En liant ensemble les roses à cueillir, qui représentent autant de sexes de femmes, Marie-Antoinette constitue symboliquement une sorte de harem. D’où la présence des fleurs blanches : plus le nombre de partenaires est grand, plus le risque d’attraper une maladie est présent.  Le ruban emprisonne les roses dans ce harem, elles y sont réduites en  esclavage. Or il se trouve que le premier texte qui avait tiré parti de la découverte de la correspondance amoureuse de Louis XVI, c’était le livret de l’opéra intitulé Émilie ou la belle esclave, une œuvre qui connut une unique représentation à l’Académie royale de musique le 22 février 1781.

Dès l’origine, on constate donc que la cour compara Françoise à une esclave. D’une part, la façon dont le roi lui demandait de se tenir à sa disposition, en l’attendant en déshabillé pour qu’il n’ait pas à perdre de temps, avait dû paraître un peu choquante. D’autre part, on s’amusait de son refus d’abolir l’esclavage2 : s’il s’y opposait, c’est qu’il semblait rêver d’avoir lui-même des esclaves à son service. Or comme l’ont fait remarquer Caroline Weber et d’autres, la robe-chemise venait des Antilles, où on pratiquait l’esclavage. Marie-Antoinette veut donc d’une part se montrer en sous-vêtements, mais aussi dans une tenue portée dans un territoire esclavagiste : elle signifiait sa volonté de rejoindre enfin le harem.

Dès lors, le succès connu par ce vêtement dans la haute société peut s’expliquer de différentes manières : soit il s’agissait de faire connaître, à son tour, sa volonté de rejoindre le harem royal, soit il s’agissait de manifester son soutien à Françoise en rendant parfaitement décente un vêtement par lequel on avait voulu se moquer d’elle.

A suivre…

  1. Sur Les Liaisons dangereuses, on pourra également consulter cet article sur Retronews : “Les mystères des Liaisons dangereuses : texte anti-Louis XVI ?” []
  2. Sur ce sujet, voir ce billet. []

12 réflexions sur « Marie-Antoinette aimait-elle vraiment la mode ? (2) »

  1. ‘ai touvé le parcours du tableau de Van Dick jusqu’à Du Barry et Louis XV.

    Voir Gallica:
    Mémoires historiques de Jeanne Gomart de Vaubernier,
    comtesse Dubarry. Vol.2 pp. 114.115.116. Tout le vol 2 est à lire pour suivre l’intrigue.
    Avant: le van Dick de Mme de Verrue est donné à Madame Louise Françoise de Bourbon-Condé, 1673-1743, qui vivait ouvertement avec son amant monsieur le Marquis De Lassay (de la famille de Verrue …..)
    https://www.persee.fr/doc/simon_0409-8846_2009_num_37_1_1458

    Le prince de Condé aime faire plaisir à L15 et Mme Dubarry et contre Choiseuil.

    Puis voir les mémoires historiques vol.2. & le trio Richelieu, Aiguillon, Maupéou oeuvrant pour la Dubarry et le Roi et souhaitant la défaite de Choiseuil et de M.Antoinette. Maupéou luttant contre les parlements.

    ref, gallica, Le chancelier Maupéou et les parlements par Jules Flammermont. 1885. avec bonnes réf archives.

    1. Je sais bien, c’est embêtant mais il faut néanmoins bien garder une chose en tête : une publication à vocation historique, et surtout les mémoires, en dit beaucoup plus sur la période à laquelle elle a été publiée que sur la période dont elle traite. En l’occurrence, j’avais déjà lu les mémoires de Du Barry au début de ma thèse et ce qu’on y explique ne tient pas. Ca nous parle de 1803 et pas du XVIIIè siècle, parce qu’il y a un énorme tabou, qui est resté tabou jusqu’à aujourd’hui, c’est le fait que Louis XVI est à l’origine de la Révolution française et que c’est pour cette raison qu’il a été tué par l’Angleterre. On tourne sans cesse autour de ça, soit pour essayer de le faire comprendre, soit pour s’efforcer de l’occulter absolument Et avec Charles Ier, vous allez être constamment confronté à ce tabou. Pour Flammermont, c’est pareil. Il ne faut pas prendre pour argent comptant les conclusions qu’il tire lui-même des documents parce que sous la IIIè République, au moment où il écrit, le tabou était toujours présent. Il faut donc savoir qu’il y a certaines choses qui ont été oubliées ou qu’il ne peut pas se permettre de dire. Parfois, il faut accepter qu’il y a des choses qu’on ne peut pas démontrer, qu’on pourra peut-être démontrer un jour, ou pas, et convenir d’en rester à l’état des hypothèses en attendant. Là, ce tableau a vraisemblablement été en possession de Du Barry à un moment mais ça me semble encore compliqué d’expliquer exactement et comment et dans quel but. En tout cas, il faut absolument expliquer que le tabou autour de la mort de Louis XVI complexifie énormément la compréhension de tout cela.

  2. J’ai touvé le parcours du tableau de Van Dick jusqu’à Du Barry et Louis XV.

    Voir Gallica:
    Mémoires historiques de Jeanne Gomart de Vaubernier,
    comtesse Dubarry. Vol.2 pp. 114.115.116
    Avant: le van Dick de Mme de Verrue est donné à Madame Louise Françoise de Bourbon-Condé, 1673-1743, qui vivait ouvertement avec son amant monsieur le Marquis De Lassay (de la famille de Verrue …..)
    https://www.persee.fr/doc/simon_0409-8846_2009_num_37_1_1458
    Le prince de Condé aime faire plaisir à L15 et Mme Dubarry et contre Choiseuil.
    Puis voir les mém hist. vol.2. & le trio Richelieu, Aiguillon, Maupéou oeuvrant pour la Dubarry et le Roi et souhaitant la défaite de Choiseuil et de M.Antoinette. Maupéou luttant contre les parlements.

    1. Le problème là-dedans, c’est qu’on est beaucoup sur des mémoires et donc sur des informations qui ne sont pas vraiment fiables. La transition Verrue-Lassay semble indiscutable parce qu’elle est apparemment attestée par testament mais pour le reste, ça n’est pas le cas. Ainsi, si on prend les Mémoires dits de Du Barry, Louis XV n’avait absolument pas besoin qu’on l’entretienne dans la haine des anciens magistrats. Il savait très bien que la majorité d’entre eux étaient acquis à son fils. Après, le coup de force de Maupeou ne lui était pas nécessairement favorable non plus puisqu’il le faisait passer pour un despote. On est là dans une publication de 1803, à un moment où on voulait effacer l’influence des ingérences étrangères. Ici, on explique que la mort de Charles Ier était de la seule responsabilité du Parlement parce qu’on veut effacer l’implication de la France dans l’affaire. En retour, ça évitera d’aborder la question de l’implication de l’Angleterre dans la mort de Louis XVI. Le tableau n’est là qu’un prétexte et ça ne nous apprend donc rien sur sa circulation réelle.
      Ensuite, pour ce qui est du prince de Condé, ce serait une idée très étrange d’offrir un tableau de Charles Ier à Louis XV pour lui faire plaisir. C’est un cadeau qui ressemble plutôt à une menace de mort. Et en quoi cela jouerait-il contre Choiseul ?
      De la même manière, c’est aller très vite en besogne que d’affirmer que le trio Richelieu, Aiguillon, Maupeou oeuvrait pour la Du Barry et le roi. Déjà, dans un premier temps, je suis loin d’être certaine que la Du Barry et Louis XV faisaient réellement jeu commun. Ensuite, dans les années 1770, c’est surtout le dauphin qui a une dent contre Choiseul et Marie-Antoinette. Louis XV veut garder Marie-Antoinette.

  3. Bonjour,
    Je suis assez sidéré parce que je viens de lire qui pour moi constitue une série d élucubrations assez difficilement construites qui se raccrochent aux branches comme elles peuvent.
    Une chose est sûre est que Marie-Antoinette aimait la chasse et qu’elle montait aussi bien en amazone qu’ à califourchon, comme l’indiquent les lettres de sa mère Marie-Therese qui se désolait de la voir voir monter ainsi considérant les risques pour enfanter ( lettre du 2 décembre 1770) . Il existe par ailleurs dans les collections versaillaise un autre tableau du même peintre qui la représente en amazone cette fois (ainsi qu’un dessin au musée de Geneve).
    Quant au portrait de la Reine “en gaulle” ( c’est le nom de la mousseline qu’elle porte, c était tout simplement à la mode de l époque et la comtesse de Provence était représentée de même en gaulle par le même peintre au même salon de 1783. Madame Élisabeth a aussi été représentée en. Chemise elle aussi en 1782 par Vigee-Lebrun.
    Le fait que la Reine ait été représenté en blanc ne veut strictement rien dire car elle a été représentée dans toutes les couleurs possibles et imaginables !
    Et le nombre des roses , je ne vois rien la dedans de sexuel !!!
    Bien à vous
    P. JACOB

    1. Bonjour,

      il faut vous mettre à la page et lire “L’Intrigant”. Vous raisonnez à partir de clichés aujourd’hui complètement dépassés. La recherche consiste à faire bouger les lignes et je parle ici de mon sujet de spécialité. Le fait de réintroduire les maîtresses de Louis XVI dans l’histoire de ce règne nous oblige à le revoir de fond en comble en revenant à l’étude des sources et en tenant compte de ce nouveau contexte. Si mes résultats de recherche ne vous conviennent pas, je n’y peux rien. Il va pourtant falloir faire avec eux.

  4. Je fais des recherches sur Mal duc de richelieu.
    Alexandre Dumas fils. in La fuite de Varenne
    parle pour le tableau de Van Dick Charles I
    du Mal duc de richelieu, L XV. , Mme Du Barry. L. XVI.
    Je peux envoyer fichier audio de Dumas parlant de Richelieu etc. dans “la fuite de Varenne”.
    Parlez moi de Mal duc de richelieu pour ce tableau.
    Merci de vos lumières

    1. Bonjour,
      je ne me suis pas intéressée à la destinée du tableau avant le XVIIIè siècle et je ne sais donc pas s’il a vraiment appartenu à Richelieu. Quoi qu’il en soit, le fait que Dumas le dise renforce l’idée selon laquelle l’usage de ce tableau était politique. Comme l’explique Beaumarchais, c’est Richelieu qui avait posé les premières pierres de la révolution anglaise. En France, même si nous avons toujours du mal à le reconnaître et à l’accepter, nous étions dans un contexte où les rois, à la notable exception de Louis XV et Louis XVIII, cherchaient à se libérer de la tutelle de l’Eglise par tous les moyens. Pour la France, il était donc hors de question que le catholicisme regagne du terrain en Angleterre. Richelieu était parfaitement conscient de tout cela.

      1. La bonne histoire de tableau de Van Dick reste à faire.
        Pourriez-vous m’indiquer où lire Beaumarchais expliquant Richelieu. J’y suis très intéressé.
        Bien à vous.

          1. J’ai acquis le livre “l’intrigant” en .epub. Impossible de retrouver la page 197. Dites-moi dans quel chapitre.
            Je suis toujours à la recherche de l’ambiance de la Cour et de l’entourage du Roi qui conduit à l’achat du Van Dick par la Dubarry.
            Le Louvre cite les auteurs Millar-2004.1977, Hennen, voir Carpenter-1844, spécialistes de Van Dick.
            Leurs travaux seraient-ils intéressants pour “ma cause” (Richelieu et Voltaire)?
            Merci d’avoir le temps d’y penser.
            Cordialement.

          2. C’est au début du chapitre 20 sur l’aide aux insurgents.

            La cour de Louis XV était fortement divisée entre un parti révolutionnaire et républicain (qui s’inscrivait dans la continuité de la politique de Richelieu), autour des Leszczynski et du dauphin, fils de Louis XV, puis du futur Louis XVI, et un parti conservateur, autour de Louis XV. De quel côté penchait vraiment la Du Barry ? C’est une question sur laquelle je ne me suis pas encore assez penchée pour pouvoir y répondre de manière approfondie. Il ne faut pas partir du principe que, puisqu’elle était la maîtresse de Louis XV, elle était de son côté. Le coup de maître, c’était de réussir à donner au roi une maîtresse qui jouait contre lui sans qu’il s’en rende compte. C’est vraisemblablement ce qui s’était passé avec la Pompadour.
            Etant donnée la période de l’achat du tableau par la Du Barry, autour du coup d’Etat de Maupeou, quand Louis XV s’efforçait de reprendre l’avantage, ça pouvait éventuellement être une manière pour elle de signifier qu’elle sauvait Charles Ier, assimilé à Louis XV, du parti révolutionnaire.
            Toujours est-il que dans ce contexte extrêmement tendu la révolution anglaise était au cœur d’énormes enjeux et il faudrait comprendre très précisément ceux auxquels était confrontée la Du Barry au moment de l’achat.

            J’ai bien peur que les auteurs recommandés par le Louvre ne puissent pas répondre à vos questions. Avec Carpenter, en 1844, on était dans une période où on voulait absolument dissimuler l’implication de l’Angleterre dans la mort de Louis XVI. Or avec Charles Ier, on est en plein dedans : la France a été à l’origine de la mort de Charles Ier, le match retour, c’était l’Angleterre à l’origine de la mort de Louis XVI. Et c’est pour ça que Louis XVI a ouvertement demandé le volume de Hume sur la mort de Charles Ier avant de mourir, c’était sa manière de faire comprendre que c’était l’Angleterre qui avait obtenu sa condamnation.
            Pour les autres références, je crains que les historiens de l’art n’aient pas assez pris en considération ces enjeux politiques puisque les historiens les ont eux-mêmes négligés pour la période. Néanmoins, plus vous aurez une connaissance exacte du parcours de ce tableau et des dates où il est passé à ses propriétaires successifs, plus il sera aisé de pouvoir déterminer les motivations de ces propriétaires en les recontextualisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.