De l’open access et de son mésusage

Alors que je réfléchissais à un nouveau billet pour ce blog, je me trouve confrontée à une expérience déroutante. En parcourant le net, je réalise que je me trouve partie prenante d’une feuille journalistique, payante, dont j’ignorais l’existence jusque-là. Seul le sommaire est disponible en ligne et je m’y trouve en bonne place, comme si j’étais journaliste pour cette publication; avec un article dont le titre est similaire à un autre de mes articles, publié dans une revue scientifique disponible en open access. Que les articles circulent, c’est tant mieux, qu’ils touchent un public de non-spécialistes, je m’en réjouis également, mais en l’espèce, cela me pose ici d’importants problèmes. D’une part, il est tout à fait inadmissible de vouloir tirer profit d’une publication disponible gratuitement pour laquelle je n’ai d’ailleurs rien perçu. Mais plus grave, ce détournement porte atteinte à ma réputation. En effet, comme je l’ai déjà précisé, la mise en page laisse penser que j’ai apporté ma contribution à cette feuille de mon plein gré, que je travaille pour elle. Or, il s’agit d’un journal – auquel je ne ferai pas de publicité – qui se définit comme légitimiste et qui est tenu par un ancien candidat de l’Alliance royale – parti politique royaliste microscopique. Un rapide aperçu permet de noter qu’on y encense des personnalités comme Denis Tillinac ou Philippe de Villiers, des proximités qui m’apparaissent problématiques à bien des égards.

Alors certes, des légitimistes auront ainsi la possibilité d’élargir leur horizon de pensée, de lire des propos historiens et non réactionnaires sur l’historiographie de Louis XVI, mais il n’en demeure pas moins que je ne souhaite nullement apparaître comme une sympathisante de ce journal.


2 réflexions sur « De l’open access et de son mésusage »

  1. La republication d’un article – souvent caviardé –, sans l’autorisation de l’auteur, est une technique habituelle dans les fanzines d’extrême-droite. Cela leur permet ensuite de revendiquer le soutien des auteurs pillés à leur idéologie.
    C’est de la contrefaçon.
    Je vous suggère de signaler ce fait au rédacteur en chef de la revue (où a été publié l’article original), et d’envisager ensemble de porter plainte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.