Marie-Philippine Lambriquet, la courtisane reine

Le Musée Saint-Loup de Troyes recèle bien des trésors dont certains sont insoupçonnés. Parmi ces derniers, un portrait dit de Marie-Antoinette qui serait une copie d’un portrait de la souveraine de 1778. Il en a déjà été question ici à plusieurs reprises, notamment dans ce billet. On en connaît en effet plusieurs variantes avec une composition plus ou moins resserrée. Recentrer la composition sur la reine seule permettait d’écarter les éléments polémiques du tableau, ceux qui visaient à indiquer que ce n’était pas la reine qui avait des amants mais que c’est le roi qui était un libertin. Or le portrait de Troyes ne fait pas ce choix (une version en haute résolution peut être consultée en suivant ce lien). Il présente toute la composition.

Auteur inconnu, prétendue copie du portrait de Marie-Antoinette par Vigée Le Brun de 1778, huile sur toile, vers 1778-1781, Musée Saint-Loup de Troyes, Wikimédia Commons, G. Garitan.

En revanche, en regardant attentivement le portrait de Troyes, on se rend compte qu’on n’y reconnaît pas le visage de Marie-Antoinette. Le front est moins haut, le bas du visage moins lourd, les yeux ne sont plus “à fleur de tête”. Les traits Habsbourg ont disparu. C’est un peu comme si on représentait Louis XVI sans son célèbre nez. Toutefois, si l’on ne reconnaît plus Marie-Antoinette, la femme représentée fait néanmoins penser à Marie-Philippine Lambriquet1. Nous serions donc ici non pas face à une copie du portrait de Marie-Antoinette mais face à un portrait de Marie-Philippine dans le rôle de Marie-Antoinette.

Ce qui le laisse penser également, c’est le fait que la couronne représentée est ici fort différente de celle du portrait de Marie-Antoinette (comparer par exemple avec cette version du portrait de Marie-Antoinette qui permet de zoomer). La couronne du portrait de Troyes n’a pas la même forme et elle comprend, en outre, un bonnet intérieur que l’on ne retrouve pas dans les portraits de Marie-Antoinette. C’est donc comme s’il y avait une deuxième couronne pour une deuxième reine.

Parmi les autres différences, on note que le bas-relief de la Justice, dont la balance pointait vers le buste du roi a disparu sur le piédestal. Cela qui minimise la connexion visuelle entre le buste et le vase de fleurs, mais la présence de ce vase renvoie toujours à de forts sous-entendus sexuels et laisse donc supposer que la femme représentée n’a rien d’une prude. Ces sous-entendus sont renforcés par le fait que la femme représentée ne porte pas de palatine, contrairement à l’original, et que sa gorge est donc entièrement offerte aux regards.

Enfin, contrairement à la version originale, la femme porte un manteau fleurdelisé au lieu d’une queue de robe blanche, ce qui accentue bien évidemment son caractère souverain.

Tout cela semble indiquer que ce tableau est un jalon important dans le processus ayant conduit aux tableaux à double ou triple masques du Salon de 1781. Il annonce ainsi la Laïs/Pénélope de Lagrenée qui y fut exposée en ce qu’il nourrit déjà l’ambiguïté dans l’identité du personnage représenté : est-ce la reine ou la maîtresse du roi ? Est-ce la reine qui est une courtisane ou la courtisane qui est reine ?

Le portrait de Troyes a sans doute également encouragé Vigée Le Brun à adoucir les traits de Marie-Antoinette dans ses portraits ultérieurs afin que de futures ambiguïtés du même type ne passent que pour un souci de coquetterie de la part de la reine. Il explique certainement également une part des variantes du portrait de Marie-Antoinette, dont celle-ci, qui la montre avec un manteau fleurdelisé.

Enfin, la thématique de la courtisane jouant le rôle de la reine aura bien évidemment inspiré le développement de l’affaire du collier dans lequel une courtisane ressemblant à la reine se faisait passer pour elle auprès du cardinal de Rohan.

  1. Voir ce billet. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.