Sur la valeur patrimoniale des “bijoux” de Marie-Antoinette

Le 14 novembre prochain doivent être vendus des bijoux dits de Marie-Antoinette par Sotheby’s à Genève. La couverture presse qui encadre l’évènement cherche surtout à faire briller les diamants de mille feux et à éblouir par le nom d’une souveraine qui fait vendre. Stéphane Bern, relayé par Le Figaro, a demandé au Ministère de la culture, via son compte Twitter, de “faire revenir en France ce patrimoine historique.” Il a créé là une grande confusion qui conduit même certains à penser qu’il s’agirait d’une spoliation méritant restitution. On nage en plein délire et il est nécessaire de préciser deux ou trois choses très succinctement.

Patrimonialiser diamants et perles ?

Il faut d’abord noter qu’il ne s’agit pas strictement de bijoux de Marie-Antoinette. Au mieux, ce sont des pierres et des perles qui lui auraient appartenu et qui auraient été remontés bien plus tard. Ensuite, il semble difficile de pouvoir parler de patrimoine à ce propos. C’est oublier que les princes qui les possédaient les considéraient avant tout comme un capital et comme une arme de dissuasion. Exposer des pierres d’une grande valeur, les porter lors de cérémonies, c’était un moyen d’attester de la puissance que vous pourriez déployer en cas d’attaque, la preuve de ce que vous étiez en capacité de vendre pour faire la guerre. Les souverains ne s’en sont pas privés au fil du temps. Au contraire, déclarer des pierres inaliénables, comme l’a fait François Ier en 1530,  en constituant une collection de joyaux de la couronne,  c’était envoyer un message de paix qui pouvait n’être aussi qu’un effet d’annonce. Il pouvait être judicieux d’attirer l’attention sur quelques pierres que vous conserviez pour mieux dissimuler que, dans le même temps, vous en vendiez beaucoup d’autres.

Diamants et secret défense

L’effet d’annonce fonctionnait d’autant mieux que la vente de pierres précieuses par la couronne relevait d’une sorte de secret défense. Elles étaient nécessairement retaillées avant d’être vendues, afin que l’on ne sache pas d’où elles provenaient. Vendre des pierres, c’était l’affaire d’une poignée d’hommes de confiance, qui n’étaient pas obligés de connaître tous les tenants et aboutissants, mobiliser le budget du ministère de la guerre supposait une intention belliqueuse un peu plus largement diffusée. Dans un premier temps, si l’on voulait prendre l’ennemi par surprise, mieux valait donc avoir recours aux diamants.

Les diamants sous Louis XVI, une histoire complexe

La notice historique que Sotheby’s adjoint aux bijoux est très brève, et pour cause. L’histoire des pierres précieuses de Marie-Antoinette comporte bien plus de zones d’ombre que de certitudes. Le pedigree des bijoux du 14 novembre repose essentiellement sur la tradition orale de la famille de Bourbon-Parme qui les vend. Il n’est pas inutile de rappeler que les affaires de diamants encore mal élucidées ne manquent pas pour cette période : de l’affaire du collier de la reine, avec son collier jamais retrouvé, à l’énigmatique vol des joyaux du garde-meuble en 1792… Tant que les coupables n’ont pas été clairement désignés, il est compliqué de préjuger quoi que ce soit sur les diamants français, et ce d’autant plus que Louis XVI et l’intendant du garde-meuble, Thierry de Ville d’Avray, ont sciemment entretenu la confusion entre diamants de la reine et joyaux de la couronne. Avec tant de confusions, on ne peut même pas exclure l’hypothèse selon laquelle les pierres des Bourbon-Parme proviendraient de ventes françaises et, dans ce cas, même si je sais qu’impossible n’est pas français, la France serait bien mal avisée de formuler des réclamations ou de revendiquer une quelconque patrimonialité.



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2018, 22 octobre). Sur la valeur patrimoniale des “bijoux” de Marie-Antoinette. À travers champs. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3io

4 réflexions sur « Sur la valeur patrimoniale des “bijoux” de Marie-Antoinette »

  1. Je suis en train de lire avec joie votre ouvrage sur Louis XVI l intriguant. Quelle lecture passionnante qui est une réponse à de nombreuses questions pour des personnes comme moi passionnées par ce personnage et qui à force de lire plusieurs biographies, ouvrages de références sur la période, sur les protagonistes de cette époque, qui à force de multiplier les sources, en sont venus à émettre les mêmes doutes que vous sur le portait “officiel” de Louis XVI. On le disait “benêt” c’était oublier que lui même disait qu’il valait mieux interpréter ses silences… on le disait gauche, maladroit, lourd… c’était oublier sa pratique intensive de la chasse, de la forge, et des anecdotes multiples sur sa force et sa carrure. On le disait fou amoureux de Marie Antoinette, c’était oublier l’aversion de ses parents pour l’alliance autrichienne… d ‘ailleurs Louis XV n ‘attendra t il pas la mort de sa chère belle fille “Pepa” pour procéder à une alliance qui répugnait à cette belle fille? et bien d’autres choses que je découvre avec merveille condensés avec des nouvelles pistes dans la lecture de votre ouvrage. Tous ceux qui comme moi ont énormément lu sur cette période ne peuvent que partager vos axes de réflexion… à force de lire sur le sujet j’avais même commencé à me dire que madame de Polignac devait avoir des liens très fort avec Louis XVI pour être aussi bien en cour chez un homme que l’historiographie traditionnelle présente comme fuyant la compagnie des dames :).

    Concernant la vente en question (même si le sujet date) je suis d’accord avec vous. hélas les pierres étaient une monnaie d’échange et un soutien financier non négligeable. D’ailleurs on parle ici de pièces qui appartiendraient à la cassette personnelle de la souveraine. du coup si on prétend à leur caractère “privé” malgré l’illustre propriétaire, il était difficile pour la France de revendiquer un tel patrimoine. Par comparaison le grand nœud de diamants de l’impératrice eugénie recensé lui dans les bijoux dits de la couronne n’a pas posé de problème quant à sa légitimité à retrouver les salles du Louvre. Si on suit l’histoire de ces pièces en question ce serait les pierres passées en Autriche à la révolution et remise à Madame royale lors de sa libération et de son enfermement en Autriche… là aussi assez surprenant si on en croit les différents biographes de madame royale, sitôt arrivée en Autriche, certes Madame Royale retrouve les fonds de ses parents déposés à l’étranger ainsi que les pierres de sa mère… cependant on apprend que son cousin ne souhaitait pas payer de sa poche son exil dans ses terres, que sa cousine avait retrouvé un petit “pactole” et que donc madame royale a du se défaire de pas mal de pierres au profit de son pingre cousin afin de payer son exil… on comprendra pourquoi il lui tardait de retrouver sa famille Bourbon… en plus elle détestait sa famille maternelle… les historiens mettent pudiquement l explication sur le fait qu’ ils n ont rien fait pour sauver sa mère… curieux là aussi car madame royale vouait une adoration pour son père et beaucoup de recul quant à sa mère (là aussi les historiens ne creusent pas assez, parlant plutôt d’un tempérament différent entre la mère et la fille, la première cherchant à enlever les airs de grandeurs de sa fille pour en faire une princesse accompli )… là aussi beaucoup de choses seraient à fouiller davantage.

    Pour en revenir aux pierres, madame royale s’est en effet beaucoup délestée de pierres venant de sa mère auprès de son cousin. Prenons l’exemple des rubis (dont là aussi confusion entre pierres de la couronne et pierres personnelles de marie antoinette… elle avait pioché à loisir dans les rubis de la couronne pour compléter sa grande parure…) dont une reconstitution de la parure d’Elisabeth d’Autriche à la Hofburg de Vienne attribue les pierres d’origine comme ayant appartenu à marie antoinette et cédées par sa fille à sa famille maternelle…

    De fait il est vrai que par transmission et mariages certaines pierres éclatées entre habsbourg ont pu finalement retrouver l’écrin des bourbon parme mais le flou reste entier sur la réelle appartenance à la reine, en dehors comme vous le dites si bien d’une tradition familiale orale. Pour moi celà est tout aussi mysterieux que le fabuleux collier dit de la reine que personne, si on s aventure pas là, n’a réellement vu à part les protagonistes de l’affaire… ce qui fait bien peu de monde vous en conviendrez pour un tel joyaux spectaculaires et largement reproduits et diffusé en image après l’affaire …. mais là c’est encore une autre histoire et je m’égare car là dessus il y aurait encore beaucoup à chercher et à fouiller.

    1. Je vous remercie pour votre message.

      Vous avez parfaitement raison, il y a encore beaucoup à faire sur Madame Royale puis sur la duchesse d’Angoulême. Il est tout à fait vrai que les relations entre elle et Marie-Antoinette étaient compliquées. Ce qui est d’autant plus étrange, c’est que c’est Marie-Antoinette qui a fait pression pour récupérer Marie-Philippine Lambriquet, dite Ernestine, la fille que Louis XVI aurait eu avec Madame Lambriquet. Ernestine a même participé à des voyages à Saint-Cloud, qui était la propriété de Marie-Antoinette. On se retrouve donc dans une configuration dans laquelle la mère n’aimerait pas sa fille et lui préfèrerait la fille illégitime de son mari.

      Certains sont allés jusqu’à évoquer un échange entre les deux jeunes femmes, mais pas avant 1795, au moment où Madame Royale est sortie du Temple. En réalité, si échange il y a eu, il n’a pu avoir lieu qu’à la naissance et, dans ce cas, la cour ne pouvait pas l’ignorer puisqu’il y avait six mois d’écart entre Madame Royale et Ernestine. Le seul qui avait intérêt à un tel échange, c’était le roi. On l’avait forcé à faire un enfant à Marie-Antoinette mais c’est tout de même lui qui reprenait le contrôle, et qui tenait à le faire savoir, en imposant que celle qui serait éduquée en princesse serait la fille qu’il avait eu avec sa maîtresse et non celle qu’il avait eu avec sa femme.

      A vrai dire, il y a une correspondance du dossier Dupont de La Motte, que je dois encore prendre le temps d’étudier plus attentivement, qui tendrait à aller dans ce sens. Il est même probable que Louis XVI ait commencé à entrer en relation avec Françoise Boze parce que c’était elle qui avait été chargée de récupérer et de cacher la fille qu’il avait eu avec Marie-Antoinette.

      Dans ce cadre, la correspondance du duc de Chartres au sujet de l’adoption de Pamela ne manque pas d’intérêt non plus. Genlis et lui prenaient plaisir à singer, dans la relation qu’ils entretenaient, les comportements de Louis XVI, dont ce dernier ne tenait pas particulièrement à faire étalage publiquement.

      Dès lors, il est possible que ce soit Chartres qui ait suivi le parcours d’Ernestine, ce qui a ensuite permis à Marie-Antoinette de faire pression sur son mari pour retrouver sa fille. De là, on comprendrait beaucoup mieux pourquoi Marie-Antoinette entretenaient de mauvaises relations avec Madame Royale et pourquoi elle a tenu à avoir Ernestine auprès d’elle.

      Par ailleurs, dans la mesure où l’échange des fillettes n’avait pas pu passer inaperçu aux yeux de la cour et qu’il n’avait surtout pas vocation à l’être, le fait ne pouvait que poser problème au moment où le mariage viennois a été envisagé. L’empereur s’est d’ailleurs inquiété de savoir où était Ernestine. La légende de l’échange de 1795 a pu naître à cette occasion : il fallait persuader les royalistes que celle qui était finalement devenue la duchesse d’Angoulême était bien la fille de Louis XVI et de Marie-Antoinette et non pas celle du roi et de Madame Lambriquet.

      Ces hypothèses mériteraient bien évidemment d’être plus longuement et sérieusement étayées. Je ne fais que les esquisser ici, mais les sources que j’ai pu consulter m’incitent à les prendre très sérieusement en considération.

  2. Je trouve déplorable que la France n est rien fait pour récupérer des bijoux semble t’il de Marie Antoinette ils appartiennent au patrimoine français et non à des particuliers

    1. Mais ce ne sont pas des bijoux de Marie-Antoinette et ce n’est pas du patrimoine non plus. Ce sont au mieux des bijoux qui ont toujours servi à financer la politique secrète du roi et par conséquent des guerres et des révolutions. C’est donc naturel qu’ils circulent, c’est le vocation. Louis XVI aimait laisser croire qu’il s’agissait de bijoux de Marie-Antoinette pour la simple raison qu’il voulait que ce soit elle qu’on accuse si on se rendait compte que des pierres précieuses avaient disparu du garde-meuble de la Couronne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.