Ménageot, Astyanax et l’enlèvement du dauphin

Au Salon de 1783, la naissance du dauphin aura incontestablement été le sujet de prédilection de Ménageot. Il l’a abordée de front dans le tableau allégorique dont il a été question dans le billet précédent, mais elle sert également de grille de lecture pour son Astyanax arraché des bras d’Andromaque sur l’ordre d’Ulysse.

Comme pour le tableau allégorique, nous en possédons l’esquisse et le tableau final, tous deux conservés au Musée des Beaux-Arts d’Angers.

François-Guillaume Ménageot, Astyanax arraché des bras de sa mère sur l’ordre d’Ulysse, huile sur toile, esquisse, 1783, Musée des Beaux-Arts d’Angers, RMN.
François-Guillaume Ménageot, Astyanax arraché des bras de sa mère sur l’ordre d’Ulysse, huile sur toile, 1783, Musée des Beaux-Arts d’Angers, RMN.

Le livret s’attarde longuement sur la description du tableau :

“Après la prise de Troyes, les Grecs craignant qu’Astyanax, fils d’Hector, ne vengeât un jour la mort de son père, résolurent de le faire périr en le précipitant du haut d’une tour. Ulysse, chargé de le chercher, découvrit qu’Andromaque l’avait fait cacher dans le tombeau de son époux. Il l’en fait tirer, et le livre à la fureur des Grecs, malgré la douleur et les larmes de cette malheureuse mère.”

Comme pour son Léonard, on précise aussi que le tableau “est pour le roi”, comme si tout était à sa convenance dans cette toile. En réalité, une fois de plus, Ménageot a allumé un incendie qu’il était urgent d’éteindre.

Il en a souvent été question ici, au XVIIIè siècle,  les sujets sur la guerre de Troie étaient une excuse pour traiter, de manière allégorique, de l’alliance franco-autrichienne. Depuis son enfance, Louis XVI était régulièrement identifié à Télémaque, son gouverneur, La Vauguyon n’ayant pas hésité à s’appuyer généreusement sur l’ouvrage de Fénelon pour son éducation. Or si Louis XVI était Télémaque, Ulysse était en toute logique le père de Louis XVI. Ménageot nous ramènerait donc ici au temps de l’enfance du roi. Ce qui semble aller dans ce sens, c’est le fait que, comme le souligne la notice du site Utpictura18, le tableau s’inspire de l’Andromaque de Doyen datant de 1763.

Ménageot était familier des rapprochements entre les actions de Louis XVI et celles de son père puisqu’il les mettait déjà en perspective dans son Léonard. Nous n’entrerons pas ici dans les détails mais cela laisse sous-entendre que le dauphin, père de Louis XVI, aurait fait enlever un enfant à sa mère. Cependant, il existe une différence de taille entre le tableau de Doyen et celui de Ménageot. Chez Doyen, le jeune Astyanax est arraché à sa mère mais est tiré dans la direction d’Ulysse, qui désigne la muraille. Chez Ménageot, il est éloigné d’Ulysse, qui montre le lointain et non plus la muraille. Ce n’est donc plus exactement le même Ulysse que chez Doyen. Celui de Ménageot est un nouvel Ulysse, c’est Louis XVI marchant sur les pas de son père, comme il s’en réclamait lui-même dans son premier portrait par Duplessis.

D’autre part, il faut bien observer l’esquisse et le tableau final pour pouvoir les comparer. Comme dans le cas de l’Amphitrite de Taraval, il s’agit manifestement d’une fausse esquisse. Ce sont en réalité deux tableaux différents qui racontent les deux aspects de la même histoire. La scène est inversée, comme dans un miroir, la couleur du costume des deux femmes est inversée également. Ces procédés rappellent ceux utilisés avec les tableaux d’Aubry, qui traitaient de l’échange de Madame Royale avec la fille du roi et de Marie-Philippine Lambriquet. En outre, si Ulysse montre le lointain dans les deux tableaux, le personnage vêtu de vert montre le haut dans l’un et le bas dans l’autre. On retrouve donc le double mouvement des enfants, ascendant et descendant, qui existait déjà dans l’allégorie sur la naissance du dauphin.

Sur l'”esquisse”, nous sommes dans le mouvement ascendant, face à une femme vêtue de jaune recouvert de blanc. Il s’agit donc d’une femme qui trahit mais qui tente de se faire passer pour une vestale. On remarque également que sa tête est dans la même position que celle de Madame Grand/Marie-Philippine Lambriquet dans le tableau de Vigée Le Brun. Elle porte également un diadème, comme Junon/Françoise Boze, toujours chez Vigée Le Brun. Cette esquisse présente par conséquent ce qui se passe du côté des maîtresses de Louis XVI : le roi ordonne de hisser leurs enfants vers le trône. C’est une ascension. Le prétexte de l’esquisse permet de flouter les visages et de satisfaire ainsi le roi qui ne voulait pas que l’on montre le visage de sa maîtresse.

Sur le tableau final, nous sommes du côté de Marie-Antoinette, du côté descendant. La femme a le visage tourné du côté opposé, elle est vêtue de blanc mais couverte de jaune. La vraie vestale, c’est elle. Elle est également entourée de trois femmes dont les attitudes outrageusement théâtrales indiquent qu’elles ne sont pas sincères. L’une d’elles pleure dans le châle jaune, ce sont des larmes de crocodile. On peut y voir une représentation des maîtresses de Louis XVI. C’est Marie-Philippine Lambriquet qui pleure, parce que c’est, selon ce que voulait faire croire Louis XVI, son enfant qui a remplacé le dauphin. Dans les faits, c’était plus vraisemblablement l’enfant qu’il avait eu de Françoise Boze. Celle-ci est représentée par les deux autres femmes. Elle apparaît ainsi sous sa véritable identité et sous celle de Waldburg-Frohberg épouse Dupont de La Motte, sous laquelle elle s’était faite connaître à la cour. Celle qui apparaît de face, c’est Françoise Boze, dont l’attitude est assez ambiguë pour qu’on ne puisse pas distinguer si elle cherche à empêcher l’enlèvement ou à le hâter. Celle qui est de dos et à genoux, c’est Waldburg-Frohberg qui, à la demande du roi, s’était introduite dans le cercle de la reine1.



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2022, 18 octobre). Ménageot, Astyanax et l’enlèvement du dauphin. À travers champs. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d3lv

  1. Voir Aurore Chéry, L’Intrigant, Flammarion, 2020, p. 205-210. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.