Le Renaud de Lagrenée le jeune entre Armide et Françoise Boze

Outre les Moïse, Lagrenée le jeune exposa au Salon de 1785 un Renaud abandonnant Armide qui est chronologiquement la suite de Ubalde et le chevalier danois exposé par son frère aîné au même salon.

Jean-Jacques Lagrenée, Rinaldo abandonnant Armide qui, ne pouvant le retenir, tombe évanouie de douleur, huile sur toile, 1785, Vente Sotheby’s New York du 30 janvier 2016, lot 711.

Bien que le tableau ne soit pas décrit dans le livret du Salon, on comprend que Lagrenée illustre un extrait du chant XVI de la Jérusalem délivrée quand Ubalde et le chevalier danois viennent arracher Renaud à la magicienne Armide pour le ramener au combat. Seulement, si on identifie bien Armide désespérée à gauche, on ne comprend pas qui est la femme qui attend Renaud dans une barque à droite. Elle ne correspond à aucun personnage du récit.

Chez Lagrenée le jeune, d’autre part, Renaud ne renvoie pas à Regnault comme chez Lagrenée l’aîné. Son costume, différent de celui d’Ubalde et du chevalier danois, rappelle celui d’Alexandre et Héphestion dans La mort de le femme de Darius, C’est Louis XVI que Lagrenée le jeune place dans le rôle de Renaud. Ce qui le confirme encore, c’est l’aigle représenté sur le casque qui rapproche le personnage de Jupiter. En outre, la garde de l’épée de Renaud est ornée d’une autre tête d’aigle, différente, et qui est très semblable à la tête d’aigle du vase de Suger du trésor de Saint-Denis.

Anonyme, France Île-de-France, Aigle de Suger, Musée du Louvre, Département des Objets d’art du Moyen Age, de la Renaissance et des temps modernes, MR 422

En cela, Lagrenée le jeune poursuit l’allusion sexuelle que Lagrenée l’aîné sous-entendait à travers l’épée du chevalier danois. Ce chevalier danois avait peut-être l’habitude de se masturber mais Renaud, lui, trempe bien son épée dans le vase matriciel. Ce Renaud a également des ambitions impériales comme en attestent son costume d’Alexandre et le fait que le vase de Suger soit de porphyre, ce qui rappelle la pourpre impériale.

En Armide, il faut bien évidemment reconnaître Françoise Boze. Le désespoir très joué de la magicienne ne paraît pas sincère. Il faut y voir un rappel de la situation prétendument critique que le roi et sa maîtresse avaient mis en scène à travers leur correspondance leurre de 1784. Il en a notamment été question dans ce billet.

A l’autre extrémité du tableau, la femme inconnue du récit de la Jérusalem délivrée est une autre représentation de Françoise Boze. Une nouvelle fois, elle apparaît sous sa double identité de Françoise Dupont de La Motte, sous laquelle elle était entrée dans le cercle de la reine, et sous sa véritable identité de Françoise Boze. C’est sous sa véritable identité qu’elle est présente à droite du tableau. Le dédoublement de Françoise et le motif de la barque ne sont pas sans évoquer un tableau de Dubois du musée Carnavalet, déjà étudié dans un autre billet. Le Renaud et Armide de Lagrenée le jeune a manifestement été un jalon pour d’autres artistes. Ainsi, on retrouve une composition inspirée par celle de Lagrenée en 1794, dans la gravure de Pierre Bouillon et Jean-Baptiste Vérité : La Séparation de Louis XVI d’avec sa famille dans la tour du Temple.

Pierre Bouillon, Jean-Baptiste Vérité, La Séparation de Louis seize, d’avec sa famille, dans la tour du Temple, estampe, 1794, BNF/Gallica.

Renaud est cette fois ouvertement représenté par Louis XVI alors que c’est Marie-Antoinette et son fils qui se partagent le rôle d’Armide, larmes de crocodile pour Marie-Antoinette et bras au ciel théâtralisés pour le petit garçon. Madame Royale et Madame Élisabeth ont, quant à elles, le visage tourné dans la position opposée, la même que Louis XVI et Renaud, elle se partagent le rôle de la femme à la barque chez Lagrenée. La gravure suggère ainsi que l’émotion de la séparation de Louis XVI et Marie-Antoinette est aussi feinte que celle de Renaud et Armide. Le geste de Louis XVI avec la main sur la poitrine qui, comme on l’a vu, indiquait l’étonnement au Salon de 1785, introduit ici une distanciation comique en révélant son étonnement de se trouver égaré dans une telle scène, comme si l’auteur avait placé le personnage dans le mauvais dessin. Néanmoins, dans le même temps, l’absence de la femme à la barque annonce la tragédie. Cette fois, plus personne n’attend Louis XVI pour lui tendre la main et celles qui voudraient tenir ce rôle sont impuissantes.



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2024, 26 février). Le Renaud de Lagrenée le jeune entre Armide et Françoise Boze. À travers champs. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vwki

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.