La Cléopâtre de Ménageot ou l’annonce d’une intrigue romaine contre Louis XVI

Ménageot exposa trois tableaux au Salon de 1785 l’un, Alceste rendue à son mari par Hercule se trouve dans une collection particulière, un autre n’est pas localisé actuellement et le troisième est Cléopâtre rendant son dernier hommage au tombeau d’Antoine conservé au musée d’Angers.

François-Guillaume Ménageot, Cléopâtre rendant son dernier hommage au tombeau d’Antoine, huile sur toile, 1785, Musée des Beaux-Arts d’Angers, RMN.

La toile était décrite de cette manière dans le livret du Salon :

“Après la défaite d’Actium, et la mort d’Antoine, Cléopâtre sachant que l’intention d’Octave était de la conduire à Rome pour orner son triomphe, résolut de mourir ; mais elle voulut visiter encore la sépulture de son amant ; et fit demander à Octave la permission de rendre au tombeau d’Antoine ses derniers hommages. Là, comme si son amant était présent, elle lui dit qu’elle allait lui donner la plus grande preuve de son amour, lui fit ses derniers adieux, et, après avoir semé sa tombe de fleurs, elle se retira avec ses femmes, et se donna la mort. Ce tableau, de 10 pieds carrés, est pour le roi.”

En dépit de cette description, le tableau ne livre pas vraiment son sens de lui-même. Pour bien le comprendre, il faut le replacer dans un contexte qui n’est pas uniquement celui du Salon et faire intervenir la biographie de Ménageot ainsi que son positionnement stratégique.

En 1785, Louis XVI cherchait à montrer que le baron de Breteuil, entré au gouvernement à la faveur du rétablissement de la Paix, placé à la tête de la Maison du roi, était devenu tout puissant et qu’il avait atteint l’objectif qu’il s’était assigné : “faire régner la reine”1. En effet, Breteuil avait beaucoup de pouvoir, et il avait notamment eu le pouvoir d’empêcher Louis XVI de révéler au public que le duc de Normandie était le fruit d’un adultère de la reine2. Néanmoins, Breteuil prenait garde à ne pas passer ouvertement pour un censeur et il ne se permettait pas d’intervenir dans l’organisation du Salon qui relevait de la Direction des Bâtiments du roi. De la même manière, on l’a vu dans la façon dont il a traité les Moise de Lagrenée le jeune, Louis XVI ne voulait pas que l’on puisse retourner l’accusation de censure contre lui.

Depuis 1781 et son tableau sur la mort de Léonard de Vinci, on a vu que François-Guillaume Ménageot s’était déclaré comme un opposant au roi. Il avait pour cela le profil idéal si l’on se fie à sa biographie par Nicole Willk-Brocard3. Né à Londres, il y a passé son enfance. Son père avait acheté des œuvres d’art pour le compte de Catherine II et c’est peut-être elle qui était encore en relation avec le fils. Cela expliquerait du moins qu’il n’ait pas craint d’apparaître comme un opposant déclaré de Louis XVI dès 1781. Il était également proche de Breteuil, avec qui il avait fait le voyage entre Naples et Paris en 1774, et il était on ne peut mieux avec Élisabeth Vigée Le Brun puisqu’il s’est installé dans sa maison au début des années 1780. Il était aussi pensionné par le duc d’Orléans. Enfin, il comptait dans ses parents l’abbé François-Claude Turlot, précepteur de Louis-Aimé de Bourbon, fils de Louis XV et de Mademoiselle de Romans et en cela, éventuel rival de Louis XVI pour le trône4 . Bref, Ménageot était soutenu par tous ceux qui avaient une dent contre le roi.

Malgré tout, comme d’Angiviller voulait rendre manifeste la toute puissance de Breteuil, il distingua Ménageot en lui offrant un logement au Louvre le 21 juillet 1784. Auparavant et pour la même raison, il lui avait déjà commandé le tableau de Cléopâtre qu’il exposa au Salon de 17855.

Tout comme dans les Moïse de Lagrenée le jeune, la scène se passe en Égypte. Cependant, cette fois, nul sistre ou pyramide à l’horizon, les références sont romaines. Ainsi, Grimm fait remarquer que le sarcophage d’Antoine est “la copie de celui d’Agrippa que l’on voyait à Rome sous le portique du Panthéon”6. D’autre part, le tableau s’inspire du Cléopâtre ornant le tombeau d’Antoine réalisé par Angelica Kauffmann en 1769, une artiste qui s’était installée à Rome7.

Angelica Kauffmann, Cléopâtre décorant le tombeau de Marc Antoine, huile sur toile, 1769, Burghley House Collections, Stamford

Pour le reste, le tableau reprend les codes des artistes appréciés par le Directeur général des Bâtiments. Bien conscient que d’Angiviller cherchait à le faire apparaître pour une créature de Breteuil, Ménageot jouait lui aussi l’hypocrite et faisait tout pour complaire à d’Angiviller. Remerciant ce dernier pour le logement qu’il lui offrait au Louvre, il avait ouvertement marqué une distance avec Vigée Le Brun en dénigrant le logement qu’il avait occupé chez elle : “un local malsain, et où ma santé a presque toujours été souffrante.8”.

Ménageot s’inspire en premier lieu de David, un artiste avec lequel d’Angiviller était on ne peut plus complaisant et dont il acceptait tous les caprices. En conséquence, si d’Angiviller lui adressait des reproches, Ménageot pouvait lui répondre qu’il n’avait fait que suivre les principes de David, la nouvelle star du Salon depuis 1783. A l’Andromaque de David, Ménageot emprunte le fond sombre, la pose du visage d’Andromaque, le candélabre visible au premier plan et aussi l’introduction de véritables pièces antiques avec le tombeau d’Antoine. Le candélabre peint par David avait été composé par Piranèse à partir de fragments romains trouvés dans la villa d’Hadrien lors de fouilles en 1769.

Ménageot reprend aussi l’alignement des trois femmes dans les Dames romaines de Brenet. Mais si Brenet plaçait au centre une femme qui ressemblait à Marie-Antoinette, c’est une Cléopâtre au nez grec qui occupe la place chez Ménageot, manière de dire que la vraie reine n’est pas celle qui en a le titre. Chez lui, aucune femme ne s’apparente à Marie-Antoinette, elles sont toutes brunes avec un nez droit, la reine est évincée. On comprend par là que, comme Lagrenée le jeune dans son Moïse, il considère que Françoise Boze, la maîtresse du roi, est devenue la véritable reine. Il place encore un serviteur noir pour porter la traîne de Cléopâtre. Il fait écho au serviteur noir qui portait le rideau du lit dans La Mort de la femme de Darius de Lagrenée l’aîné. Enfin, les deux gardes du corps avec une lance à l’arrière-plan rappellent les deux guerriers tenant un drapeau qui se tenaient derrière Jephté chez Van Loo. En pastichant tous ces artistes, il porte cependant un premier message assez simple, relativement similaire à celui de Lagrenée le jeune dans son Renaud et Armide : Louis XVI et Françoise Boze ont mis en scène leur séparation et le désespoir qui s’en est suivi alors qu’ils étaient toujours ensemble, qu’ils ont continué à intriguer et qu’ils ont fait un nouvel enfant. Cléopâtre fait semblant d’être malheureuse mais avec ses guirlandes de fleurs, elle s’inscrit dans l’iconographie traditionnelle des scènes d’offrande à Priape. Comme Cléopâtre entre César et Marc Antoine, Françoise Boze se partage entre deux hommes, le roi et son mari, mais aussi et surtout entre un Louis XVI qui joue les impuissants pour le public et un autre qui serait plutôt un Dom Juan secrètement. D’ailleurs, la Cléopâtre de Ménageot est aussi dans une relation à trois qui s’avère être une relation à quatre puisque son Antoine occupe le tombeau d’un autre, celui d’Agrippa.

En introduisant Agrippa, Ménageot implique encore un personnage supplémentaire, l’empereur Auguste, qui avait été élevé avec Agrippa et dont il était l’ami. Au demeurant, bien qu’il ne soit pas représenté, c’est aussi le personnage qui est le plus mentionné dans la description du livret, sous le nom d’Octave, avant qu’il ne soit devenu empereur. Cette figure de l’empereur hantant à la fois le tableau et la description rejoint, comme on l’a vu, le procédé employé par Lagrenée le jeune dans son Renaud et Armide, Les deux peintres pointent le véritable projet politique de Louis XVI : devenir empereur, projet qu’il gardait caché 9.

Mais si Louis XVI ne dévoilait pas tout son projet, Ménageot ne dévoilait pas tout le sien non plus. Sa Cléopâtre laissait penser à d’Angiviller que ses moyens de lutte s’arrêtaient à la peinture. En réalité, alors que le Salon s’était ouvert le 25 août, dès le 14 septembre le peintre demandait son congé à l’Académie pour partir en voyage. Début octobre, il prit la route de Rome avec l’abbé de Bourbon, le fils de Louis XV et de Mademoiselle de Romans10. Que comptaient-ils faire sur place ? Dans la mesure où, sur fond d’affaire du collier de la reine, Breteuil essayait dans le même temps de prouver que Louis XVI envoyait les joyaux de la couronne à l’étranger et qu’il avait une maîtresse11, on peut se demander si Ménageot, fort de ses nombreux soutiens prestigieux, n’espérait pas faire pression sur le pape pour obtenir l’excommunication du roi et profiter de la mesure pour pousser l’abbé de Bourbon sur le trône à sa place avec l’approbation du Saint-Siège.



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2024, 4 mars). La Cléopâtre de Ménageot ou l’annonce d’une intrigue romaine contre Louis XVI. À travers champs. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyd8

  1. Voir Aurore Chéry, L’Intrigant, Flammarion, 2020, p. 194-195. []
  2. Ibid., p. 246-247. []
  3. Nicole Willk-Brocard, Ménageot, François Guillaume, 1744-1816, Paris, Arthéna, 1978. []
  4. Ibid., p. 11, 15, 16, 22, 23. []
  5. Ibid., p. 23. []
  6. Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, Paris, 1889, t. 14, p. 242. []
  7. Willk-Brocard, op. cit., p. 72. []
  8. Ibid., p. 23. []
  9. Voir L’Intrigant, op. cit.,  p. 320-323. []
  10. Willk-Brocard, op.cit., p. 24. []
  11. Voir L’Intrigant, p. 258-259. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.