La Cléopâtre de Suvée en morte vivante

Dans la continuité de la visite de Cléopâtre au tombeau de Marc Antoine par Ménageot, Suvée exposa une Mort de Cléopâtre au Salon de 1785.

Joseph Benoît Suvée, Mort de Cléopâtre, huile sur toile, 1785, collection particulière, Illustria. Une autre photo peut également être consultée sur le site de La Tribune de l’art.

Comme le tableau de Lagrenée sur la mort de la femme de Darius, Suvée s’inspire du Porcia de Lépicié qui avait été exposé au Salon de 1777. Dans le cas de Porcia, Brutus arrivait avant que sa femme ne se donne la mort, ce qui avait été pour Lépicié une manière de signifier que Louis XVI avait sauvé l’héritage d’Henri IV en tuant le tyran Louis XV. Chez Suvée, a priori, plus personne n’est susceptible de sauver Cléopâtre. Tout le monde pleure déjà sa mort. Cependant, Grimm fait remarquer que tout n’est peut-être pas perdu. Il trouve la position de ses jambes “vraiment burlesque : si l’une paraît morte, l’autre soutient tout le poids de son corps”. La Cléopâtre de Suvée ne ferait que semblant d’être morte. Au contraire de la femme à ses pieds qui, toujours selon Grimm, est “encore plus mourante, encore plus estropiée1.”

En fait, Suvée met en scène trois femmes qui se ressemblent fortement. Ces trois femmes renvoient aux trois femmes de la vie de Louis XVI : Marie-Antoinette, Marie-Philippine Lambriquet et Françoise Boze. Comme Lagrenée le jeune dans son Moïse, par la ressemblance des femmes qu’il peint, Suvée insinue que les trois femmes du roi ne sont plus qu’une, c’est Françoise Boze, l’actuelle maîtresse du roi, même si celle-ci se donne plusieurs identités et qu’elle joue plusieurs rôles. Il n’y a qu’une de ses identités qui est morte : Madame Dupont de La Motte, celle qui avait été introduite dans le cercle de Marie-Antoinette et avait corrompu la chambre des Lords pour favoriser la politique internationale de Louis XVI, alors qu’elle prétendait travailler pour la paix et pour le parti de la reine2. Elle est représentée par la femme aux pieds du lit, drapée dans une étoffe rouge, couleur de l’uniforme anglais.

La femme debout, qui tient le corps de Cléopâtre, paraît irritée de sa mort et prête à la venger. Elle fait écho à l’Andromaque de Vien. Elle est vêtue de bleu céleste, le bleu protestant comme on l’a déjà vu dans de précédents billets3. C’est elle qui représente Françoise Boze sous sa véritable identité. Le tableau semble ici répondre au Mathatias de Lépicié exposé au Salon de 1783, dans lequel l’artiste laissait entendre que le roi envisageait de s’appuyer sur ce que l’on faisait subir à sa maîtresse protestante pour pousser les protestants à la révolte. Suvée considère que c’est toujours le cas en 1785 et que, pour cela, le roi est prêt à utiliser le mensonge, à faire croire à une fausse mort de Cléopâtre. En cela, comme dans son Enée, Suvée est de mauvaise foi. Si Cléopâtre représente chez lui l’héritage d’HenrI IV, comme on l’a expliqué au début de ce billet, Louis XVI était en effet forcé de renoncer à cet héritage. Il savait très bien que révéler qu’il avait une maîtresse protestante et que c’est par contrainte qu’il avait dû accepter un mariage catholique avec Marie-Antoinette ferait scandale. S’il le faisait, comme Henri IV, on le forcerait à renoncer au trône. Néanmoins, Suvée pouvait quant à lui s’appuyer sur La Henriade de Voltaire pour défendre l’idée selon laquelle Henri IV était avant tout une figure de l’apaisement religieux et que c’est dans cet esprit d’apaisement, et tout à fait volontairement, qu’il s’était fait catholique pour devenir roi de France. On voit par là que l’édit de tolérance de 1787 s’imposait comme un enjeu dès 1785. Le faire accepter à Louis XVI, c’était faire triompher La Henriade comme l’expression de l’authentique héritage politique d’Henri IV et mettre fin aux âpres débats dont la nature de cet héritage faisait toujours l’objet.



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2024, 13 mars). La Cléopâtre de Suvée en morte vivante. À travers champs. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0g3

  1. Friedrich Melchior Grimm, Correspondance littéraire, philosophique et critique, Paris, 1889, t. 14, p. 243-244.  []
  2. Voir Aurore Chéry, L’Intrigant, Flammarion, 2020, p. 193. []
  3. Voir plus particulièrement celui-ci. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.