Vigée Le Brun révèle la maîtresse du roi en bacchante

La Bacchante assise exposée par Vigée Le Brun au Salon de 1785 s’inscrit dans la continuité de ses portraits de femmes, exposés au même Salon, et qui renvoyaient tous à Françoise Boze, la maîtresse du roi. Comme on l’a vu, avait l’habitude d’employer des identités variées dans ses activités d’espionne 1.

Elisabeth-Louise Vigée Le Brun, Bacchante assise, huile sur panneau de chêne, 1785, Musée Nissim de Camondo, Wikimédia Commons. Une version de meilleure qualité peut être consultée sous ce lien.

Contrairement aux femmes de ces portraits, la Bacchante est toutefois dénudée. Il ne lui sert plus à rien de se cacher, elle est mise à nu. Elle ne porte plus de chapeau et si elle rabat son bras sur son visage pour essayer de se cacher à nouveau, cela ne lui est plus d’aucune utilité.

L’œuvre joue également avec la gravure anglaise qui déclinait les amours du prince de Galles en singeant la relation de Louis XVI et de sa maitresse. Ici, la draperie rouge, couleur de l’uniforme anglais, se joint à une draperie en léopard qui couvre son intimité et rappelle le léopard héraldique des armoiries royales anglaises. Ce léopard dissimule en partie une chemise blanche, couleur d’Henri IV. On a donc un portrait de Françoise en maîtresse du prince de Galles pour dissimuler le fait qu’elle était en réalité la maîtresse du descendant d’Henri IV.

 



Citer ce billet
Aurore Chery Truffaut (2024, 1 mai). Vigée Le Brun révèle la maîtresse du roi en bacchante. À travers champs. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/10shx

  1. Voir Aurore Chéry, L’Intrigant, Flammarion, 2020, p. 205-210. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.