Pygmalion sans l’aide de Vénus

Au Salon de 1785, Regnault exposa un Pygmalion amoureux de sa statue.

Pygmalion priant Vénus d’animer sa statue, Jean-Baptiste Regnault

On a déjà eu l’occasion de le voir, la thématique de Pygmalion a été particulièrement prisée par Lagrenée l’aîné et Regnault a forcément ces tableaux en tête en peignant son propre Pygmalion. Or on note qu’il a fait des choix iconographiques différents et inattendus, ce qui aide à mieux comprendre sa démarche et comment il se situe par rapport à Lagrenée.

La première chose notable, c’est que Regnault peint la scène avant l’intervention de Vénus. Alors que Lagrenée représentait une statue qui avait déjà pris vie, chez Regnault elle reste désespérément de marbre.

L’autre élément remarquable, c’est le fait qu’elle tienne un oiseau, ce qui est inhabituel. En 1777, Lagrenée avait montré sa statue de Galatée avec un dauphin, ce qui est plus conséquent avec le fait qu’elle soit une Néréide. Comme on l’a vu, Lagrenée s’était servi de Galatée pour évoquer la première maîtresse du roi, Marie-Philippine Lambriquet. Ici, il s’agit vraisemblablement d’une évocation de la seconde maîtresse du roi, Françoise Boze. Le fait que le roi refuse de reconnaître publiquement son amour pour elle peut expliquer l’absence de Vénus dans le tableau. De la même manière, les roses qui ornent le socle de la statue sont blanches, comme si elles étaient également de marbre. Or les roses, d’après l’expression “cueillir la rose” qui était très courante au XVIIIe siècle, renvoient à l’acte sexuel. Là encore, Vénus est absente parce que le rapport sexuel est nié.

L’oiseau est également un symbole phallique. La statue de Regnault exprime donc le fait que c’est la femme qui détient le phallus, c’est elle qui mène la politique du roi. Cependant, cet oiseau reste lui aussi statufié, réduit à l’impuissance.

On note encore la présence d’un vase sur le banc sur lequel la statue est assise. Le vase renvoie à la matrice et donc à la progéniture de la statue/ Françoise Boze. Cette progéniture aussi se trouve paralysée dans le marbre. En conséquence, Regnault exprime le fait que c’est le roi lui-même qui se rend impuissant. D’un côté, il compte sur sa maîtresse pour mener sa politique à sa place, de l’autre il refuse de la reconnaître comme sa maîtresse. Le serpent se mord la queue et tout reste figé ; la statue ne s’anime pas.

 


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Chery Truffaut (28 mai 2024). Pygmalion sans l’aide de Vénus. À travers champs. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qlt


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.