Philoctète, emblème de l’égalité spartiate chez Taillasson

Au Salon de 1785, Jean-Joseph Taillasson aborda la guerre de Troie par l’intermédiaire d’une représentation de Philoctète à qui Ulysse et Néoptolème enlèvent les flèches d’Hercule.

Jean-Joseph Taillasson, Philoctète, huile sur toile, 1785, Musée du Louvre.

Il était ainsi décrit dans le livret :

“Après un accès de douleur, suivi d’un assoupissement, Philoctète s’aperçoit que les flèches lui ont été enlevées ; il reconnaît Ulysse, qui avait conseillé aux Grecs de l’abandonner dans l’île de Lemnos, il lui témoigne toute son indignation. Les guerriers lui annoncent qu’ils viennent de la part des dieux, pour le conduire au siège de Troie.

Ce tableau de 7 pieds 1/2 de large, sur 9 pieds 4 pouces de haut, est le morceau de réception de l’auteur.”

Ce personnage, comme on l’a vu, avait déjà été représenté par le peintre danois Abildgaard en 1775, mais ce dernier montrait Philoctète abandonné sur son île. Ici, il est soigné et sur le point de repartir pour le siège de Troie, qui sera enfin prise grâce à Philoctète et aux armes d’Hercule dont il avait hérité, ce qui est signifié par la présence de la peau du lion de Némée.

Face à Philoctète, Ulysse montre le ciel pour lui expliquer que ce sont les dieux qui le réclament. Quant à Néoptolème, il lui montre la direction de Troie et lui tend un carquois qui est certainement celui d’Hercule. Les deux personnages ressemblent aux Alexandre et Héphestion de Lagrenée l’aîné.

Le tableau est politique. Il rappelle que Troie n’a pu être prise sans l’aide d’Hercule et donc des Spartiates, réputés descendre d’Hercule. Il implique que l’égalité, chère aux Spartiates est une condition sine qua non de la victoire. La chute de Troie s’apparente donc bien à une révolution pour les contemporains de Louis XVI, elle résulte de la victoire des Spartiates.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Aurore Chery Truffaut (4 juin 2024). Philoctète, emblème de l’égalité spartiate chez Taillasson. À travers champs. Consulté le 20 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11rff


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.