Aux origines

Je me lance sur Hypothèses en ce début d’année avec la résolution de me tenir à un nombre régulier de billets. Nous verrons bien. L’après-thèse se révèle pour le moment assez accaparante par le montage des dossiers de postdoc.

Pour ce premier billet, je souhaiterais revenir sur l’introduction du propos liminaire de ma soutenance de thèse. Il est d’usage de décrire en quelques mots son parcours d’historien. Pour ma part, il m’a fallu remonter un peu loin, jusqu’à l’école primaire à vrai dire.  Ce qui m’importait en remontant aussi loin, c’était le contexte dans lequel s’est déroulé ma scolarité, un contexte qui a vraisemblablement joué un rôle pour bon nombre de chercheurs de ma génération. En 1989, le Bicentenaire de la Révolution était la première grande commémoration, issue de la poussée mémorielle des années 1980, à inclure tout un volet scolaire. J’étais alors au cours préparatoire et je me souviens qu’un jour, sans aucune introduction préalable, notre instituteur nous a enseigné La Marseillaise, un peu dans l’urgence semble-t-il, parce qu’il fallait que nous formions la chorale pour la cérémonie de plantation de l’arbre de la liberté de l’école, qui devait avoir lieu en présence d’un certain nombre de notables. Tout cela peut paraître parfaitement anodin, mais ce moment a pourtant décidé de nombreuses choses pour moi. Sans mettre exactement des mots sur ce que je ressentais, je n’aimais pas l’idée d’être instrumentalisée pour une quelconque cérémonie. Je remarquais bien alors que l’école n’était plus ce pour quoi je la fréquentais habituellement : il ne s’agissait plus d’apprendre mais d’ingurgiter pour pouvoir ensuite servir de décor dans le cadre d’enjeux qui nous dépassaient.

C’est à partir de là que mon intérêt pour le règne de Louis XVI et la Révolution s’est développé. J’avais l’impression d’avoir été flouée. Sur cette période, on avait renoncé à me donner les outils pour comprendre, ce qui l’avait en même temps enveloppée d’une aura de mystère qui la rendait intéressante.

Au fil du temps, après de nombreux tâtonnements, j’ai également compris ce qui s’était joué à ce moment-là. Les questions mémorielles et leurs usages sont devenus un autre de mes grands sujets d’intérêt, et ce d’autant plus qu’elles devenaient prépondérantes dans l’espace public. Evidemment, mon expérience personnelle m’aura rendu plus que sceptique sur le recours au “tout roman national” pour sauver “les territoires perdus de la République”. On manque encore d’études généralisées pour déterminer ce que deviennent les générations exposées aux injonctions mémorielles au cours de leur scolarité, c’est bien dommage.

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.