De nouvelles pistes iconographiques via Twitter

Il y a aujourd’hui un nombre assez important d’historiens sur Twitter. J’avoue pour ma part en faire un usage essentiellement passif. Je suis assez ennuyée par la limitation aux 140 caractères, mais aussi par les réactions un peu rapides sur l’actualité qu’on y lit régulièrement. S’y présenter comme historien,  chercheur ou professeur agrégé relève en effet du simple argument d’autorité alors qu’il s’agit, le plus souvent, d’exprimer une opinion sans aucune distance critique. De fait, les 140 caractères laissent peu de place pour la réflexion et la nuance.

J’apprécie néanmoins beaucoup que certains prennent le temps de live-tweeter des soutenances de thèse ou d’autres événements scientifiques, ce qui permet à ceux qui n’ont pas pu s’y rendre d’en avoir un aperçu. De même, certains chercheurs diffusent généreusement les offres d’emploi qui viennent à leur connaissance.

Pour ma part, du fait de ma spécialité, je suis surtout les dix-huitièmistes. Ils constituent un petit noyau très actif provenant d’horizons divers. Laurent, que je connais depuis longtemps, réalise un travail formidable avec le compte de La Folie XVIIIe. C’est par lui que je découvre nombre de publications et d’événements. Il retweete aussi très souvent les actualités du marché de l’art, ce qui est vraiment précieux pour une chercheuse intéressée par l’iconographie. Il me permet parfois de réfléchir à des pistes nouvelles. Ainsi, je viens de découvrir une oeuvre qui doit passer en vente chez Sotheby’s à New York le 29 janvier prochain. Elle est censée représenter le comte d’Angiviller en 1765, par Louis-Gabriel Blanchet.

Elle est signée

L.G. Blanchet/pinxt. Rome/1765

A vrai dire, l’identification du comte d’Angiviller pose question. L’homme représenté ne ressemble que d’assez loin aux autres portraits que nous connaissons de lui.

Fichier:Comte d'Angiviller.jpg
Le comte d’Angiviller. Portrait par Jean-Baptiste Greuze, vers 1763. New York, Metropolitan Museum of Art.
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/46/Joseph_Duplessis_-_Portrait_of_the_Comte_d%27Angiviller_-_WGA06870.jpg
Le comte d’Angiviller. Portrait par Joseph-Siffrein Duplessis, 1779. Château de Versailles.
Afficher l'image d'origine
Le comte d’Angiviller. Portrait par Etienne Aubry, entre 1768 et 1778. Musée Carnavalet

Certes, la ressemblance d’un personnage n’est jamais déterminante en peinture mais, spontanément, celui qui est représenté par Louis-Gabriel Blanchet nous renvoie plutôt au visage de Louis XV par Louis-Michel Van Loo. Les sourcils noirs très prononcés étant assez caractéristiques. Le type iconographique utilisé est toutefois très inhabituel pour un portrait, mais au fond elle ne l’est pas moins pour une représentation du comte d’Angiviller. En raison de la date de réalisation, plusieurs éléments pourraient toutefois pencher en faveur de l’hypothèse Louis XV. Tout d’abord, la présence des deux colonnes massives au second plan valent souvent pour une représentation du pouvoir. Elles ne se justifient pas pour le comte dont la véritable ascension intervient avec l’avènement de Louis XVI. D’autre part, le décor naturel s’avère plus symbolique que naturaliste. Alors que le ciel s’assombrit, que l’orage menace et que le vent se lève, le personnage oppose un bras et un doigt déterminés qui rappellent les gestes de commandement de la représentation du roi de guerre. De même, la branche d’arbre dégarnie commence à reverdir à l’approche de ce pseudo-d’Angiviller. Ainsi, malgré des vents contraires, il se dresse face aux éléments et fait pousser de superbes fleurs que lui portent un jeune garçon. Dans le cas d’un portrait de Louis XV, cette symbolique pourrait parfaitement s’expliquer par le contexte de 1765. La guerre de Sept Ans, qui s’est close en 1763, a sévèrement touché la France. On est à la recherche d’une nouvelle iconographie pour un roi dont il faut rétablir l’image. La marquise de Pompadour, qui s’est éteinte en 1764, n’est plus là pour soigner l’image de son royal amant. Son souvenir semble toutefois être présent dans ce portrait. En effet, elle s’était fait peindre en jardinière par Carle Van Loo.

Portrait de la Marquise de Pompadour par Carle Van Loo, vers 1754-1755. Château de Versailles.

Il pourrait donc s’agir ici d’un portrait de Louis XV en jardinier. On pourrait y voir une allusion à la création du jardin botanique de Trianon en 1759. La symbolique du jardin comme métaphore philosophique était par ailleurs très à la mode puisque c’est également en 1759 qu’est publié le Candide de Voltaire et sa célèbre conclusion :  « Il faut cultiver son jardin ».   Enfin, le jardin n’est pas sans rappeler le retour à l’agriculture prôné par les physiocrates.

Aussi, si ces pistes mériteraient encore d’être creusées, elles ne rendent pas absurde l’idée qu’il puisse effectivement s’agir d’un portrait de Louis XV. L’absence de signes distinctifs du pouvoir, la représentation d’un roi simple, dans cette dernière période du règne, devient peu à peu la règle. Il pourrait s’agir ici d’un de ses premiers avatars. D’autre part, même si Louis-Gabriel Blanchet exerçait à Rome, il n’est pas impossible qu’il ait été mis à contribution en tant que membre de l’Académie de France à Rome. Il a très bien pu travailler à partir d’un portrait de Louis-Michel Van Loo et de bustes du roi sans jamais le rencontrer. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une représentation du comte d’Angiviller semble ici assez peu crédible.

De l’open access et de son mésusage

Alors que je réfléchissais à un nouveau billet pour ce blog, je me trouve confrontée à une expérience déroutante. En parcourant le net, je réalise que je me trouve partie prenante d’une feuille journalistique, payante, dont j’ignorais l’existence jusque-là. Seul le sommaire est disponible en ligne et je m’y trouve en bonne place, comme si j’étais journaliste pour cette publication; avec un article dont le titre est similaire à un autre de mes articles, publié dans une revue scientifique disponible en open access. Que les articles circulent, c’est tant mieux, qu’ils touchent un public de non-spécialistes, je m’en réjouis également, mais en l’espèce, cela me pose ici d’importants problèmes. D’une part, il est tout à fait inadmissible de vouloir tirer profit d’une publication disponible gratuitement pour laquelle je n’ai d’ailleurs rien perçu. Mais plus grave, ce détournement porte atteinte à ma réputation. En effet, comme je l’ai déjà précisé, la mise en page laisse penser que j’ai apporté ma contribution à cette feuille de mon plein gré, que je travaille pour elle. Or, il s’agit d’un journal – auquel je ne ferai pas de publicité – qui se définit comme légitimiste et qui est tenu par un ancien candidat de l’Alliance royale – parti politique royaliste microscopique. Un rapide aperçu permet de noter qu’on y encense des personnalités comme Denis Tillinac ou Philippe de Villiers, des proximités qui m’apparaissent problématiques à bien des égards.

Alors certes, des légitimistes auront ainsi la possibilité d’élargir leur horizon de pensée, de lire des propos historiens et non réactionnaires sur l’historiographie de Louis XVI, mais il n’en demeure pas moins que je ne souhaite nullement apparaître comme une sympathisante de ce journal.

Aux origines

Je me lance sur Hypothèses en ce début d’année avec la résolution de me tenir à un nombre régulier de billets. Nous verrons bien. L’après-thèse se révèle pour le moment assez accaparante par le montage des dossiers de postdoc.

Pour ce premier billet, je souhaiterais revenir sur l’introduction du propos liminaire de ma soutenance de thèse. Il est d’usage de décrire en quelques mots son parcours d’historien. Pour ma part, il m’a fallu remonter un peu loin, jusqu’à l’école primaire à vrai dire.  Ce qui m’importait en remontant aussi loin, c’était le contexte dans lequel s’est déroulé ma scolarité, un contexte qui a vraisemblablement joué un rôle pour bon nombre de chercheurs de ma génération. En 1989, le Bicentenaire de la Révolution était la première grande commémoration, issue de la poussée mémorielle des années 1980, à inclure tout un volet scolaire. J’étais alors au cours préparatoire et je me souviens qu’un jour, sans aucune introduction préalable, notre instituteur nous a enseigné La Marseillaise, un peu dans l’urgence semble-t-il, parce qu’il fallait que nous formions la chorale pour la cérémonie de plantation de l’arbre de la liberté de l’école, qui devait avoir lieu en présence d’un certain nombre de notables. Tout cela peut paraître parfaitement anodin, mais ce moment a pourtant décidé de nombreuses choses pour moi. Sans mettre exactement des mots sur ce que je ressentais, je n’aimais pas l’idée d’être instrumentalisée pour une quelconque cérémonie. Je remarquais bien alors que l’école n’était plus ce pour quoi je la fréquentais habituellement : il ne s’agissait plus d’apprendre mais d’ingurgiter pour pouvoir ensuite servir de décor dans le cadre d’enjeux qui nous dépassaient.

C’est à partir de là que mon intérêt pour le règne de Louis XVI et la Révolution s’est développé. J’avais l’impression d’avoir été flouée. Sur cette période, on avait renoncé à me donner les outils pour comprendre, ce qui l’avait en même temps enveloppée d’une aura de mystère qui la rendait intéressante.

Au fil du temps, après de nombreux tâtonnements, j’ai également compris ce qui s’était joué à ce moment-là. Les questions mémorielles et leurs usages sont devenus un autre de mes grands sujets d’intérêt, et ce d’autant plus qu’elles devenaient prépondérantes dans l’espace public. Evidemment, mon expérience personnelle m’aura rendu plus que sceptique sur le recours au « tout roman national » pour sauver « les territoires perdus de la République ». On manque encore d’études généralisées pour déterminer ce que deviennent les générations exposées aux injonctions mémorielles au cours de leur scolarité, c’est bien dommage.