La révolution de Louis XVI : de « rien » au plan de Metz

En attendant la rédaction d’un prochain billet, je vous propose de vous familiariser avec les thèses que je développe dans L’Intrigant à travers deux autres médias.

Il y a tout d’abord cette vidéo, que j’ai écrite pour L’Histoire vous le dira.  Elle fait le point sur la manière dont il faut comprendre les nombreux « rien » dont Louis XVI parsème son journal, plus particulièrement le 14 juillet 1789.

 

D’autre part, pour mieux comprendre Varennes et le véritable projet de Louis XVI, qui était d’aller à Metz et non à Montmédy, vous pouvez également écouter  Historiquement vôtre du 10 novembre 2020. Vous retrouverez mes explications à la fin de la première demi-heure de l’émission.

Enfin, j’ai plus particulièrement évoqué le rapport de Louis XVI à la Révolution dans Historiquement show le 21 novembre, émission visible en ligne.

La police des Lumières et le pain

Avant ce nouveau confinement, on pouvait aller visiter aux Archives Nationales, l’exposition La Police des Lumières, qui présente un grand nombre d’archives de grand intérêt. Notons d’autre part qu’elle s’ouvre sur une section intitulée « Paris, une police sous contrôle royal », qui dit bien quelle importance il faut accorder à ce que pense le roi, car c’est lui que la police sert en premier lieu.

Je voulais plus particulièrement ici attirer l’attention sur un document conservé sous la cote Y//12830.  Il s’agit d’un tableau par le commissaire Dupuy, le 5 juillet 1789, sur les boulangeries du quartier Saint-Benoît.

La notice de Vincent Denis nous précise que Dupuy note pour chaque boulanger : « leur consommation quotidienne de farine, les stocks, le marché où ils se fournissent, ou les achats faits directement avec des marchands ou laboureurs. »

Il ajoute : « Le document permet de suivre l’approvisionnement de chaque boulangerie et de déterminer si elle va pouvoir continuer sa production habituelle de pain. De cette façon, la police peut répartir les achats de farine ou les faciliter, l’essentiel étant d’assurer que les boulangeries soient garnies coûte que coûte. »

Seulement, en 1789, ce « coûte que coûte » n’a apparemment pas semblé si essentiel que cela puisque le pain a manqué aussi bien en juillet 1789 que, de manière encore plus incompréhensible, en octobre.

On constate donc que la police et le roi pouvaient avoir un état extrêmement précis des stocks de farine à Paris, qu’ils pouvaient agir pour empêcher le pain de manquer et que néanmoins ils ne l’ont pas fait. Cela ne peut qu’abonder dans le sens de ce que j’explique dans L’Intrigant, c’est-à-dire que Louis XVI faisait des émeutes frumentaires un levier de sa politique révolutionnaire, méthode qu’il avait déjà employée pendant la guerre des farines pour ruiner la réputation de Turgot qu’il n’aimait pas.

En cela, il s’inspirait d’une stratégie classique de siège : pour prendre une ville, il faut affamer sa population afin de la forcer à se rendre ou à ouvrir ses portes quand on lui fait porter des vivres. Louis XVI ne pouvait pas faire la guerre comme il l’entendait mais il pouvait appliquer les méthodes de la guerre à la Révolution et plus particulièrement à Paris, comme Henri IV l’avait fait en 1591. Après avoir empêché le ravitaillement de la ville, il avait tenté, lors de la journée des farines, d’y faire pénétrer ses troupes dont les soldats étaient déguisés en paysans transportant des charrettes de farine.

Si ce qui est acceptable pour Henri IV et les autres rois ne l’est généralement pas pour Louis XVI, c’est tout simplement que nous sommes prisonniers de la légende d’un Louis XVI nourricier, soucieux d’empêcher les disettes en demandant à Parmentier de cultiver des pommes de terre. Le problème, c’est que cette image est une pure construction de la Restauration, régime qui voulait faire oublier que si Louis XVI aimait le peuple, c’était en révolutionnaire et pas en réformiste1.

  1. Sur le sujet, on pourra consulter mon article paru sur Retronews : « La fausse légende de Louis XVI et Parmentier luttant contre la famine » . []