Sur une acquisition du Château de Versailles (1)

En 2016, le Château de Versailles a fait l’acquisition, lors d’une vente publique, d’une représentation de Louis XVI en grand costume royal par Antoine-François Callet. Cette œuvre est connue par de très nombreuses copies si bien que le sens de cet achat peut échapper à qui ne s’intéresse pas spécifiquement aux portraits du roi. Ainsi, par exemple, l’article posté par La Tribune de l’art le 7 novembre 2016 ne manquait pas de s’interroger à ce propos. Il me semble donc que quelques notes pour éclairer l’historique de ce portrait et son importance ne seront pas inutiles.

callet_louis_xvi.jpg
Antoine-François Callet, Louis XVI en grand costume royal, huile sur toile, 1780, Château de Versailles, acquisition 2016.

Qui est Antoine-François Callet ?

Né en 1741 à Paris, Callet est agréé par l’Académie en 1779. C’est avant tout un peintre d’allégories et, à ce titre, on lui confiera plus particulièrement la réalisation de plafonds. C’est-à-dire qu’il était habitué à ménager des effets pour des œuvres destinées à être vues à grande distance et à privilégier la symbolique iconographique plutôt que la ressemblance. C’est une différence importante par rapport à l’autre peintre qui a représenté Louis XVI en grand costume royal : Joseph-Siffrein Duplessis, qui était, lui, surtout connu comme portraitiste. Cette divergence peut expliquer que les deux artistes n’aient pas abordé le portrait du roi de la même manière, ce qui se traduit nettement dans le rendu final.

Callet ne néglige pas nécessairement le portrait. C’est une activité qui peut s’avérer lucrative mais académiquement peu valorisée. Aussi, il peint surtout des personnages de haut rang comme les frères du roi, les comtes de Provence et d’Artois. Son portrait de Louis XVI est certainement aujourd’hui son œuvre la plus connue, sans que le public connaisse toujours le nom de l’artiste.

Il a fait l’objet d’un ouvrage monographique de Marc Sandoz (Antoine-François Callet, 1741-1823, Editart – Quatre Chemins, Tours, 1985) qui, concernant le portrait de Louis XVI, a surtout entretenu la confusion. En conséquence, ces portraits du monarque ont longtemps constitué une sorte de casse-tête. Il manquait la pierre de fondation qui permettrait de reconstituer exactement le puzzle, c’est cela que le Château de Versailles a tenté de faire.

Pourquoi faut-il que Louis XVI soit grand

C’est devenu un lieu commun, le plus souvent asséné sur le net : “Louis XVI mesurait 1,93 m, il était grand”. Cela semble être devenu un préalable indispensable, un marqueur culturel. Il y a ceux qui savent et ceux qui ne savent pas, et tout dialogue est bien sûr impossible entre ces deux camps.

Nous reviendrons ici sur l’origine de cette information et sur la manière dont elle a pris une place aussi disproportionnée dans la représentation que le public se fait de Louis XVI.

Les premiers à s’intéresser à la taille de Louis XVI sont les historiens Paul et Pierrette Girault de Coursac.

En 1980, ils organisent une petite exposition intitulée Louis XVI, esquisse d’un portrait au musée de Varennes-en-Argonne. A cette occasion, ils font reconstituer un manteau du sacre d’après le patron originale. Il est présenté sur un mannequin.  Dans le catalogue, non daté, on lit :

D’après les proportions du mannequin, Louis XVI mesurait donc environ 1 m86,5. Si on se réfère aux proportions indiquées par le tableau de Duplessis, Louis XVI mesurait environs 1 m89. (p. 9).

Plus tard, dans leur ouvrage Louis XVI, un visage retrouvé, (O.E.I.L, 1990, p. 12), il écrivent, en se fondant sur les archives relatives au manteau du sacre :

On se fera une plus juste idée de Louis XVI en remarquant qu’il est très grand. […] On trouve ainsi entre 188 et 190 centimètres pour la taille de Louis XVI.

Afficher l'image d'origine

Dans les années 1970, les Girault de Coursac ont entamé une vaste campagne visant la béatification de Louis XVI. Si leur objectif les a souvent conduits à une interprétation partiale des archives, ils ont néanmoins exhumé un grand nombre de sources utiles qui avaient été négligées jusque-là. Lorsqu’ils se mobilisent pour la taille de Louis XVI, c’est dans le but de montrer que leur héros a constamment été la victime d’actes malveillants qui ont donné de lui une représentation erronée de petit gros. La rhétorique du complot est omniprésente dans leurs écrits. En réalité, la question de la représentation de Louis XVI est complexe et très intéressante, mais elle ne relève bien entendu nullement de la théorie du complot. Mais tel n’est pas le sujet que nous voulons traiter ici.

La question de la taille de Louis XVI devient essentielle avec l’approche du Bicentenaire de la Révolution. Les royalistes préparent leur contre-Bicentenaire, ce sera la commémoration de la mort de Louis XVI le 21 janvier 1993. Une grande messe est organisée Place de la Concorde par un Comité  national pour la commémoration de la mort de Louis XVI. Des personnalités médiatiques telles que Thierry Ardisson en font partie, ce qui assure un bon relais de l’événement dans la presse et à la télévision. Ainsi, Guillaume Durand y consacre le numéro de Durand la nuit le 19 janvier 1993. On y voit notamment le député RPR Robert-André Vivien s’exprimer et se saisir à nouveau de la question de la taille du roi :

 Moi je suis de ces Français qui croyaient que Louis XVI était un petit bonhomme tout rond alors que c’était un type d’1, 90 m. Et j’ai découvert progressivement ce qu’il avait fait et ça a été un grand bonhomme.

Afficher l'image d'origine

La question de la taille de Louis XVI devient un positionnement en soi, qu’il ait été grand au propre revient à le rendre grand au figuré, ce qui lui permet d’accéder à la galerie des grands hommes du roman national, dont il avait été exclu jusque-là. En effet, il n’avait trouvé grâce ni aux yeux des royalistes ni à ceux de Lavisse.

Vous remarquerez que, au terme de ce billet, il nous manque encore quelques centimètres pour arriver à l’emblématique 1, 93 m. Je dois avouer que je n’ai pas réussi à en retrouver l’origine, mais il est très probable qu’il s’agisse d’un raccourci inconscient entre l’enjeu du 21 janvier 1993 et le rôle que la taille de Louis XVI y a joué. Les plus facétieux diront qu’il fallait compenser les quelques centimètres qu’il avait perdus.

“Le dauphin instruisant ses enfants” par Charles Monnet

Après le tableau de Lagrenée, La Vauguyon commanda une oeuvre d’un autre genre à l’artiste Charles Monnet. Exposée au Salon de 1771, elle est malheureusement perdue aujourd’hui. Quatre dessins préparatoires ont fait partie de la collection des frères Goncourt, deux sont identifiés actuellement.

Le premier a été acquis par le château de Versailles en 2013. Il était alors présenté sous le titre Le Dauphin, fils de Louis XV, et la Dauphine assistant à la leçon donnée à leurs trois enfants par leur gouverneur Monsieur de Vauguyon et leur précepteur l’ancien évêque de Limoges. Je prends la liberté de le modifier en Le dauphin instruisant ses enfants dans la légende ci-dessous, car le titre de la vente ne rend compte ni de la composition, ni du projet de La Vauguyon qui consistait à valoriser les qualités paternelles du dauphin. De fait, on voit bien que le dauphin, au centre, a un rôle actif. Il n’assiste pas à la leçon, il vérifie qu’elle est bien sue et s’apprête éventuellement à féliciter ou à sévir, le tout avec l’approbation d’une dauphine très attentive.

Le précepteur et le gouverneur, à l’arrière, expriment une tension à mi-chemin entre l’encouragement de leurs élèves et l’inquiétude qu’ils ne se montrent pas à la hauteur des exigences paternelles. A la différence du tableau de Lagrenée, la taille des différents princes permet de les distinguer aisément. C’est le comte d’Artois qui est interrogé et l’on voit le duc de Berry prêt à le seconder à la moindre défaillance.

Il est dommage qu’on ne puisse pas identifier la statue qui se trouve dans la niche, elle pourrait nous apporter quelques autres compléments utiles.

Charles MONNET (Paris 1732 - après 1808)
Charles Monnet, Le dauphin instruisant ses enfants, pierre noire, plume, encre brune et lavis brun, vers 1771, Château de Versailles

Voyons à présent le second dessin qui offre une perspective bien différente. L’attitude de la dauphine ne change pas, elle est toujours assise à son métier à tisser, de face, aux aguets. En revanche, presque tout le monde est assis cette fois. Cette différence permet de mettre l’accent sur la bonté du dauphin, qui autorise le gouverneur et le précepteur à s’asseoir au même rang que lui. L’identité des princes est moins certaine, est-ce le comte de Provence ou le comte d’Artois qui est interrogé ? La seule distinction visible est celle qui les sépare du duc de Berry, qui est debout, donc mieux valorisé, et qui paraît même plus âgé que sur le précédent dessin. Il se tient derrière son père, semble le seconder, il a changé de côté. Alors qu’il était prêt à secourir son petit frère précédemment, cette fois il aide son père à vérifier que ses cadets connaissent bien leur leçon. Son attitude paternelle préfigure son rôle de souverain, père de ses peuples. Autre contraste notable, le buste de Louis XV préside à la scène. Comme dans le tableau de Lagrenée, c’est donc la continuité dynastique qui est au centre de ce dessin : Louis XV, le dauphin et le duc de Berry étant les trois figures mises en avant.

Charles Monnet, le dauphin instruisant ses enfants, vente Tajan, 28 novembre 2002, lot. 82, puis vente Ader Nordmann du 4 avril 2019.

Le tableau original ressemblait plutôt à cette estampe puisqu’elle en a été tirée. On note nombre de similitudes avec notre deuxième dessin mais aussi quelques différence pleines de sens.

Cette estampe a été imprimée en illustration de l’ouvrage de l’abbé Gérard, Le Comte de Valmont ou les égarements de la raison. La première édition de cet ouvrage, initialement en trois volumes, date de 1774. Il s’agit d’un roman sentimental et épistolaire, pour suivre la mode du temps, mais avec une tonalité chrétienne. On suit les aventures du comte de Valmont égaré sur le chemin du libertinage par son ami, Lausane. Il est progressivement ramené à la vertu par son père et sa femme, Emilie.

Le succès de l’ouvrage a été grand si bien que l’auteur a décidé de lui donner une suite en 1778, en ajoutant deux volumes supplémentaires. Cette fois, on suit l’existence vertueuse de Valmont qui l’amène notamment à devenir conseiller intime du roi. Il devient surtout un père aussi vertueux et bon que le sien. Ces deux derniers volumes s’accompagnent de nombreuses notes, qui sont des réflexions philosophiques ou bien des éloges du fils de Louis XV. Cette dernière particularité nous renseigne sur la volonté de l’auteur d’inciter à une comparaison entre l’éducation que dispense le vertueux Valmont à ses enfants et celle offerte par le dauphin à ses propres enfants.

Certaines éditions comprennent l’insertion de l’estampe reprenant le tableau de Monnet, ce qui vient donner encore plus de force à cette ambition. L’ouvrage nous offre ainsi cette description de la gravure :

On y voit M. le dauphin servant lui-même d’instituteur aux jeunes princes. Madame la dauphine était présente : et l’évêque de Limoges et M. de La Vauguyon y assistaient assis, comme le voulait M. le dauphin, non pas sur un pliant, mais dans un fauteuil. Quelle école pour les pères ! et quel fonds d’espérance pour toute une nation ! (édition de 1778, t. IV, p. 254)

On remarquera que la dauphine a perdu en importance. Elle tourne désormais le dos au spectateur. Elle est admise à l’assemblée, mais elle n’est plus impliquée. Elle est entièrement tournée vers son mari à qui elle s’en remet totalement. Faut-il envisager par là que les dessins avaient été exécutés du vivant de la dauphine et qu’on a décidé de restreindre son rôle dans la peinture après son décès en 1767 ? C’est probable. Il paraît clair que c’est le comte d’Artois qui est sur les genoux de son père. Il semble assuré et volubile. A ses côtés, le comte de Provence est prêt à démontrer son savoir géographique en tenant une mappemonde. Le précepteur et le gouverneur paraissent confiants. Le rôle du duc de Berry est renforcé, son père lui tient la main, le consulte, le considère comme son alter-ego, ce qui a peut-être conditionné l’effacement de la dauphine, qui prenait alors trop de place.

Absence qui se révèle critique, le buste de Louis XV a disparu, remplacé par celui d’un empereur romain qui pourrait être Titus, car il est loué comme un exemple de bon souverain. Enfin, la statue, probablement la même que celle qui était visible sur le premier dessin, est assez logiquement Minerve pour présider à une scène où la science et la sagesse sont centrales.

A propos de l’ “Allégorie à la mort du dauphin” de Lagrenée

Je souhaiterais proposer deux billets concernant la représentation du futur Louis XVI en tant que dauphin. C’est en effet une période fondamentale pour comprendre les enjeux iconographiques qui vont prévaloir pendant le règne, c’est aussi une période un peu négligée par les biographes.

Dans ce premier billet, j’aimerais surtout revenir sur la manière dont l’historiographie peut influencer les lectures iconographiques. On verra qu’il est important, au contraire, de considérer l’iconographie comme une source propre, de l’analyser comme telle et de prendre le risque qu’elle puisse contredire une tradition historiographique.

Le futur Louis XVI est représenté au moment où il devient dauphin, soit au décès de son père à Fontainebleau le 20 décembre 1765.  En effet, les biographes du monarque insistent de préférence sur le décès de son frère aîné, le duc de Bourgogne, en 1761, qui était l’enfant chéri de la cour. Le futur Louis XVI a partagé ses jeux dans les derniers mois de sa vie, il lui a aussi souvent servi de souffre-douleur aussi. Ce choix n’est pas totalement neutre, il relève de la perception de Louis XVI en “vilain petit canard”, complexé par rapport à son brillant aîné, ce qui confine surtout à la projection rétrospective. En définitive, au-delà de la charge émotionnelle impliquée par le décès de l’enfant, les conséquences dynastiques étaient moindres et ne pouvaient certainement pas se comparer au choc produit par la mort du dauphin.

C’est alors le duc de La Vauguyon, le gouverneur du nouveau dauphin, qui prend en charge sa représentation figurée auprès du public.  C’est alors encore seulement un enfant de onze ans, La Vauguyon aura vraisemblablement jugé qu’il fallait lui laisser le temps de se préparer à son nouveau rôle. Aussi, il cherche plutôt à polariser l’attention sur le souvenir du défunt, dont le nouveau dauphin doit apparaître comme le digne héritier.

La Vauguyon commande ainsi à Lagrenée un grand tableau allégorique sur son agonie. Il est exposé au Salon de 1767.

Afficher l'image d'origine
Lagrenée l’aîné, Allégorie à la mort du dauphin, huile sur toile, 1767, Château de Fontainebleau.

 

Ce tableau a été au centre d’une exposition au Château de Fontainebleau en 2015, Le dauphin, l’artiste et le philosophe.

Je ne reviendrai pas sur la réception de l’oeuvre qui est bien connue, je renvoie notamment pour cela au catalogue de l’exposition. Je préfère m’arrêter sur la lecture que l’on en donne de nos jours. En effet, aucun document ne permet de d’identifier les personnages de manière certaine. S’il n’y a aucune ambiguïté sur le dauphin au centre de la composition et sur la dauphine, Marie-Josèphe de Saxe à ses côtés, si le personnage dans les nuées, tenant une couronne d’éternité, est sans conteste le duc de Bourgogne, décédé, l’identité des autres princes est moins certaine. A vrai dire, iconographiquement, elle ne devrait pas laisser place au doute, mais le même phénomène de projection à la “vilain petit canard” est observable ici. Le cartel de l’exposition, et le catalogue aussi, indiquaient en effet que le garçonnet aux pieds de son père, et tendant les bras vers lui, était le comte de Provence, futur Louis XVIII. Le duc de Berry, futur Louis XVI, était le garçon en retrait, portant les mains à son coeur. Enfin, le comte d’Artois était le prince près de sa mère. Ce dernier point ne pose pas question mais comment est-il possible de voir le comte de Provence dans le prince qui tend les bras vers son père ? Le geste en lui-même relie le père et le fils et symbolise la continuité dynastique. Par ailleurs, le jeune garçon est inclus dans une pyramide lumineuse l’unissant à la fois au duc de Bourgogne et à son père, le désignant par là comme leur héritier symbolique. C’est exactement le sens de ce que La Vauguyon essayait de faire à ce moment-là, en lui donnant les exemples de son frère et de son père à imiter. Seul un préjugé tenace concernant Louis XVI (forcément inapte puisqu’il n’a pas su faire face à la Révolution ) pousse à le voir dans le prince en retrait et dans l’ombre. Si personne n’a pris la peine de préciser l’identité des jeunes princes au XVIIIe siècle, c’est que la composition était transparente pour un public non conditionné par ce préjugé.

Dans le prochain billet, je traiterai d’une oeuvre aujourd’hui disparue de Charles Monnet, Le Dauphin instruisant ses enfants, qui nous est néanmoins connue par deux dessins et une gravure.

 

Les usages publics de l’histoire et le documentaire télévisé : le cas d’un documentaire sur Patrick Buisson

Je replace ici un article initialement publié sur le site du CVUH le 5 novembre 2016.

Le 27 octobre 2016, France 3 diffusait Patrick Buisson, le mauvais génie. Réalisé par Tancrède Ramonet et produit par Morgane Production, il s’agit de l’adaptation de l’ouvrage homonyme d’Ariane Chemin et Vanessa Schneider. En le visionnant, on repense avec nostalgie à l’époque où inviter un leader d’extrême droite à la télévision suscitait le débat. Si le documentaire constate en effet que Buisson a contribué à faire sauter les digues entre « la droite traditionnelle et l’extrême droite », il se garde bien de préciser que la forme même qu’il adopte est le résultat de ces digues totalement absentes, qui n’affectent pas seulement la frontière entre la droite et l’extrême droite, mais une grande partie de la société française et, plus particulièrement, de ses médias. Ici, pendant près d’une heure, les grandes figures de cette droite nationaliste s’affichent à l’écran : Bruno Mégret, le souverainiste Paul-Marie Coûteaux, Eric Branca, ancien directeur de la rédaction de Valeurs actuelles, Jean-Sébastien Ferjou d’Atlantico, Yves Montenay, ancien de Minute, Martin Peltier de Radio Courtoisie. Notons au passage qu’en arrivant à France Télévisions en 2015, Delphine Ernotte avait déclaré : « On a une télévision d’hommes blancs du plus de cinquante ans et ça, il va falloir que ça change (1)». Ici, bien que deux femmes soient les auteures du film, la seule présente à l’écran est Nathalie Kosciuzko-Morizet, pour une passage éclair. Il va sans dire que tout le monde est blanc. On remarque donc bien l’ampleur du changement. Notons encore que l’anti-intellectualisme règne et privilégie un confortable entre-soi journalistes-politiques. Le seul historien présent, Benjamin Stora, l’est à titre d’ancien étudiant de Nanterre, à la même époque que Buisson. Il s’agit donc avant tout d’un témoignage et non pas d’une analyse. Le recul critique est confié à Jean-Philippe Moinet, ancien journaliste au Figaro, créateur d’une association auto-proclamée Observatoire de l’extrémisme, organisme qui semble dormant et sert donc avant tout à gonfler le CV de son fondateur.

Le film commence par nous expliquer que ça n’a pas été facile, pour le jeune étudiant Buisson, d’être d’extrême droite à Nanterre, à la FNEF. Mais il assume, malgré tout. Pour un peu, il deviendrait presque héroïque, voire martyre quand les locaux de la FNEF sont attaqués. « Les gauchistes et Cohn-Bendit n’étaient pas des tendres » nous précise un de ses amis. Bruno Mégret nous évoque Minute « un journal un peu provocateur ». On débat pour savoir si c’était vraiment un journal antisémite. Au fond, Buisson, comme nous dit un autre intervenant, il a surtout permis de « libérer la parole ». La voix off tempère à peine. Par exemple, lorsqu’un extrait de la contribution de Buisson à LCI est présenté, on le voit évoquer un sondage relatif au procès Papon. Il y expose que les plus âgés, c’est-à-dire, ceux qui ont connu Vichy, sont les plus indulgents à l’égard de cette période. A aucun moment, cette parole et ses implications ne sont décryptées. La lecture totalement spécieuse de l’Occupation à travers les ouvrages et les documentaires de Buisson (Paris Céline, L’Occupation intime, Amour et sexe sous l’Occupation) est à peine suggérée. Elle est pourtant sans ambiguïté quand l’auteur ne cesse de vanter les douceurs de la période – éminemment érotique selon lui – qu’il passe presque totalement sous silence l’antisémitisme de Céline et que les forces de la résistance sont les seules porteuses de violence et donc nécessairement néfastes. A cet égard, on est gêné de constater que le documentaire de France 3 a emprunté la rhétorique buissonnienne en décrivant les affrontements de Nanterre : les violences sont le fait exclusif des « gauchistes ». En fait, c’est la geste buissonnienne qui nous est déroulée pendant une heure, son parcours, comment il a réussi, etc. Certes, il est bien un peu inquiétant, on nous précise qu’il est d’extrême droite mais puisque celle-ci s’est tant banalisée… Buisson devient ici intéressant en tant qu’être humain avec une histoire et c’est bien tout le problème puisque, parallèlement, il n’est jamais véritablement question des conséquences de ses idées autrement que sur un plan purement électoraliste. Les victimes du racisme et de l’islamophobie au quotidien, les victimes du sexisme aussi (un aspect de Buisson dont il n’est pas question dans le film) sont écartées. Enfin, le danger Buisson semble aujourd’hui appartenir au passé. Même si l’on voit Bruno Mégret affirmer fièrement que leurs idées ont triomphé, le film laisse croire que l’affaire des enregistrements à l’Elysée et, sous-entendue, l’élection de François Hollande, ont mis fin à son influence délétère. On va voir que les conditions de réalisation du film même montrent tout à fait le contraire.

Bien évidemment, tout cela n’a rien d’étonnant dans le climat actuel, le site Acrimed se fait régulièrement l’écho de ces dérives mais si je m’y intéresse aujourd’hui, c’est parce que j’ai été le témoin privilégié des transformations radicales subies par ce film, ce qui m’a conduite à me retrouver – bien malgré moi au vu du résultat final – mentionnée dans les remerciements. Ce point de vue de l’intérieur m’amènera à poser plus largement la question du statut du documentaire à la télévision. Il y a quelques mois, j’ai été contactée par Tancrède Ramonet, dont je connais le travail par ailleurs et qui est aussi un lecteur des Historiens de garde, pour intervenir dans son film. Son objectif était alors de traiter de la « buissonnisation des esprits ». Les usages publics de l’histoire par Patrick Buisson, directeur général de la chaîne Histoire depuis 2007, réalisateur de documentaires et d’ouvrages de vulgarisation sur l’Occupation, Louis-Ferdinand Céline ou les guerres de Vendée devaient être au cœur du propos. Etait-ce un choix légitime ? Parfaitement, dans la mesure où l’histoire est absolument centrale dans la stratégie buissonnienne : dans une interprétation très personnelle de Gramsci, Buisson fait de l’histoire l’un des principaux éléments pour imposer l’hégémonie culturelle de l’extrême droite. Une telle ambition ne s’est évidemment pas bornée à la chaîne Histoire. Comme l’a montré l’ouvrage publié par le CVUH, Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France, l’histoire a été un des fondements de la campagne du candidat et ce, au prix de déformations et de manipulations dans le but de servir son discours électoral. De même – et ça le documentaire le précise – c’est Patrick Buisson qui a imposé dans le débat politique le terme « identité », utilisé par Philippe de Villiers, avant de se voir consacrer par le « Ministère de l’immigration et de l’identité nationale » sous la présidence Sarkozy. Pendant une demi-journée de tournage, nous avons donc abordé ces sujets, nous avons même traité de l’image de la femme chez Buisson mais il est vrai, aussi, que nous avons parlé de son influence plus large, et ce jusqu’à la télévision publique. En effet, comme je l’ai déjà montré ailleurs, la télévision publique a été totalement conquise elle-même par les idées buissonniennes. Sous la présidence Sarkozy, elle a largement participé à la réécriture d’un nouveau roman national réactionnaire (2)  qui se poursuit actuellement à travers le soutien de productions comme Métronome de Lorànt Deutsch sur France 5 ou encore de Secrets d’histoire sur France 2. Tout cela, il en a donc été question et Tancrède Ramonet avait l’air véritablement déterminé sur le sens qu’il voulait donner à son film. De manière tout à fait anecdotique, il m’est arrivé de parler de « la Fête du travail », ce qu’il a absolument tenu à corriger pour que je parle de « la Fête des travailleurs ». De cette demi-journée de tournage, il n’est absolument rien resté. A ce moment-là, j’étais cependant loin d’imaginer ce qui allait se passer même si des expériences antérieures à France Télévisions m’y avaient préparée. Pour rappel, en 2011, j’avais participé à un documentaire de Frédéric Compain intitulé Tête-à-tête avec Louis XVI. Il était destiné à être diffusé sur France 2, en deuxième partie de soirée, à la suite du film de Thierry Binisti, Louis XVI, l’homme qui ne voulait pas être roi. Frédéric Compain est connu pour être un réalisateur qui donne une patte très personnelle à ses films et, au fond, c’est bien aussi le rôle du réalisateur de documentaire. Il n’hésite pas à explorer des terrains inhabituels. Au cours de ce tournage, nous avons donc parlé usages publics de l’histoire, transformation de l’image de Louis XVI à travers les médias et plus particulièrement la télévision, comment tout cela était en très grande partie liée à la présidence Sarkozy et, par ricochet, à l’influence de Patrick Buisson. Au cours de cette partie du tournage, une représentante de la chaîne n’a pas cessé d’intervenir auprès du réalisateur pour lui faire savoir qu’il allait trop loin, que ce n’était pas possible. Même s’il n’est rien resté de cette partie dans le montage final, la sanction est tombée à la programmation avec une diffusion sur France 5, en plein été, à un horaire tardif… On le voit donc, cela fait longtemps que les usages publics de l’histoire font partie des grands tabous de France Télévisions, on regrette cependant de constater que la situation s’est encore dégradée. Ainsi, j’ai non seulement été rayée du film mais je n’ai même pas été invitée à la présentation à la presse, une pratique tout à fait inhabituelle. S’il est peu probable que j’aie souhaité me rendre à une soirée où se trouvait tout le gratin de l’extrême droite, je ne peux que remarquer que j’embarrassais. Qui ? C’est la question qui reste posée et qui semble, elle aussi, éminemment embarrassante. Le réalisateur m’a appelée le lendemain de cette présentation à la presse pour me faire croire que ma radiation du film s’était décidée le matin même de cette présentation. Outre que la pratique est concrètement peu envisageable, le site coulisses-tv.fr annonçait la liste des intervenants du documentaire dès le 5 octobre, et je n’y apparaissais évidemment pas (3). Questionnée sur le sujet, Ariane Chemin n’a trouvé rien de mieux que de nier le fait que je n’aie pas été invitée.

Dans ces conditions, en notant l’opposition totale entre la note d’intention de l’auteur et le résultat final, on peut se demander s’il s’agit encore de documentaire. Le grand public confond régulièrement le documentaire (film d’auteur) et le reportage (travail journalistique), on le comprend tant la frontière semble de plus en plus ténue entre ces deux genres à la télévision. Néanmoins, malgré cela, on continue à agir comme si le réalisateur assumait bien son rôle d’auteur et je me suis trouvée particulièrement gênée quand Tancrède Ramonet a dû m’expliquer, de manière peu convaincante puisque c’était lui qui avait tenu à ce que je sois dans son film, pourquoi je n’y étais pas finalement. Il aurait été plus raisonnable que le véritable auteur de cette décision en assume toute la responsabilité. Je peux comprendre – et c’est plutôt risible – quand Secrets d’histoire m’appelle pour me demander, dans un premier temps, de participer à une émission sur Louis XVI puis finit par annuler sous prétexte que je critique les émissions de Stéphane Bern, avant de me rappeler – après une protestation publique de Jean-Luc Mélenchon, très relayée, concernant l’émission (4) – pour me demander de participer à une émission sur Louis XIV dont je ne suis absolument pas spécialiste et que j’ai donc naturellement décliné. Je comprends moins en revanche que le documentaire, théoriquement l’un des derniers espaces de liberté à la télévision, qui souffre déjà de se trouver réduit à des cases de diffusion de plus en plus réduites et de plus en plus tardives, doive en plus être ravalé aux pratiques d’une émission de divertissement culturel. Il est vrai, sans doute, que ce film ne changera pas grand chose à un climat déjà considérablement dégradé et inquiétant. Il révèle cependant plus ouvertement certains positionnements médiatiques qui font froid dans le dos.

Notes :
(1) Propos tenus sur Europe 1 le 23 septembre 2015 (retour au texte1)
(2) Voir http://web.archive.org/web/20130510025215/http://ihrf.univ-paris1.fr/spip.php?article433(retour au texte2)
(3) http://www.coulisses-tv.fr/index.php/documentaires/item/8375-%E2%80%9Cpatrick-buisson,-le-mauvais-g%C3%A9nie%E2%80%9D-doc-in%C3%A9dit-sur-france-3-jeudi-27-octobre(retour au texte3)
(4)http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2015/05/26/Lettre-%C3%A0-la-Pr%C3%A9sidente-de-France-T%C3%A9l%C3%A9visions(retour au texte4)

Marie Heurtin, Helen Keller, à propos des sourds et du roman national

Il y a quelques jours, je discutais avec Nathalie Roche qui est chanteuse et comédienne, mais aussi une coach qui connaît la  langue des signes ou, selon la terminologie popularisée par Yann Cantin, la noétomalalie. Nathalie a notamment travaillé sur le film Marie Heurtin de Jean-Pierre Améris, sorti en 2014.

En parlant avec elle, qui est entendante mais née de parents sourds, j’ai réalisé à quel point Marie Heurtin pouvait être une figure de référence pour la communauté sourde. Son histoire est ainsi très naturellement transmise par les parents aux enfants. Née en 1885 dans les environs de Nantes, Marie est sourde et aveugle. Son cas est jugé désespéré et elle risque de passer le restant de ses jours dans un asile. Heureusement, elle est finalement prise en charge par l’institution des Filles de la Sagesse où, éduquée avec une méthode appropriée à sa spécificité, Marie apprend à communiquer avec succès. Si le film d’Améris aurait pu contribuer à rendre ce récit plus largement populaire, la sortie concomitante du film La Famille Bélier d’Eric Lartigau ne lui a laissé aucune chance de s’imposer. S’il est aussi question de surdité dans ce dernier film, il s’agit avant tout d’une production destinée à plaire à la majorité entendante. La noétomalalie y relève de l’exotisme et, selon divers témoignages, elle est souvent incompréhensible pour un sourd. On se trouve donc face à deux films traitant de surdité dont l’un, à l’audience très restreinte, revendique éventuellement de servir de pont entre communautés sourde et entendante et dont l’autre, gros succès public, réaffirme néanmoins, sous couvert de bonnes intentions, la suprématie du monde entendant.

Afficher l'image d'origine

Face à un tel exemple, on pourrait penser qu’il n’est pas possible de concilier production à succès et respect des sourds. Or, l’exemple américain prouve le contraire. En effet, alors que Marie Heurtin est presque inconnue en France, Helen Keller, elle aussi née sourde et aveugle, est très populaire aux Etats-Unis. Il est vrai que Helen est un personnage plus affirmé : elle est devenue écrivaine et a été une militante très active, mais cela n’explique pas tout. Si Helen Keller est très connue, c’est en grande partie grâce aux fictions qui ont relaté sa vie. Sans être l’équivalent d’un Washington ou d’un Lincoln, elle appartient à un paysage familier et contribue à intégrer les sourds et les aveugles dans cette familiarité.

 

Afficher l'image d'origine
Photographie d’Helen Keller

Si Marie Heurtin n’occupe pas la même place dans l’imaginaire français, c’est en grande partie parce qu’elle ne trouve pas sa place au sein d’un roman national glorifiant essentiellement le figures de pouvoir masculines. Il en résulte l’idée que en tant que femme, issue d’un milieu modeste et handicapée de surcroît, elle ne peut pas intéresser le public. Par conséquent, elle ne peut s’inscrire que dans un contre-roman national, c’est-à-dire dans le récit mythique qui sert à fédérer le militantisme sourd. C’est le Congrès de Milan de 1880, qui a encouragé l’enseignement oral plutôt que l’usage de la langue des signes pour l’éducation des sourds, qui apparaît comme le symbole de l’oppression entendante. Si l’influence de ce Congrès a depuis été largement tempérée par les historiens, il continue à concentrer à lui seul l’animadversion contre la domination entendante. Dans un tel contexte, il n’est pas toujours facile de se poser en historien, mais je vous renvoie pour cela aux blogs de Yann Cantin. Pour autant, cette oeuvre d’historien est très utile : en effet, en se focalisant sur le Congrès de Milan, on néglige d’autres aspects qui semblent néanmoins être tout aussi importants. Ainsi, on s’intéresse plus rarement au rôle du clergé catholique, généralement perçu avec bienveillance.

L’abbé de l’Epée, par exemple, qui a initié les travaux sur la langue des signes au XVIIIe siècle, est une figure extrêmement consensuelle. Opportunément, il est décédé en 1789, ce qui lui a permis d’être unanimement célébré comme un bienfaiteur de l’humanité au moment du Bicentenaire de la Révolution. Son successeur, l’abbé Sicard, moins connu, avait lui choisi le camp de la réaction sans ambiguïté. De même, le clergé apparaît tout aussi positivement à travers l’éducation donnée à Marie Heurtin. De fait, l’héritage catholique est encore très présent dans la noétomalalie actuelle, beaucoup de signes ont des origines religieuses ou renvoient à la pratique catholique. De même, la volonté militante de préserver la langue telle qu’elle a été transmise par les anciens sourds ne sert pas toujours l’intersectionnalité des luttes. En effet, la langue continue ainsi à charrier des stéréotypes anciens ne serait-ce que dans les manières de signer les nationalités (le casque à pointe de l’Allemand, la fierté de l’Espagnol etc.)

Ainsi, la question que pose la relative occultation de Marie Heurtin dans la culture populaire dépasse la simple opposition entre deux films et ne devrait pas se réduire à un débat au sein de la seule communauté sourde. Ses implications sont en fait très larges.

Bien sûr, ce billet ne prétend pas se substituer à la parole sourde sur le sujet : je suis entendante et je viens d’une famille d’entendants. Néanmoins, je pense qu’il peut justement permettre aux entendants qui le liront de prendre conscience qu’ils vivent dans une société faite pour eux et les familiariser avec les enjeux des luttes de la communauté sourde.

Pour en savoir plus, voir les carnets de Yann Cantin :

 

L’histoire à la télévision publique sous Delphine Ernotte

Le 23 avril 2015, Delphine Ernotte était élue par le CSA à la tête de France Télévisions. Cette élection avait alors provoqué une polémique, elle était accusée d’être le fruit d’une procédure opaque voire irrégulière. Je ne me prononcerai pas sur ce point sur lequel je n’ai que peu d’informations. Notons néanmoins que Delphine Ernotte est la première femme à accéder à ce poste et qu’elle défend des positions féministes sur l’égalité professionnelle homme-femme, ce qui est déjà une nouveauté bienvenue.

Revenons maintenant à ce que nous connaissons mieux, c’est-à-dire la représentation de l’histoire à la télévision. L’arrivée de Delphine Ernotte s’est-elle traduite d’une quelconque manière sur ce plan ? Il semble bien que oui.

Je l’avais d’abord noté d’un point de vue personnel. Après avoir été contactée, du temps de Rémy Pflimlin,  par la rédaction de Secrets d’histoire pour participer à l’épisode intitulé “Louis XVI, l’inconnu de Versailles”, j’en avais finalement été écartée parce que, dixit, je critiquais Stéphane Bern. Je suppose qu’il fallait reconnaître dans cette allusion ma participation aux Historiens de garde. Aussi, ma surprises fut grande lorsque, quelques mois plus tard, la même rédaction me recontactait pour me proposer de “dire du mal de Louis XIV” pour l’épisode “Louis XIV, le roi est mort, vive le roi !” diffusé en septembre 2015. J’avais bien sûr refusé car, au-delà de la consigne pour le moins simpliste qui m’était donnée, je n’ai pas vocation à m’exprimer sur des sujets sur lesquels je ne mène pas de recherche et sur lesquels je n’ai donc rien à apporter. Entre les deux appels, Delphine Ernotte était arrivée à France Télévisions, l’épisode sur Louis XVI avait été diffusé et, en mai 2015, Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbière avaient adressé à la nouvelle présidente du groupe public, une lettre ouverte critiquant l’émission de Stéphane Bern, dont l’épisode Louis XVI apparaissait comme emblématique des “contenus idéologiques de ces émissions et [du] choix très orienté des sujets”. Si elle n’y a pas répondu directement, il semble bien que Delphine Ernotte ait transmis la lettre à la rédaction de Secrets d’histoire. Cela expliquerait le second appel que j’ai reçu peu après. Dans la logique tout aussi simpliste que j’ai décrite dans la note précédente : ma posture critique sur le roman national devait m’apparenter, je suppose, aux soutiens de Jean-Luc Mélenchon. Par conséquent, ma participation devait apparaître comme un gage donné suite à la lettre ouverte et démontrer une volonté d’ouverture de la rédaction à la nouvelle présidence de France Télévisions.

Les programmes récemment diffusés, de fait, ont marqué un certain recul de la représentation du roman national sur le service public. Cela se traduit surtout par des choix audacieux d’horaires de diffusion parfaitement impensables sous les précédentes présidences. Ainsi, le 10 mai 2016, pour la première fois, France Télévisions participait aux commémorations de l’abolition de l’esclavage en diffusant le docu-fiction Bois d’ébène de Moussa Touré et Jacques Dubuisson en prime-time sur France 2, soit la première chaîne du groupe et son horaire le plus convoité. Je ne me prononcerai pas sur le docu-fiction lui-même car je ne l’ai pas vu. Remarquons seulement que, en 2014 et 2015, la commémoration du 10 mai se déroulait uniquement sur France Ô et que, les années précédentes, elle avait pu, au mieux, aspirer à la troisième partie de soirée de France 3.

Afficher l'image d'origine
Photogramme extrait de “Bois d’ébène”

De même, le 16 mai 2015, la diffusion du documentaire Vichy, la mémoire empoisonnée de Michaël Prazan sur France 3, toujours en prime time, marque un autre tournant. En revenant sur la construction du mythe gaulliste de la France résistante, en contextualisant la théorie du “glaive et du bouclier” revenue dans le débat public à la faveur des propos d’Eric Zemmour, ce documentaire récuse la glorification de la France éternelle dont la télévision publique s’était faite l’une des propagandistes sans faille depuis quelques temps. C’est d’autant plus notable que le documentaire à la télévision traverse une grave crise depuis plusieurs années.

Photogramme extrait de “Vichy, la mémoire empoisonnée”

Ainsi, si certains historiens ont paru déçus (la divulgation des thèses de Paxton n’ayant bien sûr rien d’une nouveauté), il faut faire l’effort de replacer Vichy, la mémoire empoisonnée dans le temps télévisuel, ou plus particulièrement dans celui de France Télévisions. Il faut tout de même savoir que Apocalypse, décliné à l’envi depuis sa première diffusion en 2009, était devenu la référence incontournable du documentaire français. Le succès de ses ventes à l’international lui avait même permis de faire exister le documentaire français à l’étranger. Autant dire qu’un grand nombre de producteurs ne juraient plus que par lui. C’est à l’aune de ce contexte, et pas en se référant aux avancées historiographiques, que l’on mesure le mieux la valeur de ce qui se passe actuellement pour le documentaire historique à France Télévisions. Au demeurant, le roman national n’est pas pour autant enterré. Il y a fort à parier que les gaullistes angoissés par la diffusion de ce documentaire pourront se remettre de leurs émotions en regardant ce soir, le Secrets d’histoire intitulé “De Gaulle, le dernier des géants”.

Pour consulter mes précédents articles sur l’histoire à la télévision :

The French Revolution on TV in the New Millenium

et cet article, malheureusement disparu dans la mise à jour du site de l’IHRF, mais mis en ligne sur mon profil Academia, “L’Evasion de Louis XVI” : une leçon d’histoire paradoxale

A propos de Wikipedia

Disons-le d’emblée, je ne cautionne pas le discours anti-technologies qui veut faire de Wikipedia la bête noire absolue. Wikipedia est un outil et il faut simplement apprendre à s’en servir, comme il faut d’ailleurs apprendre à se servir d’une encyclopédie classique.

Néanmoins, parfois, cet outil pose question. Il a notamment pour effet de généraliser des phénomènes qui, autrefois, n’étaient que l’apanage de la célébrité et que, Antoine Lilti, notamment, a retracé  dans son dernier livre.1 .

Ainsi, il peut vous arriver de voir votre propre vie vous échapper et de parfaits inconnus prétendre qu’ils vous connaissent mieux que vous-même. Je récuse totalement l’idée de créer sa propre page Wiki car le risque que cela tourne à l’entreprise promotionnelle est trop grand. Néanmoins, le fait de ne pas avoir de page ne veut pas dire que vous êtes épargné.  Dernièrement, après l’épisode par lequel un de mes articles avait été contrefait par un journal légitimiste, je découvre que Wikipedia me présente comme une “militante du Front de gauche”. Au fond, la chose est assez drôle : être assimilée, par le même type de personnes et à peu près au même moment, à la fois au royalisme le plus réactionnaire et au FDG selon que ce que vous écrivez agrée ou non à ces personnes, c’est plutôt piquant. Je pourrais donc en rire et m’arrêter là. Cependant, plusieurs points me dérangent.

En premier lieu, cette ambition de “faire des listes” est un signe très inquiétant d’une société qui va mal. D’ailleurs, les utilisateurs Wiki qui s’autorisent à affirmer cette information fausse à mon sujet s’appuient sur un article d’un journal d’extrême-droite.

En second lieu, c’est une vision très caricaturale de la gauche qui, pour ces gens, semble se réduire au Front de gauche comme, il y a quelques temps, leurs parents la réduisaient à l’image du bolchévique au couteau entre les dents.

Enfin, je suis embêtée de me voir,  malgré moi, soutenir une gauche tribunicienne, ainsi qu’un parti que je n’apprécie guère parce qu’il me paraît problématique à bien des égards. Je suis notamment assez circonspecte face aux accointances de Jean-Luc Mélenchon avec Patrick Buisson alors que c’est justement moi qui ai rédigé les pages relatives à Buisson dans Les Historiens de garde.

Face à cette situation, quels sont les recours offerts par Wikipedia ? Vous pouvez certes contacter les bénévoles du site par courriel, mais ça prend du temps et, n’ayant pas encore eu de réponse, je ne sais pas si elle sera satisfaisante.

En attendant, vous êtes obligé d’aller livrer votre adresse IP en pâture à des utilisateurs Wiki malveillants qui, très sérieusement, pour corriger l’article vous invitent à aller faire une tribune dans la presse relative à votre appartenance politique. Le tout pour démentir un mensonge paru dans un journal d’extrême-droite. On marche totalement sur la tête.

Ajout de 16h17 : Non seulement, l’information fausse est revenue sur Wikipedia mais en plus, mon adresse IP est bloquée. De mieux en mieux !

1. Antoine Lilti, Figures publiques. L’invention de la célébrité 1750-1850, Paris, Fayard, 2014. 

La visite de Christian VII de Danemark à Louis XV

Le week-end dernier, je suis allée visiter l’exposition Louis XV à Fontainebleau qui se tient au château de Fontainebleau jusqu’au 4 juillet prochain. A vrai dire, il s’agit plus exactement de Fontainebleau au temps de Louis XV, aucune véritable spécificité liée au règne n’est mise en avant et c’est assez décevant. D’autre part, comme dans la plupart des expositions en France, tout est toujours extrêmement consensuel. Par exemple, la visite de Christian VII de Danemark en France, en octobre-novembre 1768, devient totalement insignifiante. Or, comme je travaille actuellement à une communication sur Christian VII pour le workshop qui se tiendra à Glasgow à la fin du mois : Masculinity, Health and Medicine, j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant d’en donner ici un aperçu moins compassé.

C’est au début du mois d’octobre 1768 que Louis XV apprit l’intention du jeune roi de Danemark (19 ans) de lui rendre visite.  Celui-ci se trouvait alors à Londres, où il avait notamment rendu visite à sa belle famille qui l’avait reçu assez froidement.

Fichier:Christian d 7.jpg
Attribué à Alexandre Roslin, Christian VII, dernier tiers du XVIIIe siècle, Museum of National History at Frederiksborg Castle

Le 3 octobre, Christian écrivait donc à Louis XV

Monsieur mon frère. De tous les objets qui m’ont engagé à voyager hors de mes Etats, il n’y en a point qui m’intéresse davantage que celui de voir Votre Majesté, et de connaître par moi même un roi si grand, si glorieux et si révéré. Je lui demande pour cet effet, la permission de me rendre près d’elle. Si elle le veut bien et si sa réponse est telle que je me la promets de son amitié, je partirai sans délai, et je me hâterai de me mettre a portée de lui dire de vive voix combien et avec quels sentiments je suis, monsieur mon frère,

De Votre Majesté, bon frère

CHRISTIANUS

Le sang de Louis XV ne dut alors faire qu’un tour, comme nous le verrons plus loin. Celui-ci s’empressa néanmoins de lui répondre qu’il le recevrait avec plaisir :

Monsieur mon Frère. Vous devez être persuadé du plaisir que j’aurai de recevoir Votre Majesté a ma Cour et de faire personnellement connaissance avec elle. Je crois que la meilleure manière de montrer mon attention pour Votre Majesté, c’est après lui avoir marqué les égards qui lui sont dus, d’éviter soigneusement de l’importuner par une étiquette très nuisible à l’agrément lorsqu’on voyage. La circonstance malheureuse où je me trouve, interdit a ma Cour les amusements j’y suppléerai par mon empressement pour Votre Majesté a lui témoigner combien je désire dans cette occasion de vivre avec elle comme

Son bon frère et ami.1

Si cette réponse n’omet pas de mentionner le plaisir que Louis XV aurait à recevoir le monarque danois, elle lui marque aussi d’emblée qu’ils n’auront guère l’occasion de se voir et que, comme il ne saurait être question de fêtes éclatantes en cette période de deuil, l’ennui guettait à la cour de France. Cette dernière allusion n’était pas véritablement anodine dans la mesure où Christian avait la réputation de voyager pour s’amuser. Il avait particulièrement défrayé la chronique scandaleuse lors de ses passages à Amsterdam et à Londres. On notera également que la période de deuil pour Marie Leszczynska, décédée le 24 juin 1768, s’avérait bien opportune. Elle devait officiellement s’étendre jusqu’au 13 décembre. Mais il en fallait plus pour décourager Christian et il arriva bien à Fontainebleau le 24 octobre au soir, au grand dam de Louis XV.

Les lettre que ce dernier adressait au même moment à son petit-fils Ferdinand de Parme, laissent en effet peu de place au doute quant à l’état d’esprit dans lequel il recevait Christian.

Le 24 octobre, justement, il lui écrivait :

Le roi de Danemark arrive ce soir ici. Je vous manderai tout ce qui se sera passé, mais j’aimerais mieux que ce fut un autre prince.

Le 21 novembre, il lui adresse encore quelques lignes relatives au souper qu’il a donné à Christian à Versailles :

Le roi de Danemark est ici ; je lui donne à souper en nombreuse compagnie ; après quoi il s’en retourne à Paris. Il aura demain une fête chez le duc d’Orléans, et dimanche il va passer trois jours à Chantilly, chez le prince de Condé. Après quoi, il prendra congé de moi, et il compte partir le huit du mois prochain pour s’en retourner directement chez lui.

Comme on le voit, ce qui préoccupe essentiellement Louis XV, c’est le temps que Christian passera loin de lui. Il s’est arrangé pour que tous les princes du sang en aient leur part et il se réjouit déjà à l’idée de la date de son départ prochain.

Ferdinand n’ayant peut-être pas bien saisi à quel point il était heureux que Christian ait décidé de retourner directement au Danemark, Louis XV précise dans sa lettre du 28 novembre :

Vous vous passerez du roi de Danemark. Il part d’ici le 8 décembre pour retourner directement à Copenhague ; aussi votre Carême sera tranquille.

Tout risque n’est cependant pas écarté pour Parme, et Louis XV d’ajouter le 19 décembre :

C’est la convenance et la dépense qui font retourner tout de suite Sa Majesté danoise chez lui, mais je ne répondrais pas que, dans quelques années, il ne fit sa visite en Italie. 2

A vrai dire, Louis XV semble se trouver complètement terrifié à l’idée de devoir passer du temps avec le monarque danois. Lorsqu’il le rencontre pour la première fois, si l’on en croit une note du baron de Gleichen, alors ambassadeur du Danemark en France, c’est tout juste s’il lui a adressé la parole :

Lorsqu’il se présenta pour la première fois à Louis XV, ce monarque, qui n’avait jamais su adresser la parole à un nouveau visage, embrassa le roi de Danemark sans lui dire un mot, et se tourna vers le comte de Bernstorff pour lui parler, parce qu’il l’avait connu anciennement durant son ambassade en France. Le roi de Danemark sentit l’incongruité de cette réception, fit sur-le champ une pirouette en se tournant vers le duc de Choiseul qu’il aborda, et celui-ci sut bien vite attirer son maître à la conversation entamée avec le jeune monarque.

Néanmoins, Gleichen était un intime de Choiseul, alors Secrétaire d’Etats aux Affaires étrangères, et il est probable qu’il ait préféré flatter le ministre plutôt que le roi. Ce qui ne trompe pas, cependant, c’est qu’il a été remercié après le retour au Danemark, signe évident que l’attitude de la France n’avait pas eu l’heur de plaire à la monarchie danoise.

Ce que redoute surtout Louis XV, c’est de devoir se trouver seul avec Christian VII qui lui a demandé un tête-à-tête. Choiseul dut botter en touche en prétextant une incompatibilité de l’étiquette française. Là encore, c’était sans compter sur la persévérance du jeune roi. Après avoir été convié à souper avec Louis XV et une nombreuse assemblée de jolies dames le 24 octobre à Fontainebleau, Christian reçut une visite de courtoisie du Bien-Aimé le lendemain, accompagné des princes du sang et d’une nuée de courtisans. Il enleva littéralement Louis XV, comme le raconte Gleichen :

il le prit par la main, et, marchant fort vite, l’entraîna vers son cabinet dont il entr’ouvrit la porte, s’y glissa après lui et la referma à double tour. Tout cela se passa si lestement que le duc d’Orléans, poussé par la foule qui se pressait de suivre, heurta avec son gros ventre contre la porte

Le malaise de Louis XV tenait vraisemblablement à la réputation de folie du jeune roi. Quoique le Bien-Aimé ait été passionné de médecine et de chirurgie, en ce XVIIIe siècle qui cherche de plus en plus à contrôler la société et à la préserver de la folie, la maladie mentale avait un caractère terrorisant. Le programme qui lui fut préparé en France était d’ailleurs si chargé que Christian, s’il l’avait souhaité, n’eut que très rarement l’occasion de se livrer aux frasques qui avaient émaillé ses précédents séjours à l’étranger.

Du reste, évoquer sa folie était évidemment tabou. Gleichen rapporte encore

Madame de Choiseul, croyant que nous étions tout seuls, me dit : Votre roi est une tête, … , et moi, voyant un homme qui était derrière elle, je répondis en baissant les yeux : couronnée. Elle s’avisa tout de suite que quelqu’un nous écoutait : Pardon, me dit-elle, vous ne m’avez pas laissée achever, je voulais dire que votre roi est une tête qui annonce les plus belles espérances.4

1. Ces lettres sont conservées au Ministère des Affaires étrangères. Correspondance de Danemark, t. CLIII. Elles sont ici citées d’après l’article de Charles de Larivière, “Le roi de Danemark Christian VII à Paris en 1768”, Revue politique et parlementaire, 1908, t. LVII, p. 348-365.

2. Ces lettres sont retranscrites dans Philippe Amiguet, Lettres de Louis XV à l’infant  Ferdinand de Parme, Paris, Grasset, 1938, p. 110-120.

3. La note de Gleichen est extraite de Paul Grimblot, Souvenirs de Charles-Henri, baron de Gleichen, Paris, 1868,  p. XXXIV – XXXV.

4.  Ibid., p. 40-41.

De nouvelles pistes iconographiques via Twitter

Il y a aujourd’hui un nombre assez important d’historiens sur Twitter. J’avoue pour ma part en faire un usage essentiellement passif. Je suis assez ennuyée par la limitation aux 140 caractères, mais aussi par les réactions un peu rapides sur l’actualité qu’on y lit régulièrement. S’y présenter comme historien,  chercheur ou professeur agrégé relève en effet du simple argument d’autorité alors qu’il s’agit, le plus souvent, d’exprimer une opinion sans aucune distance critique. De fait, les 140 caractères laissent peu de place pour la réflexion et la nuance.

J’apprécie néanmoins beaucoup que certains prennent le temps de live-tweeter des soutenances de thèse ou d’autres événements scientifiques, ce qui permet à ceux qui n’ont pas pu s’y rendre d’en avoir un aperçu. De même, certains chercheurs diffusent généreusement les offres d’emploi qui viennent à leur connaissance.

Pour ma part, du fait de ma spécialité, je suis surtout les dix-huitièmistes. Ils constituent un petit noyau très actif provenant d’horizons divers. Laurent, que je connais depuis longtemps, réalise un travail formidable avec le compte de La Folie XVIIIe. C’est par lui que je découvre nombre de publications et d’événements. Il retweete aussi très souvent les actualités du marché de l’art, ce qui est vraiment précieux pour une chercheuse intéressée par l’iconographie. Il me permet parfois de réfléchir à des pistes nouvelles. Ainsi, je viens de découvrir une oeuvre qui doit passer en vente chez Sotheby’s à New York le 29 janvier prochain. Elle est censée représenter le comte d’Angiviller en 1765, par Louis-Gabriel Blanchet.

Elle est signée

L.G. Blanchet/pinxt. Rome/1765

A vrai dire, l’identification du comte d’Angiviller pose question. L’homme représenté ne ressemble que d’assez loin aux autres portraits que nous connaissons de lui.

Fichier:Comte d'Angiviller.jpg
Le comte d’Angiviller. Portrait par Jean-Baptiste Greuze, vers 1763. New York, Metropolitan Museum of Art.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/4/46/Joseph_Duplessis_-_Portrait_of_the_Comte_d%27Angiviller_-_WGA06870.jpg
Le comte d’Angiviller. Portrait par Joseph-Siffrein Duplessis, 1779. Château de Versailles.

Afficher l'image d'origine
Le comte d’Angiviller. Portrait par Etienne Aubry, entre 1768 et 1778. Musée Carnavalet

Certes, la ressemblance d’un personnage n’est jamais déterminante en peinture mais, spontanément, celui qui est représenté par Louis-Gabriel Blanchet nous renvoie plutôt au visage de Louis XV par Louis-Michel Van Loo. Les sourcils noirs très prononcés étant assez caractéristiques. Le type iconographique utilisé est toutefois très inhabituel pour un portrait, mais au fond elle ne l’est pas moins pour une représentation du comte d’Angiviller. En raison de la date de réalisation, plusieurs éléments pourraient toutefois pencher en faveur de l’hypothèse Louis XV. Tout d’abord, la présence des deux colonnes massives au second plan valent souvent pour une représentation du pouvoir. Elles ne se justifient pas pour le comte dont la véritable ascension intervient avec l’avènement de Louis XVI. D’autre part, le décor naturel s’avère plus symbolique que naturaliste. Alors que le ciel s’assombrit, que l’orage menace et que le vent se lève, le personnage oppose un bras et un doigt déterminés qui rappellent les gestes de commandement de la représentation du roi de guerre. De même, la branche d’arbre dégarnie commence à reverdir à l’approche de ce pseudo-d’Angiviller. Ainsi, malgré des vents contraires, il se dresse face aux éléments et fait pousser de superbes fleurs que lui portent un jeune garçon. Dans le cas d’un portrait de Louis XV, cette symbolique pourrait parfaitement s’expliquer par le contexte de 1765. La guerre de Sept Ans, qui s’est close en 1763, a sévèrement touché la France. On est à la recherche d’une nouvelle iconographie pour un roi dont il faut rétablir l’image. La marquise de Pompadour, qui s’est éteinte en 1764, n’est plus là pour soigner l’image de son royal amant. Son souvenir semble toutefois être présent dans ce portrait. En effet, elle s’était fait peindre en jardinière par Carle Van Loo.

Portrait de la Marquise de Pompadour par Carle Van Loo, vers 1754-1755. Château de Versailles.

Il pourrait donc s’agir ici d’un portrait de Louis XV en jardinier. On pourrait y voir une allusion à la création du jardin botanique de Trianon en 1759. La symbolique du jardin comme métaphore philosophique était par ailleurs très à la mode puisque c’est également en 1759 qu’est publié le Candide de Voltaire et sa célèbre conclusion :  “Il faut cultiver son jardin”.   Enfin, le jardin n’est pas sans rappeler le retour à l’agriculture prôné par les physiocrates.

Aussi, si ces pistes mériteraient encore d’être creusées, elles ne rendent pas absurde l’idée qu’il puisse effectivement s’agir d’un portrait de Louis XV. L’absence de signes distinctifs du pouvoir, la représentation d’un roi simple, dans cette dernière période du règne, devient peu à peu la règle. Il pourrait s’agir ici d’un de ses premiers avatars. D’autre part, même si Louis-Gabriel Blanchet exerçait à Rome, il n’est pas impossible qu’il ait été mis à contribution en tant que membre de l’Académie de France à Rome. Il a très bien pu travailler à partir d’un portrait de Louis-Michel Van Loo et de bustes du roi sans jamais le rencontrer. Quoi qu’il en soit, l’hypothèse d’une représentation du comte d’Angiviller semble ici assez peu crédible.

De l’open access et de son mésusage

Alors que je réfléchissais à un nouveau billet pour ce blog, je me trouve confrontée à une expérience déroutante. En parcourant le net, je réalise que je me trouve partie prenante d’une feuille journalistique, payante, dont j’ignorais l’existence jusque-là. Seul le sommaire est disponible en ligne et je m’y trouve en bonne place, comme si j’étais journaliste pour cette publication; avec un article dont le titre est similaire à un autre de mes articles, publié dans une revue scientifique disponible en open access. Que les articles circulent, c’est tant mieux, qu’ils touchent un public de non-spécialistes, je m’en réjouis également, mais en l’espèce, cela me pose ici d’importants problèmes. D’une part, il est tout à fait inadmissible de vouloir tirer profit d’une publication disponible gratuitement pour laquelle je n’ai d’ailleurs rien perçu. Mais plus grave, ce détournement porte atteinte à ma réputation. En effet, comme je l’ai déjà précisé, la mise en page laisse penser que j’ai apporté ma contribution à cette feuille de mon plein gré, que je travaille pour elle. Or, il s’agit d’un journal – auquel je ne ferai pas de publicité – qui se définit comme légitimiste et qui est tenu par un ancien candidat de l’Alliance royale – parti politique royaliste microscopique. Un rapide aperçu permet de noter qu’on y encense des personnalités comme Denis Tillinac ou Philippe de Villiers, des proximités qui m’apparaissent problématiques à bien des égards.

Alors certes, des légitimistes auront ainsi la possibilité d’élargir leur horizon de pensée, de lire des propos historiens et non réactionnaires sur l’historiographie de Louis XVI, mais il n’en demeure pas moins que je ne souhaite nullement apparaître comme une sympathisante de ce journal.

Aux origines

Je me lance sur Hypothèses en ce début d’année avec la résolution de me tenir à un nombre régulier de billets. Nous verrons bien. L’après-thèse se révèle pour le moment assez accaparante par le montage des dossiers de postdoc.

Pour ce premier billet, je souhaiterais revenir sur l’introduction du propos liminaire de ma soutenance de thèse. Il est d’usage de décrire en quelques mots son parcours d’historien. Pour ma part, il m’a fallu remonter un peu loin, jusqu’à l’école primaire à vrai dire.  Ce qui m’importait en remontant aussi loin, c’était le contexte dans lequel s’est déroulé ma scolarité, un contexte qui a vraisemblablement joué un rôle pour bon nombre de chercheurs de ma génération. En 1989, le Bicentenaire de la Révolution était la première grande commémoration, issue de la poussée mémorielle des années 1980, à inclure tout un volet scolaire. J’étais alors au cours préparatoire et je me souviens qu’un jour, sans aucune introduction préalable, notre instituteur nous a enseigné La Marseillaise, un peu dans l’urgence semble-t-il, parce qu’il fallait que nous formions la chorale pour la cérémonie de plantation de l’arbre de la liberté de l’école, qui devait avoir lieu en présence d’un certain nombre de notables. Tout cela peut paraître parfaitement anodin, mais ce moment a pourtant décidé de nombreuses choses pour moi. Sans mettre exactement des mots sur ce que je ressentais, je n’aimais pas l’idée d’être instrumentalisée pour une quelconque cérémonie. Je remarquais bien alors que l’école n’était plus ce pour quoi je la fréquentais habituellement : il ne s’agissait plus d’apprendre mais d’ingurgiter pour pouvoir ensuite servir de décor dans le cadre d’enjeux qui nous dépassaient.

C’est à partir de là que mon intérêt pour le règne de Louis XVI et la Révolution s’est développé. J’avais l’impression d’avoir été flouée. Sur cette période, on avait renoncé à me donner les outils pour comprendre, ce qui l’avait en même temps enveloppée d’une aura de mystère qui la rendait intéressante.

Au fil du temps, après de nombreux tâtonnements, j’ai également compris ce qui s’était joué à ce moment-là. Les questions mémorielles et leurs usages sont devenus un autre de mes grands sujets d’intérêt, et ce d’autant plus qu’elles devenaient prépondérantes dans l’espace public. Evidemment, mon expérience personnelle m’aura rendu plus que sceptique sur le recours au “tout roman national” pour sauver “les territoires perdus de la République”. On manque encore d’études généralisées pour déterminer ce que deviennent les générations exposées aux injonctions mémorielles au cours de leur scolarité, c’est bien dommage.

 

 

 

 

À travers champs

L’expression “à travers champ” renvoie à l’idée d’un itinéraire hors des sentiers battus et c’est ce dont ce carnet souhaite parler en premier lieu. La crise de l’université, la raréfaction des postes d’enseignant-chercheur, poussent en effet de plus en plus l’aspirant historien à inventer de nouveaux modes d’expression et de transmission de sa recherche et de ses savoirs. Il s’agira donc ici de proposer des réflexions sur diverses expériences vécues (en musée, dans le monde des médias, de l’art…) pour essayer de comprendre comment elles influent sur la pratique du chercheur. Nous employons d’autre part le pluriel “champs” pour faire signe du côté des champs disciplinaires car c’est parfois à la faveur de ces chemins de traverse, qu’ils soient subis ou revendiqués, que le chercheur peut s’ouvrir à l’interdisciplinarité et ainsi enrichir sa pensée et diversifier ses approches méthodologiques. Les billets de ce carnet envisagent de rendre compte des nouvelles manières d’être historien au XXIe siècle, en ne s’interdisant pas au besoin de recourir aux perspectives comparatives entre différents pays. Nous y développerons les problématiques que ces nouvelles pratiques soulèvent mais aussi ce en quoi elles peuvent s’avérer d’un grand profit pour la recherche.

Les nouvelles manières d'être historien au XXIe siècle