Archives par mot-clé : Christian VII

Ludwig ou les vices du régime monarchique

Arte a récemment rediffusé le Ludwig ou le crépuscule des dieux de Visconti, un film qui se présente comme un biopic sur Louis II de Bavière mais qui n’en pose pas moins d’intéressantes questions sur la monarchie en général, même si le réalisateur n’a pas cherché à rendre compte des arcanes de la politique du souverain bavarois. Il n’entre pas dans des considérations exagérément intimes ou psychologisantes pour expliquer la situation du roi si bien que ce sont finalement surtout les rouages de la monarchie qui se montrent crûment au spectateur. Or ce qui s’est passé en Bavière rejoint en fait des schémas assez récurrents dans le régime monarchique, récurrence qui n’apparaît pas toujours clairement parce que l’on a tendance à percevoir chaque règne comme une unité propre et que la télévision et les ouvrages grand public traitent constamment de la monarchie sur le mode anecdotique. Ainsi, par exemple, quand un roi met du temps à concevoir un héritier, ou n’en conçoit pas du tout, on va considérer qu’il s’agit d’une anomalie et on va plus aisément rechercher des causes personnelles pour l’expliquer (homosexualité latente, maladie…) que des raisons structurelles. En effet, il s’agit là d’un pilier de la monarchie héréditaire et, en conséquence, le roi ne pourrait que l’approuver puisqu’il est le roi. Seulement, l’argument est tautologique. Le film de Visconti fait toutefois ressortir trois grands problèmes de la monarchie que je voudrais rapidement présenter ici : le mariage du prince, la guerre et la révocation du souverain pour cause de folie. Je voudrais ici proposer quelques pistes de réflexion, inspirées par mes travaux sur le XVIIIè siècle, pour essayer de percevoir la monarchie sous un angle un peu différent et comprendre en quoi elle pouvait poser problème au monarque lui-même.

Le mariage

Tout le monde sait que les mariages entre dynasties royales obéissent d’abord à des critères d’intérêts politiques et diplomatiques. Si le prince cherche une relation fondée sur de réelles affinités, il a la possibilité de prendre une maîtresse. Cependant, la maîtresse ne règle pas tous les problèmes posés par la mariage dynastique qui repose avant tout sur des rapports de pouvoir. La princesse qui entre dans une nouvelle famille a généralement la mission de servir de cheval de Troie et de noyauter, si possible, les rouages de l’Etat de son mari pour qu’il puisse servir les intérêts de sa famille. Louis II de Bavière ne s’est pas marié et ils étaient nombreux qui l’auraient bien imité avant lui. 

De plus en plus de rois se seraient bien mis à suivre l’exemple de certaines reines qui avaient renoncé au mariage, à l’instar d’Elisabeth Ière d’Angleterre. Frédéric II de Prusse, Christian VII du Danemark, Gustave III de Suède et Louis XVI en France se sont tous mariés à regret en considérant que l’on cherchait à introduire l’ennemi dans leur lit.1  En conséquence, ces rois étaient tout aussi réticents à l’idée de produire un héritier puisqu’il ne ferait que renforcer le pouvoir de cet ennemi. La masculinité n’était pas l’assurance d’avoir le dessus dans la lutte contre la belle-famille. Tout dépendait des rapports de force géopolitiques et de l’arbitrage de la noblesse de cour. En cas de conflictualité entre le roi et la noblesse, cette dernière pouvait avoir intérêt à soutenir la reine pour mieux tenir le roi en bride. Elle disposait pour cela d’une arme déterminante : elle commandait les troupes.2 C’est ce qui nous amène au second point.

La guerre

Visconti fait de la guerre un point nodal de son film c’est, pour Louis II, le début de la fin. En effet, la guerre est souvent un puissant révélateur du pouvoir réel du roi. Avec l’émergence de la société de cour, la noblesse avait de moins en moins d’avantages à aller combattre. Au contraire, surtout si le roi restait à la cour, elle pouvait éventuellement manquer des occasions d’obtenir des grâces et des pensions. Mais surtout, plaçons-nous dans une situation où le roi n’a pas souhaité son mariage et où il se trouve en conflit avec la noblesse, il n’a alors pas la possibilité de faire respecter sa position contre les ambitions de sa belle-famille. En effet, si la noblesse a intérêt à soutenir la reine contre le roi, elle le fera aussi sur le champ de bataille. Le roi peut alors éventuellement compter sur une défaite qui lui permettra de discréditer la noblesse, mais cela peut aussi très bien se retourner contre lui si la noblesse parvient à laisser penser que c’est le roi qui est le véritable responsable de la défaite.

Bien avant Valmy il y a des batailles dans l’histoire dont l’issue est pour le moins surprenante et qui interrogent. Pensons, par exemple, à l’étonnante défaite anglaise face aux Écossais à Bannockburn en 1314. La situation était alors extrêmement conflictuelle entre Edouard II et les barons et, comme dans le film de Visconti, la guerre a marqué le début de la fin pour le roi. Le pouvoir croissant des barons était l’un des reproches que Thomas Paine adressait à la monarchie anglaise et, en cela, elle se rapprochait de la monarchie française en dépit du parlementarisme, voire grâce à lui.

La folie

Lorsque le roi a commencé à être discrédité, notamment à la suite d’une guerre, il devient plus aisé, s’il persiste dans l’indocilité, de tenter de l’écarter du pouvoir en l’accusant de folie ou du moins de faire peser cette menace sur lui comme une épée de Damoclès. Cela s’est fait assez fréquemment au XVIIIè siècle. Le cas de Christian VII au Danemark est sans doute le plus éloquent, mais la menace a été brandie contre Louis XVI dans tous les moments de crise de son règne.3

Louis XVI, qui avait beaucoup d’humour et d’autodérision, est même allé jusqu’à faire représenter une marotte dans le décor de son cabinet de garde-robe à Versailles.

Etaient-ils vraiment fous ? D’une part, il est toujours délicat de poser des diagnostics rétrospectifs et, d’autre part, les critères de déviance, surtout dans un contexte de pouvoir, ne correspondent pas nécessairement à nos critères actuels. Le biographe de Christian VII, Ulrik Langen, considère qu’il n’était pas fou et ma propre analyse tend de plus en plus à aller dans son sens. Dans un tel contexte, il me semble nécessaire de poser la question de la réalité de la folie de Pierre III en Russie, finalement assassiné, et surtout de celle de George III en Angleterre. Il s’agit d’un souverain dont l’historiographie est au moins aussi problématique que celle de Louis XVI.4. Les recherches actuellement menées sur les Georgian papers essayent surtout d’identifier la maladie dont souffrait le roi en se fondant sur les rapports médicaux. Cela me semble toujours un peu risqué et surtout la question qui se pose, à mon  sens, c’est quelle valeur accorder à ces rapports ? Il est évident qu’un parti qui a intérêt à accréditer la folie du roi a besoin de se couvrir derrière des rapports médicaux, il est donc nécessaire de comprendre la nature des rapports de force pour comprendre si George III posait problème au moment où il a été déclaré fou et à qui pouvait profiter sa folie ?

 

Pour en revenir à Louis II de Bavière, là aussi le psychiatre Bernhard von Gudden a attesté de la folie du roi mais son diagnostic a posé question dès l’origine et la réalité de la folie de Louis II est aussi sujette à caution que dans le cas des précédents souverains évoqués.

  1. Certains pouvaient aussi avoir intérêt à feindre leur hostilité au mariage pour mieux dissimuler leur complicité politique avec la reine. La question mérite certainement d’être posée pour Christian VII. Certains rois ont probablement tenté de retourner le système à leur avantage. Il est en effet remarquable que presque tous les membres de la famille royale de Suède aient entretenu des relations intimes avec les membres de la famille de Fersen, qui se trouvait être aussi la plus riche du pays et la première opposante au roi. Mieux valait la circonvenir que la provoquer. []
  2. Ce sont des éléments que Norbert Elias n’a certainement pas assez pris en compte pour sa Société de Cour. A Versailles, le roi est surtout très isolé et dans une position minoritaire par rapport à la noblesse. Il est donc loin de la domestiquer. Le contrôle est au moins réciproque et peut clairement tourner au désavantage du roi en fonction des rapports de force notés ici. []
  3. En attendant un développement plus complet sur le cas Louis XVI, je renvoie à mes deux articles :

    Aurore Chéry, “Du souverain sans femme à la peur de l’onanisme, une crise de la masculinité royale dans l’Europe du XVIIIè siècle”, Revue Circé

    Aurore Chéry, “Le pouvoir des Lumières et l’effroi onaniste: les cas de Christian VII de Danemark et Louis XVI de France”, Medizinhistorisches Journal, 2018, vol. 53, p. 263-281. []

  4. C’est un constat que Herbert Butterfield avait posé dès 1957 dans son George III and the Historians. Il estimait que c’est surtout la confusion qui régnait à son propos et que cette confusion n’avait fait que s’accentuer au cours du XXè siècle, propos que je reprendrais tout à fait à mon compte concernant Louis XVI  []

Embarrassants cadeaux diplomatiques

Le 25 octobre dernier,  je participais à la journée d’études Le Langage des présents pour y parler des cadeaux diplomatiques offerts par la France à Gustave III lors de son séjour à Versailles en juin 1784.

On suppose généralement que les usages diplomatiques sont très protocolaires et que ces présents cherchent à honorer et à ménager le personnage auquel ils sont offerts. En réalité, les séjours de souverains étrangers sont aussi souvent des moments où l’on met les relations diplomatiques à l’épreuve. Il y a des enjeux derrière chaque séjour et l’on tend à les réduire un peu rapidement à des questions d’intérêts commerciaux. Le présent provenant des manufactures royales, telles que celles de Sèvres ou des Gobelins, servirait à promouvoir le savoir-faire français et à favoriser l’export. En adoptant cette perspective, on porte moins d’intérêt à l’iconographie déployée sur les objets offerts. Elle est pourtant riche de signification, surtout si on la met en relation avec le contexte politique du moment. Ainsi, j’ai déjà parlé ici du séjour du roi du Danemark, Christian VII, à Versailles en 1768. Louis XV n’était pas très enthousiaste à l’idée de recevoir le jeune souverain et certains des cadeaux qu’il lui a offerts à cette occasion peuvent en témoigner.

Arrêtons-nous par exemple sur deux plaques de la manufactures de Sèvres, peintes par Charles-Nicolas Dodin, et pour lesquelles je n’ai malheureusement que de mauvaises photos.

Charles-Nicolas Dodin, L’Amour menaçant, d’après Carle Van Loo, peinture sur porcelaine, collections royales danoises.

 

Charles-Nicolas Dodin, Sacriifice à Pan, d’après Jean-Baptiste Pierre, collections royales danoises.

La première plaque, d’après une œuvre de Carle Van Loo, représente L’Amour menaçant, parfois dit aussi Cupidon archer. L’Amour est menaçant parce qu’il pointe son arc vers le spectateur mais il l’est aussi à un autre titre : c’est un amour solitaire. Dans le contexte qui suit la publication de l’ouvrage de Samuel- Auguste Tissot, L’Onanisme, dissertation sur les maladies produites par la masturbation, l’amour solitaire devient menaçant parce qu’il entraîne le risque de la maladie. Or c’est justement aussi la menace qui pesait sur Christian VII, que l’on soupçonnait de perdre progressivement la raison parce qu’il se masturbait. Cette interprétation semble confirmée par deux choses. D’une part, il faut noter que Dodin est resté très fidèle à l’œuvre de Van Loo. La seule différence véritablement notable, c’est le choix de représenter les trois roses cache-sexe en blanc et non pas en rose, choix suggestif dans ce contexte.

D’autre part, cette interprétation est renforcée par la seconde plaque représentant un Sacrifice à Pan. Les statues de Pan avaient la particularité d’être ithyphalliques, ce qui explique le linge qui recouvre ici cette partie, par pudeur. Cependant, les regards de la ménade au premier plan et du satyre convergent vers elle et l’action du satyre, qui joue du flûtiau, nous ramène encore une fois à l’amour en solitaire. On peut donc assez raisonnablement supposer que ces cadeaux avaient une vocation clairement ironique envers son hôte, dans le cadre d’une visite diplomatique qui déplaisait à Louis XV.

Les plaques de Dodin ont été présentées dans le catalogue de l’exposition : Splendeur de la peinture sur porcelaine. Charles-Nicolas Dodin et la manufacture de Vincennes-Sèvres, Paris, Art Lys, 2012, p. 173-175.

Sur Christian VII et les enjeux politiques autour de Tissot, on pourra consulter :

Aurore Chéry, « Du souverain sans femme à la peur de l’onanisme, une crise de la masculinité royale dans l’Europe du XVIIIè siècle », Revue Circé

Aurore Chéry, « Le pouvoir des Lumières et l’effroi onaniste: les cas de Christian VII de Danemark et Louis XVI de France », Medizinhistorisches Journal, 2018, vol. 53, p. 263-281.

La visite de Christian VII de Danemark à Louis XV

Le week-end dernier, je suis allée visiter l’exposition Louis XV à Fontainebleau qui se tient au château de Fontainebleau jusqu’au 4 juillet prochain. A vrai dire, il s’agit plus exactement de Fontainebleau au temps de Louis XV, aucune véritable spécificité liée au règne n’est mise en avant et c’est assez décevant. D’autre part, comme dans la plupart des expositions en France, tout est toujours extrêmement consensuel. Par exemple, la visite de Christian VII de Danemark en France, en octobre-novembre 1768, devient totalement insignifiante. Or, comme je travaille actuellement à une communication sur Christian VII pour le workshop qui se tiendra à Glasgow à la fin du mois : Masculinity, Health and Medicine, j’ai pensé qu’il pourrait être intéressant d’en donner ici un aperçu moins compassé.

C’est au début du mois d’octobre 1768 que Louis XV apprit l’intention du jeune roi de Danemark (19 ans) de lui rendre visite.  Celui-ci se trouvait alors à Londres, où il avait notamment rendu visite à sa belle famille qui l’avait reçu assez froidement.

Fichier:Christian d 7.jpg
Attribué à Alexandre Roslin, Christian VII, dernier tiers du XVIIIe siècle, Museum of National History at Frederiksborg Castle

Le 3 octobre, Christian écrivait donc à Louis XV

Monsieur mon frère. De tous les objets qui m’ont engagé à voyager hors de mes Etats, il n’y en a point qui m’intéresse davantage que celui de voir Votre Majesté, et de connaître par moi même un roi si grand, si glorieux et si révéré. Je lui demande pour cet effet, la permission de me rendre près d’elle. Si elle le veut bien et si sa réponse est telle que je me la promets de son amitié, je partirai sans délai, et je me hâterai de me mettre a portée de lui dire de vive voix combien et avec quels sentiments je suis, monsieur mon frère,

De Votre Majesté, bon frère

CHRISTIANUS

Le sang de Louis XV ne dut alors faire qu’un tour, comme nous le verrons plus loin. Celui-ci s’empressa néanmoins de lui répondre qu’il le recevrait avec plaisir :

Monsieur mon Frère. Vous devez être persuadé du plaisir que j’aurai de recevoir Votre Majesté a ma Cour et de faire personnellement connaissance avec elle. Je crois que la meilleure manière de montrer mon attention pour Votre Majesté, c’est après lui avoir marqué les égards qui lui sont dus, d’éviter soigneusement de l’importuner par une étiquette très nuisible à l’agrément lorsqu’on voyage. La circonstance malheureuse où je me trouve, interdit a ma Cour les amusements j’y suppléerai par mon empressement pour Votre Majesté a lui témoigner combien je désire dans cette occasion de vivre avec elle comme

Son bon frère et ami.1

Si cette réponse n’omet pas de mentionner le plaisir que Louis XV aurait à recevoir le monarque danois, elle lui marque aussi d’emblée qu’ils n’auront guère l’occasion de se voir et que, comme il ne saurait être question de fêtes éclatantes en cette période de deuil, l’ennui guettait à la cour de France. Cette dernière allusion n’était pas véritablement anodine dans la mesure où Christian avait la réputation de voyager pour s’amuser. Il avait particulièrement défrayé la chronique scandaleuse lors de ses passages à Amsterdam et à Londres. On notera également que la période de deuil pour Marie Leszczynska, décédée le 24 juin 1768, s’avérait bien opportune. Elle devait officiellement s’étendre jusqu’au 13 décembre. Mais il en fallait plus pour décourager Christian et il arriva bien à Fontainebleau le 24 octobre au soir, au grand dam de Louis XV.

Les lettre que ce dernier adressait au même moment à son petit-fils Ferdinand de Parme, laissent en effet peu de place au doute quant à l’état d’esprit dans lequel il recevait Christian.

Le 24 octobre, justement, il lui écrivait :

Le roi de Danemark arrive ce soir ici. Je vous manderai tout ce qui se sera passé, mais j’aimerais mieux que ce fut un autre prince.

Le 21 novembre, il lui adresse encore quelques lignes relatives au souper qu’il a donné à Christian à Versailles :

Le roi de Danemark est ici ; je lui donne à souper en nombreuse compagnie ; après quoi il s’en retourne à Paris. Il aura demain une fête chez le duc d’Orléans, et dimanche il va passer trois jours à Chantilly, chez le prince de Condé. Après quoi, il prendra congé de moi, et il compte partir le huit du mois prochain pour s’en retourner directement chez lui.

Comme on le voit, ce qui préoccupe essentiellement Louis XV, c’est le temps que Christian passera loin de lui. Il s’est arrangé pour que tous les princes du sang en aient leur part et il se réjouit déjà à l’idée de la date de son départ prochain.

Ferdinand n’ayant peut-être pas bien saisi à quel point il était heureux que Christian ait décidé de retourner directement au Danemark, Louis XV précise dans sa lettre du 28 novembre :

Vous vous passerez du roi de Danemark. Il part d’ici le 8 décembre pour retourner directement à Copenhague ; aussi votre Carême sera tranquille.

Tout risque n’est cependant pas écarté pour Parme, et Louis XV d’ajouter le 19 décembre :

C’est la convenance et la dépense qui font retourner tout de suite Sa Majesté danoise chez lui, mais je ne répondrais pas que, dans quelques années, il ne fit sa visite en Italie. 2

A vrai dire, Louis XV semble se trouver complètement terrifié à l’idée de devoir passer du temps avec le monarque danois. Lorsqu’il le rencontre pour la première fois, si l’on en croit une note du baron de Gleichen, alors ambassadeur du Danemark en France, c’est tout juste s’il lui a adressé la parole :

Lorsqu’il se présenta pour la première fois à Louis XV, ce monarque, qui n’avait jamais su adresser la parole à un nouveau visage, embrassa le roi de Danemark sans lui dire un mot, et se tourna vers le comte de Bernstorff pour lui parler, parce qu’il l’avait connu anciennement durant son ambassade en France. Le roi de Danemark sentit l’incongruité de cette réception, fit sur-le champ une pirouette en se tournant vers le duc de Choiseul qu’il aborda, et celui-ci sut bien vite attirer son maître à la conversation entamée avec le jeune monarque.

Néanmoins, Gleichen était un intime de Choiseul, alors Secrétaire d’Etats aux Affaires étrangères, et il est probable qu’il ait préféré flatter le ministre plutôt que le roi. Ce qui ne trompe pas, cependant, c’est qu’il a été remercié après le retour au Danemark, signe évident que l’attitude de la France n’avait pas eu l’heur de plaire à la monarchie danoise.

Ce que redoute surtout Louis XV, c’est de devoir se trouver seul avec Christian VII qui lui a demandé un tête-à-tête. Choiseul dut botter en touche en prétextant une incompatibilité de l’étiquette française. Là encore, c’était sans compter sur la persévérance du jeune roi. Après avoir été convié à souper avec Louis XV et une nombreuse assemblée de jolies dames le 24 octobre à Fontainebleau, Christian reçut une visite de courtoisie du Bien-Aimé le lendemain, accompagné des princes du sang et d’une nuée de courtisans. Il enleva littéralement Louis XV, comme le raconte Gleichen :

il le prit par la main, et, marchant fort vite, l’entraîna vers son cabinet dont il entr’ouvrit la porte, s’y glissa après lui et la referma à double tour. Tout cela se passa si lestement que le duc d’Orléans, poussé par la foule qui se pressait de suivre, heurta avec son gros ventre contre la porte

Le malaise de Louis XV tenait vraisemblablement à la réputation de folie du jeune roi. Quoique le Bien-Aimé ait été passionné de médecine et de chirurgie, en ce XVIIIe siècle qui cherche de plus en plus à contrôler la société et à la préserver de la folie, la maladie mentale avait un caractère terrorisant. Le programme qui lui fut préparé en France était d’ailleurs si chargé que Christian, s’il l’avait souhaité, n’eut que très rarement l’occasion de se livrer aux frasques qui avaient émaillé ses précédents séjours à l’étranger.

Du reste, évoquer sa folie était évidemment tabou. Gleichen rapporte encore

Madame de Choiseul, croyant que nous étions tout seuls, me dit : Votre roi est une tête, … , et moi, voyant un homme qui était derrière elle, je répondis en baissant les yeux : couronnée. Elle s’avisa tout de suite que quelqu’un nous écoutait : Pardon, me dit-elle, vous ne m’avez pas laissée achever, je voulais dire que votre roi est une tête qui annonce les plus belles espérances.4

1. Ces lettres sont conservées au Ministère des Affaires étrangères. Correspondance de Danemark, t. CLIII. Elles sont ici citées d’après l’article de Charles de Larivière, « Le roi de Danemark Christian VII à Paris en 1768 », Revue politique et parlementaire, 1908, t. LVII, p. 348-365.

2. Ces lettres sont retranscrites dans Philippe Amiguet, Lettres de Louis XV à l’infant  Ferdinand de Parme, Paris, Grasset, 1938, p. 110-120.

3. La note de Gleichen est extraite de Paul Grimblot, Souvenirs de Charles-Henri, baron de Gleichen, Paris, 1868,  p. XXXIV – XXXV.

4.  Ibid., p. 40-41.