Archives par mot-clé : Jacques Guilhaumou

Vrai ou faux débat : Sieyès, Paine, Condorcet et la république en 1791

Les faux débats en 1791

Je lis actuellement l’ouvrage de Carine Lounissi, Thomas Paine and the French Revolution,(Palgrave MacMillan, 2018), que je recommande particulièrement. Le travail sur les sources est absolument remarquable et très utile. On a vraiment tous les éléments en main pour pouvoir réfléchir, débattre et on a besoin de cette rigueur pour les sources de la période révolutionnaire.

Elle revient notamment sur la question du débat entre Thomas Paine et Emmanuel-Joseph Sieyès à propos de la république, en juillet 1791. La question est de savoir si ce débat présentait une réelle divergence d’opinion entre les deux hommes ou s’il s’agissait seulement d’un stratagème pour manipuler l’opinion publique concerté entre Paine, Sieyès et Condorcet. C’est ce qu’a soutenu Lakanal, le 1er mars 1796, dans le Journal des Patriotes de 89.  Depuis lors, les historien.nes se sont divisé.e.s sur cette question. Comme la question de la manipulation de l’opinion publique m’intéresse beaucoup et qu’elle préoccupait aussi énormément Louis XVI, j’ai pensé qu’il pouvait être utile d’apporter quelques pierres à l’édifice.

Tout d’abord, il est bon de noter que ce n’est pas le seul débat de cette période qui a été soupçonné d’être une stratégie. Avant même le départ du roi de Paris, dans la journée du 20 juin, le même Sieyès était allé défendre l’idée du bicamérisme au club des Jacobins . Danton s’y était violemment opposé et plusieurs personnalités, appartenant à un cercle que l’on peut qualifier de proto-girondin, avaient alimenté la polémique. Tout cela paraissait si bien huilé que l’on a également parlé de stratagème pour manipuler l’opinion1 La pratique semblait donc être devenue habituelle en 1791. Etait-elle neuve ? Probablement pas.

Rabaut Saint-Etienne et l’opinion publique

Dès 1789, Rabaut Saint-Etienne, autre proto-Girondin, avait expliqué que lui et ses amis avaient eu recours à des méthodes très proches pour faire passer la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Comme il ne voulait pas froisser l’opinion publique en laissant supposer que cette Déclaration se faisait d’abord à l’avantage des protestants, il avait sollicité des députés catholiques, Alexandre de Lameth et le comte de Castellane, pour que ce soient eux qui parlent en faveur de la liberté religieuse des non-catholiques. C’est ce qu’ils firent le 22 août. Pour la même raison, Rabaut avait refusé de faire imprimer le précis du pasteur de Paris, Marron, parce que, là encore, les protestants auraient paru être aux manettes.  Quand Rabaut se réserva d’intervenir le 23, le terrain était préparé. Il prit la parole comme si les circonstances amenées par le débat Lameth/Castellane avaient exigé son intervention et non pas comme si elle avait été préparée depuis le début2 C’est déjà dans un texte attribué à Rabaut que l’on trouvait cette injonction adressée aux protestants : « Cherchez l’art de diriger l’opinion publique ! »3

Juguler l’opposition

Il peut donc être utile de replacer le débat sur la république dans ce contexte. Pour contrôler l’opinion publique, il faut d’abord pouvoir juguler l’opposition. Cela peut se faire par plusieurs moyens : on peut corrompre ses principaux représentants (c’était le problème endémique du parlementarisme anglais et, pour la France, Richard Flamein a pu mettre en évidence des pratiques proches du lobbying), on peut, mais c’est plus long, s’arranger pour y faire entrer des taupes, on peut enfin – et c’est certainement la méthode la plus efficace et la plus facile à mettre en œuvre, créer une opposition artificielle pour confisquer le débat et empêcher l’opposition réelle de s’exprimer. C’est dans cette dernière catégorie que pourrait s’inscrire la discussion entre Paine et Sieyès. Début juillet, les deux hommes avaient d’abord défendu la république dans le journal Le Républicain mais, le 16 juillet, c’est dans Le Moniteur que Sieyès répliqua à Paine en expliquant, en substance, que la monarchie pouvait aussi être compatible avec les Droits de l’homme et la res publica pour autant que l’on renonce à la transmission héréditaire du pouvoir. Le choix du Moniteur pour cette réponse me semble déterminant. En effet, le journal appartenait à Panckoucke, qui était favorable à l’alliance autrichienne et donc, en toute logique, partisan de la monarchie. La façon biaisée dont le journal rendait compte des débats de l’Assemblée nationale en témoignait régulièrement. Sieyès cherchait donc vraisemblablement à séduire le lectorat de Panckoucke et, si non à le rallier directement à la république, du moins à l’y amener progressivement en l’incitant à se détacher de l’idée de la transmission héréditaire du pouvoir. il y aurait donc bien stratégie.

La stratégie semble par ailleurs clairement confirmée par une lettre d’Achille du Chastelet, officier fondateur avec Condorcet et Paine du journal Le Républicain, au pasteur Étienne Dumont datée du 11 juillet 1791 :

« L’abbé Seyès a reçu la lettre de Paine et un billet très flatteur de ma part coussi coussi. Il fera imprimer cette lettre dans Le Moniteur avec quelques notes, et annoncera qu’il ne peut entreprendre dans ce moment-ci cette discussion, parce qu’il a des affaires trop importantes (…). Je suis d’avis que Paine commence la discussion et se donne tout l’avantage du quiproquo ; car, lorsque l’a[bbé] S[eyès] se sera expliqué, il se trouvera à peu près aussi républicain que nous ; mais lorsqu’on se sert d’un mot dans une acception qui n’est pas connue, il faut l’expliquer, sans quoi l’on cède un grand avantage à ses adversaires. »

Jean Martin, « Achille du Chastellet et le mouvement républicain en 1791 », La Révolution française, 1927, p. 108.

La lettre de Condorcet

Ce qui semble cependant s’opposer à l’idée de stratégie, c’est la réponse manuscrite de Condorcet à Sieyès qui a notamment été commentée par Jacques Guilhaumou4 Elle n’a pas été publiée et cela tendrait donc à montrer qu’il s’agissait d’un désaccord réel. Cependant, il faut considérer plusieurs choses. D’une part, dans Le Moniteur, Sieyès avait répondu à Paine à la suite de la publication de la lettre que Paine lui avait envoyée. On peut comprendre l’intérêt d’en agir ainsi. En montrant une lettre personnelle aux éditeurs du Moniteur, Sieyès cherchait peut-être à les convaincre qu’il venait les trouver parce qu’il commençait à se brouiller réellement avec ses anciens amis. Dès lors, il est probable qu’il avait l’intention de continuer avec la lettre de Condorcet, à laquelle il aurait également pu répondre dans les pages du Moniteur. Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Peut-être parce que la réponse à Paine est parue le 16 juillet 1791 et que c’est le lendemain qu’eut lieu la fusillade du Champ-de-Mars. L’évènement changeait la donne et réclamait une nouvelle stratégie. Dès lors, la lettre de Condorcet est restée inédite mais cela ne prouve pas pour autant que cette lettre ne devait pas entrer, elle aussi, dans un plan des trois hommes pour convertir l’opinion publique à la république. Cela semble d’autant plus probable que, ce que Guilhaumou oublie de préciser c’est que s’il n’y eut pas de réponse dans Le Moniteur, il y en eut une dans Le Républicain, à la date du 18 juillet. Cette réponse se rapproche de la lettre manuscrite en ce qu’elle défend également l’idée d’un exécutif composé de plusieurs membres élus5.

En fait, à la fin, si Sieyès et ses opposants ne tombaient pas ouvertement d’accord sur la république, ils se retrouvaient néanmoins autour d’une idée : l’exécutif devait être élu. Il y avait donc bien stratégie pour, à défaut de république, rassembler monarchistes et républicains autour de l’idée d’élection de l’exécutif.

  1. Voir Marcel Reinhard, La Chute de la royauté, Paris, Gallimard, 1969, p. 59 etJean-Denis Bredin, Sieyès, la clé de la Révolution française, Paris, de Fallois, 1988, p. 202-203. []
  2. Voir Jean-Albert Dartigue, Rabaut Saint-Etienne à l’Assemblée constituante de 1789, Nantes, 1903, p. 22-24. []
  3. Voir Gustave Fabre, « Trois manuscrits de Rabaut Saint-Etienne, Mémoires de l’Académie de Nîmes, VIIè série, t. XVI, 1893, « troisième manuscrit », p. 231-240. []
  4. Au passage, on peut s’étonner que Guilhaumou ne mentionne pas la lettre d’Achille du Chastellet car il cite la biographie des Badinter sur Condorcet qui en donne un extrait. []
  5. Élisabeth et Robert Badinter, Condorcet, un intellectuel en politique, Paris, Fayard, 1988, p. 336. []