Archives par mot-clé : Jean-Baptiste Regnault

Regnault et l’Andromède aux deux visages

Au Salon de 1783, si Vincent a présenté une Orithie, en deux versions, Regnault a quant à lui proposé deux Persée et Andromède différents. Le second, plus petit que le premier, montrait le mariage de Persée et Andromède, un tableau qui était en fait le second terme de l’alternative ouverte avec le tableau de la remise d’Andromède à ses parents. Soit Persée/Louis XVI était roi et il en acceptait toutes les implications, en premier lieu être catholique (comme Henri IV avant lui avait dû s’y résoudre) et épouser la princesse que les alliances diplomatiques lui destinaient. C’était ce que proposait la première toile. Soit il abdiquait pour pouvoir épouser la femme de son choix et mener sa vie à sa guise, c’est ce que nous allons voir ici.

Ce qui frappe à première vue c’est que, bien que Regnault ait décidé d’exposer simultanément des tableaux sur le même sujet, il a opté pour deux modèles clairement différents pour figurer Andromède. Dans le premier tableau, elle était blonde, dans celui-ci, elle est brune.

On remarque aussi que les deux protagonistes sont habillés alors qu’ils étaient quasiment nus dans l’autre toile. Ici, Persée n’est donc pas sans-culotte ce qui, comme nous l’avons vu à propos de l’Herminie de Durameau, signifiait déjà qu’il n’était pas révolutionnaire. Pour Andromède, la nudité relevait plutôt d’une exhibition forcée, comme celle de la femme du roi Candaule que Jollain avait représentée au Salon de 1775.

Ce qui renforce l’idée que ce nouveau Persée n’est pas sans-culotte, c’est le fait qu’il porte une tunique peinte en bleu marial. C’est un Persée catholique, comme Regnault estimait que le roi de France devait l’être. Son attitude, quant à elle, est tout aussi paradoxale que celle du premier Persée. A nouveau, pas de scène de liesse. Au lieu de se réjouir, Persée semble vouloir interrompre sa propre cérémonie de mariage. Il élève la main vers l’autel et paraît agité. Cet autel est lui-même énigmatique. Est-ce l’autel de l’Hymen ou celui où les vestales entretiennent le feu sacré ? On remarque en effet une petite vestale juste à côté, vêtue de blanc et portant une couronne de fleurs. Ce qui entretient le doute quant à la destination de l’autel, c’est que derrière Persée un jeune homme en porte un autre, dont on ne sait trop s’il l’apporte sur la scène ou le retire.

Andromède ne nous renseigne pas beaucoup non plus sur le véritable sens de la scène. Les ombres qui jouent sur la draperie bleue qui couvre ses épaules entretiennent l’ambiguïté. Sur son épaule droite, elle est bleue céleste, le bleu protestant, sur son épaule gauche, elle devient plus foncée et rejoint le bleu catholique. Par conséquent, Regnault semble vouloir signifier qu’Andromède et Persée entretiennent volontairement l’ambiguïté et que Persée est effrayé de devoir en sortir. Il est partagé entre ses désirs de mariage et l’entretien du feu sacré. Cela transposait les volontés de Louis XVI, que Regnault jugeait incompatibles entre elles, d’épouser sa maîtresse tout en restant roi, de l’épouser pour pouvoir aussi mener une guerre contre la monarchie catholique.  Il était en effet hors de question pour le roi d’abdiquer. Sa relation avec sa maîtresse ne relevait pas que du sentiment, elle recouvrait aussi un projet politique.  Persée est certes catholique ici, mais ce n’est qu’une apparence. Il trahit comme l’indiquent les éléments jaunes qui parsèment son costume. Il est casqué, prêt à repartir au combat mais le mariage l’oblige à déposer les armes. Elles sont montrées à ses pieds. 

Andromède est brune dans ce second tableau parce qu’elle représente la maîtresse du roi, Françoise Boze. Comme sur le premier tableau, cette dernière est figurée sous deux aspects : Andromède et la vestale. Cette double représentation rejoue les deux nuances de bleu de sa draperie. En tant qu’Andromède, elle doit être protestante. Elle a contracté un mariage catholique avec Joseph Boze, le roi est marié également, le divorce étant impossible chez les catholiques, ils n’ont pas d’autre choix que d’abjurer s’ils veulent se marier ensemble. A l’inverse, comme on a pu le voir à travers l’usage qu’en ont fait Marie Leszczynska et ses filles, ce sont les catholiques qui se sont appropriés l’imaginaire de la vestale. Ils en faisaient notamment le fondement d’un discours critique à l’encontre de la cour et du commerce du luxe qu’elle implique. De la même manière, c’est en tant que catholique que Françoise Boze disposait d’un état civil en France. Regnault sous-entend ainsi que le mariage du roi avec sa maîtresse obligerait non seulement Louis XVI à abdiquer mais qu’il contraindrait également le couple à s’exiler, le catholicisme restant religion d’État en France.

Pour Regnault, toutes ces raisons expliquaient le fait que Louis XVI ne voulait pas reconnaître l’existence de sa maîtresse et des enfants qu’il avait eus avec elle. En s’inspirant du Mathathias de Lépicié, Regnault dispose une pyramide au lieu d’un obélisque derrière Persée. Cette pyramide a le sommet tronqué. Quand l’obélisque était pour Louis XVI un moyen de symboliser la puissance politique et sexuelle, la pyramide devient ici l’équivalent d’un coït interrompu. Le roi n’est pas impuissant, comme il lui a plu de le laisser penser quand cela l’arrangeait, il est seulement empêché, et par sa seule volonté. Comme dans le Chiron et Achille du même peintre, il bande mais n’éjacule pas, parce qu’il n’y a pas intérêt politiquement. C’est déjà le comportement que Joseph II lui reprochait d’avoir envers sa sœur, Marie-Antoinette. Regnault dédouane ainsi les femmes pour inviter Louis XVI à faire son autocritique.

Andromède et Persée dans un mariage forcé chez Regnault

Parmi les tableaux exposés par Jean-Baptiste Regnault au Salon de 1783, deux traitaient de Persée et Andromède. Ils sont aujourd’hui conservés au Musée de l’Ermitage. Le premier, exposé sous le numéro 166, représentait Persée délivre Andromède et la remet entre les mains de ses parents.

La composition du tableau a été jugée maladroite par un bon nombre de contemporains. Ainsi, L’Année littéraire la dit “froide, maniérée” et considère que “si on ignorait le sujet, on serait fort embarrassé de savoir si Persée enlève Andromède sur un nuage ou s’il la rend à sa famille”. Quant à Andromède, elle ne paraît pas très heureuse de rentrer, “elle ne rend point l’expression d’une personne qui vient d’échapper au plus grand danger1.”

Du côté des Mémoires secrets, on souligne que “le héros, ni vêtu ni armé, dans ce dénuement absolu, n’a nullement l’air d’un vainqueur2.”

La scène de liesse attendue donne donc lieu à un tableau dans lequel personne n’est content et si Andromède n’a plus à craindre le monstre marin, Regnault montre que c’est à d’autres monstres qu’elle se trouve désormais livrée. L’aspect le plus singulier du tableau, c’est certainement le fait que sa main gauche est happée et embrassée par un jeune homme dissimulé dans l’ombre. C’est parce qu’elle est tirée par cette main qu’elle se retrouve projetée vers sa mère qui, elle, semble vouloir la renvoyer vers Persée. De sa main droite, Andromède tente de se raccrocher à la main de Persée qui se dérobe. Bref, personne ne veut d’Andromède, ni sa mère ni Persée et elle risque donc de se trouver dévorée par le jeune homme inconnu qui a déjà commencé son entreprise.

Persée n’est guère dans une situation plus favorable qu’Andromède puisque le père de la jeune femme semble vouloir l’empêcher de partir pour le forcer à rester avec sa fille, qu’il désigne de la main gauche. On dirait que Persée et Andromède se trouvent à présent enchaînés au rocher ensemble et on comprend pourquoi les Mémoires secrets faisaient remarquer “que les deux figures semblent n’en faire qu’une3”. Les deux protagonistes sont en quelque sorte pétrifiés par une gorgone à deux têtes, le roi et la reine, qui les fixe chacun dans les yeux. D’ailleurs, Regnault a représenté des ombres sur le bras droit et les jambes de Persée qui donnent l’impression que ses  membres sont en train de se changer en pierre.

Regnault fait de son retour d’Andromède une allégorie de la royauté et des devoirs qu’elle implique selon lui. Persée/Louis XVI et Andromède/Marie-Antoinette sont chez lui pétrifiés par la fonction. Ils ont voulu être roi et reine, il faut en payer le prix. Pour le roi, cette fonction exige de lui qu’il soit catholique (la draperie bleue qui enveloppe Persée) même si, pour Louis XVI, c’était un aveu d’impuissance (l’épée est cachée et rangée sur le côté et un simple ruban suffit à dissimuler le sexe du jeune homme). Celui qui est doté de la puissance, c’est le vieillard à gauche, avec sa lance, c’est-à-dire le roi qui a la sagesse de reconnaître les bornes de son pouvoir et de s’y conformer. Regnault considère ainsi que tout est dans mes mains de Louis XVI, qu’il lui suffit d’accepter ce qu’implique la fonction royale pour être un bon roi. A l’inverse, il présente Marie-Antoinette/Andromède comme une victime. C’est parce que le roi n’exerce pas sa fonction comme il le devrait que la reine se trouve dans une situation précaire. Elle ne peut pas se raccrocher à lui et c’est parce que le roi cherche à la déconsidérer qu’on lui prête de multiples aventures avec de jeunes hommes qui attendent, tapis dans l’ombre, le moment propice pour la compromettre. La reine n’avait pas mieux à attendre des femmes de son entourage, avec lesquelles on était également prompt à lui prêter des liaisons. Comme le fait remarquer le pamphlet de Marlborough au Sallon à propos de ce tableau : “Mais sais-tu qu’il n’est guère décent ; que fait la main de cette femme sur la gorge de cette fille ?” Ainsi, le ruban qui cache le sexe de Persée/Louis XVI est jaune, couleur du cocufiage, mais c’est lui-même qui se rend cocu en poussant sa femme à l’adultère malgré elle.

La maîtresse du roi n’est pas oubliée par Regnault. On la reconnaît dans la figure de la mère d’Andromède. Comme chez Vigée Le Brun, c’est elle qui porte la couronne, mais c’est encore la maîtresse du roi qu’il faut reconnaître dans la femme brune qui observe la scène à droite. A travers ces deux figures, Françoise Boze est représentée en tant que maîtresse du roi, véritable reine, et sous celle de Madame Dupont de La Motte, fausse identité sous laquelle elle a été introduite dans le cercle de la reine4.

Ce tableau de Regnault a vraisemblablement été l’une des sources d’inspiration de L’Orithie de Vincent. Les deux tableaux sont peints dans un style très semblable, sur fonds de nuées et dans les deux cas, il s’agit d’alliances forcées, dans l’intérêt de la monarchie chez Regnault, dans celui de l’Autriche et de l’Angleterre chez Vincent. Vincent rappelait ainsi à Regnault que la monarchie dont il rêvait était surtout le jouet d’ingérences étrangères. De la même manière, Pégase s’envolant à l’arrière-plan peut être rapproché de la représentation du cheval dans le Noé de Taraval. Comme je le précisais à propos du Noé, il s’agit encore d’une symbolisation des liaisons de Louis XVI, qui aimait choisir des noms évocateurs pour ses montures et qui avait été contraint de présenter Rambouillet comme une résidence de chasse alors qu’il destinait le château à sa maîtresse.

  1. L’Année littéraire, 1783, t. VI, p. 250-251. []
  2. Mémoires secrets, 1784, t. XXIV, p. 21. []
  3. Ibid. []
  4. Voir L’Intrigant, chap. 21, p.  197-226. []

L’étalon d’Achille, quand Jean-Baptiste Regnault s’amuse de Vincent

C’est au Salon de 1783 que Jean-Baptiste Regnault exposa son morceau de réception à l’Académie : L’Éducation d’Achile par le centaure Chiron. Regnault se faisait alors appeler Renaud, ce qui n’est pas tout à fait indifférent à notre affaire et aide à le situer politiquement.

Comme Herminie, Renaud est en effet un personnage de la Jérusalem délivrée du Tasse. Or, comme on peut le lire chez Voltaire, cette Jérusalem délivrée est une sorte d’imitation chrétienne de L’Iliade et Renaud le croisé, une imitation d’Achille1 Dans son Achille et Chiron, l’usage du nom Renaud laisse donc supposer qu’il s’agit d’un autoportrait déguisé, un peu sur le modèle du faux autoportrait de Vigée Le Brun.  Disons que chez Regnault, nous sommes face à un autoportrait dans la mesure où il se voit lui-même comme un croisé mais, comme d’habitude, le sujet central est le roi, ce que l’observation des détails du tableau aide rapidement à comprendre.

Jean-Baptiste Regnault, L’Education d’Achillle par le centaure Chiron, huile sur toile, 1782, Musée du Louvre.

Tout d’abord, c’est un lion qui se trouve aux pieds d’Achille. Or, on a vu que Louis XVI est parfois représenté par un lion dans l’art, le lion étant son signe astrologique. C’est ainsi comme symbolisation du roi que Vincent exploitait le lion dans son Saint Jérôme. Chez les deux peintres, le lion se tient dans l’ombre mais chez Regnault, il est mort. Le roi lion qui soutenait la révolution américaine en secret chez Vincent a échoué avec la fausse victoire de Yorktown, le lion est mort. Regnault s’attache ici à expliquer les raisons de cet échec qui, pour lui, sont à rechercher dès l’enfance du roi.

En choisissant le duo Achille et Chiron, Regnault continue aussi à répondre à Vincent, plus particulièrement à son Alcibiade et Socrate de 1777. On a vu que Vincent mettait ainsi en scène la relation entre Louis XVI et son père. Pour Regnault, Vincent idéalise beaucoup la situation. Plutôt que le dialogue de deux philosophes, il interprète les échanges du père et du fils comme ceux de deux francs maladroits. Le centaure fait l’éducation d’Achille en bandant un arc imaginaire et en tenant sa flèche dans la main gauche dirigée vers les nuages. Il ne risque pas d’atteindre une quelconque cible de cette manière, au mieux peut-il blesser le ciel : Chiron ne serait qu’un blasphémateur selon Regnault (Achille/Louis XVI aura du moins retenu cette leçon comme le montre le pavillon de Bagatelle). En outre, sa main droite, comme on peut le lire dans Marlborough au Sallon, lui donne “l’air de se gratter la tête”, allure fort peu martiale. Quant à Achille, son arc et sa flèche sont bien réels mais au lieu de regarder sa cible, il détourne le regard pour observer la démonstration de Chiron d’un air circonspect. Ajoutons à cela qu’on a prédit à Achille qu’il mourrait jeune. Partir au combat dans ces conditions s’apparente donc à un suicide et la dépouille du lion vient en quelque sorte confirmer la prophétie. Évidemment, le sous-entendu grivois est présent aussi : tout ce qu’Achille a appris, c’est à bien bander, à bander comme un étalon même puisque Chiron est à moitié cheval.

La lyre déposée au premier plan rappelle que le centaure avait aussi enseigné la musique à son élève. Regnault semble ici suggérer qu’ils feraient bien de déposer les armes et de se contenter de pincer les cordes de la lyre, dont la forme rappelle les courbes féminines.

Le tableau a fait l’objet d’une caricature dans Marlborough au Sallon et elle ne fait qu’accentuer les moqueries déjà présentes chez Regnault.

Chiron ne tient même plus une flèche mais un bâton et surtout, son sabot écrase le pied d’Achille dont la jambe semble se changer en pierre sous la pression. En d’autres termes, c’est un peu le contraire de la légende de l’Achille invulnérable sauf au talon. Ici, on a un Chiron qui cherche à rendre Achille vulnérable en lui écrasant le pied. Quant à la draperie censée dissimuler l’intimité d’Achille, elle la découvre afin de bien montrer qu’il n’y a tout simplement rien à cacher.

La lyre n’est pas visible mais elle est rappelée à travers la légende “trop gratter cuit…” Chiron et Achille ne savent pas tirer, ils ne savent que gratter les cordes ou autrement dit, ils se contentent de se masturber. C’est également une référence à ce Chiron qui a l’air de se gratter la tête. Par ailleurs, le proverbe complet étant : “Trop gratter cuit, trop parler nuit.”, il s’agit d ‘une probable allusion à la querelle entre Louis XVI et Catherine II puisqu’il avait bercé cette dernière de belles paroles mensongères.

En 1798, Charles-Clément Bervic donna une version gravée du tableau de Regnault et les corrections qu’il y apporta montrent assez qu’il jugeait le peintre trop malveillant. Précisons d’emblée que Bervic était surtout connu pour avoir gravé le portrait de Louis XVI par Callet et que son Achille s’inscrivait donc naturellement dans la continuité de l’iconographie gravée du roi.

Bervic a notamment modifié la tête de Chiron, qui s’inspire désormais du Socrate de Vincent. Ainsi, le graveur revient à l’inspiration initiale du peintre mais pour en restituer la lettre et l’esprit que Regnault avait dévoyés. Chiron est également doté de deux flèches, ce qui lui permet de d’imiter la configuration de l’arc de façon plus vraisemblable. D’autre part, la racine qui se trouvait au-dessus de lui sur les rochers est devenue un serpent, représentation du Mal. La flèche de sa main gauche n’est ainsi plus seulement dirigée vers le ciel mais aussi vers le serpent qui est en train de quitter la scène.

  1. Voltaire, Essai sur la poésie épique, Œuvres complètes, t. X, Gotha, 1785, p. 383. []