Archives par mot-clé : Madame Elisabeth

La prétendue femme adultère et la bataille de Yorktown

Au Salon de 1781, outre la volonté de reprendre en main le récit sur la découverte de sa correspondance amoureuse1, Louis XVI voulait protester contre ce que l’Autriche et l’Angleterre lui avaient imposé : faire un nouvel enfant à la reine, ce à quoi il se refusait, pour pouvoir sortir honorablement de la guerre d’Indépendance américaine par un arrangement entre les belligérants qui serait concrétisé à la bataille de Yorktown, selon un modèle proche de ce qui s’était passé lors du siège de Calais2.

Là encore, Louis-Jean François Lagrenée se trouvait en première ligne.

Le premier tableau qu’il présenta au Salon était en effet : Préparatifs du combat de Pâris et Ménélas.

Le tableau est ainsi décrit dans le livret du Salon :

“Pâris ayant proposé un combat singulier contre Ménélas, Priam et Agamemnon se réunissent, et, par des sacrifices et des serments, jurent à l’autel de Jupiter d’être fidèles à remplir les conditions du traité, par lequel Hélène et toutes les richesses appartiendront au vainqueur.”

On pouvait y voir une métaphore des accords que Louis XVI avait été contraint d’accepter pendant l’été. Alors qu’il proposait une guerre régulière entre l’Angleterre et les nouveaux États d’Amérique, un combat singulier en d’autres termes, les autres souverains, en premier lieu Joseph II, avaient préféré négocier tels Priam et Agamemnon. Il y avait eu des sacrifices : en l’occurrence Louis XVI obligé de sacrifier sa politique et de s’enfoncer toujours plus avant dans son mariage Habsbourg. Il est ici représenté par le mouton que l’on s’apprête à sacrifier comme un nouvel Agneau mystique. Néanmoins, tout cela se faisait apparemment en son nom : il est aussi représenté par le Jupiter, statufié et donc impuissant, qui refuse de baisser les yeux sur ceux qui sont sur le point de le trahir. Ce Jupiter a d’ailleurs suscité des sarcasmes si l’on en croit l’auteur de Examen d’une critique intitulée : le pique-nique préparé par un aveugle. Il évoque les “plaisanteries malhonnêtes” qui ont été faites sur ce Jupiter.

La scène a vraisemblablement été l’une des inspirations du Patriotisme français de Wille, dont il a été question ici. Le Mercure de France insiste d’ailleurs sur le côté théâtral des personnages de cette guerre de Troie. On y lit :

“son Agamemnon est un acteur qui joue un rôle, et il a plutôt l’air de défier le dieu, que de faire un serment à ses pieds. […] Ce serment des deux rois ferait un beau motif pour un duo d’opéra.”

Mercure de France, 6 octobre 1781, p. 19.

Au demeurant, il faut se rappeler que Jupiter incite Agamemnon à faire la guerre dans le but de ne lui donner qu’une victoire de courte durée et qu’il s’efface finalement devant Achille. S’il ne devine pas les desseins du dieu, Agamemnon va néanmoins faire la guerre pour perdre, tout comme le corps expéditionnaire français en Amérique. Pour l’Amérique, ce n’est toutefois pas Jupiter qu’il faut mettre en cause puisque Lagrenée nous le montre impuissant.

La fumée à l’arrière-plan peut représenter l’écran de fumée qui a transformé la trahison de Yorktown en victoire française et les charges d’artillerie des canons de Gribeauval, auxquels on devrait prétendument cette victoire.

Pour se venger de ce qu’on lui imposait, Louis XVI voulait apparemment laisser penser qu’il avait refusé l’accord et que l’enfant que la reine portait n’était pas de lui mais de son frère, le comte d’Artois. Au moins, si l’enfant lui ressemblait trop pour qu’il puisse le renier, il y aurait une bonne raison à cela. Il n’en resterait pas moins que, si l’on restait en famille, la reine aurait commis l’adultère et que ce serait une faute qu’il pourrait retourner contre elle.

C’est notamment l’idée qui se dégage de La Visitation de la Vierge, toujours exposée par Lagrenée.

Louis-Jean François Lagrenée, La Visitation de la Vierge, huile sur toile, 1781, Musée du Prado.

De manière fort inhabituelle, deux hommes tapis dans l’ombre accompagnent la Vierge et sa cousine. A droite, un jeune homme s’appuyant sur un long bâton, symbole phallique, est sur le point de rejoindre les deux femmes en marchant d’un air décidé. C’est lui qu’il faut assurément prendre pour “l’inséminateur”. A gauche, un vieillard figurant peut-être le mari d’Élisabeth, le prêtre Zacharie, prend des notes. Il rappelle le Saint Jérôme de François-André Vincent3, mais il est cette fois tout vêtu de bleu. On peut y voir une représentation d’un père de l’Église, lui aussi entouré de fumée. Contrairement à Jérôme, qui voulait écrire pour le peuple, ce personnage-là envisage plutôt de l’enfumer en lui faisant croire que des femmes peuvent tomber enceinte des œuvres de Dieu.

Le choix de représenter la Visitation pouvait se justifier d’autant mieux que la cousine de la Vierge se prénomme Élisabeth et qu’Élisabeth, la sœur de Louis XVI, s’était trouvée malgré elle au cœur de ces négociations. En effet, si Louis XVI refusait de faire un nouvel enfant à Marie-Antoinette, Joseph II se plaisait à mentionner l’idée d’épouser Élisabeth, ce qui lui permettrait de concrétiser lui-même l’héritage dynastique Bourbons-Habsbourg.

Ce qui laisse supposer que “l’inséminateur” devait être pris pour le comte d’Artois, c’est le fait que depuis le mariage de Marie-Antoinette, ce dernier s’attachait à lui créer une réputation de galanterie en se faisant passer pour son amant, mais ici c’est surtout le fait que le tableau est donné dans le  livret comme appartenant au marquis de Sérent, “gouverneur de Monseigneur le duc d’Angoulême”, le fils du comte d’Artois.

Enfin, en mettant en scène deux femmes enceintes, Louis XVI annonçait aussi sa volonté de réitérer le procédé auquel il avait eu recours lors de la naissance de Madame Royale : faire un enfant à sa maîtresse et l’échanger avec celui de la reine4.

Il ne manquait pas de prendre des précautions pour préparer le public à cette éventualité : d’une part en laissant penser que l’enfant de la reine était le fruit d’un adultère, comme on vient de le voir et d’autre part, en rappelant que c’est la reine elle-même qui avait encouragé le roi à prendre une maîtresse. C’est du moins ce dont témoigne la correspondance de l’ambassadeur d’Autriche Mercy-Argenteau, qui écrivait, le 19 novembre 1777, qu’il est arrivé que la reine dise : “qu’elle ne serait ni en peine ni bien fâchée que le roi prît quelque inclination momentanée et passagère, attendu qu’il pourrait acquérir de là plus de ressort et d’énergie.” De la même manière, Joseph II s’était complu à se moquer de son beau-frère en prétendant qu’il “ne savait pas décharger” et “qu’il faudrait le fouetter pour le faire décharger de colère comme les ânes.”5 On n’allait tout de même pas lui reprocher à présent d’avoir su si bien su décharger dans sa maîtresse.

Tout cela était synthétisé dans un autre tableau de Lagrenée du Salon de 1781 : Sara, femme d’Abraham, n’ayant point d’enfants, présente à ce patriarche sa servante Agar.

Louis-Jean François Lagrenée, Sara et Agar, huile sur toile, 1781, Collection Horvitz, Flickr/Thomas Hawk.

Louis XVI imputait ainsi à Marie-Antoinette la responsabilité d’avoir elle-même mis Marie-Philippine Lambriquet dans son lit.

  1. Voir billet précédent []
  2. Voir L’Intrigant p. 189-192 et ce billet []
  3. voir ce billet []
  4. Voir ce billet []
  5. Voir L’Intrigant, p. 147 et 149. []

Les débuts de Marie-Antoinette en vestale

Nous avons déjà abordé la représentation de Marie-Antoinette en vestale précédemment. Il s’agissait en réalité d’une représentation ambiguë puisque la vestale pouvait surtout être perçue comme Iphigénie ou comme Salomé selon la version de l’œuvre qui était considérée. Voir articles suivants :  1, 2, 3.

Mais Marie-Antoinette a affectionné les représentations en vestale très tôt, quasiment dès son avènement. Puisque la vestale était censée rester vierge, sous peine de mort, on peut comprendre qu’elle ait voulu tirer avantage de cette représentation pour défendre sa vertu alors qu’on lui faisait une réputation de femme légère. Toutefois, il y a aussi quelque chose de paradoxal dans cette représentation pour une reine de France : son premier rôle consistait à concevoir un héritier. Ainsi, en défendant sa vertu, Marie-Antoinette envoyait aussi une pique à son mari : comme les vestales, elle restait vierge mais c’était bien malgré elle, et pour la seule raison que son mari refusait de la toucher.

Le premier de ces portraits pourrait être celui attribué à Charles Leclercq, artiste bruxellois. Il a été vendu chez Tajan le 19 juin 2018.

On en connaît deux autres versions, dont celle-ci, vendue comme une œuvre de Jean Frédéric Schall à Monaco chez Sotheby’s, le 26 novembre 1979.

Plusieurs choses méritent d’être notées. D’une part, on voit au premier plan une oenochoé, ce qui est peu courant chez les vestales et renvoie plutôt à la déesse de la jeunesse, Hébé, l’échanson des dieux. Il pourrait s’agir d’un rappel du portrait de Marie-Antoinette en Hébé par Drouais, quand elle était encore dauphine, en 1773. Il s’agirait alors de faire comprendre au spectateur que sa situation maritale n’avait pas évolué depuis cette date et qu’elle était toujours vierge.

François Hubert Drouais, Marie-Antoinette en Hébé, 1773, commande de Louis XV, huile sur toile, musée Condé de Chantilly.

 

De la même manière, on remarquera que mettre au premier plan un contenant destiné à recueillir un liquide n’est peut-être pas la meilleure manière d’entretenir un feu sacré. Ainsi, l’oenochoé pourrait aussi signifier que la reine n’attendait que la première occasion d’éteindre ce feu sacré afin de pouvoir se consacrer pleinement aux feux de l’amour de son mari.

La solution de cette énigme se trouve peut-être dans le fait que deux feux sont représentés. Il y en a tout d’abord un à la droite de l’œuvre, vers lequel le bec de l’oenochoé est tourné. C’est celui-là qui serait le feu de la vestale, celui qui est destiné à être éteint. La reine se tourne quant à  elle vers un autel, qui rappelle un autel de l’hymen, qu’elle décore de fleurs. Or les fleurs représentent la séduction, elles cherchent à attirer les insectes pour pouvoir se reproduire. En conséquence, nous sommes bien face à une vestale malgré elle, une vestale qui ne demande qu’à délaisser le feu sacré pour pouvoir retourner à sa seule préoccupation véritable : entretenir le feu de l’hymen.

La sœur de Louis XVI, Madame Élisabeth, s’est également faite représenter en vestale par le même artiste. Il est regrettable que nous ayons peu d’information sur ce portrait. Ces œuvres n’étant pas datées, il est difficile de savoir quelle fut la première des deux princesses à faire ce choix. Il est fort possible qu’il s’agisse d’Élisabeth car la représentation en vestale seyait mieux à sa situation. En tant que princesse célibataire, Élisabeth était censée être vierge et le rester jusqu’au mariage.

Dans ce portrait, on voit bien que le feu de l’autel de l’hymen est éteint. La jeune fille y a déposé une rose, signe que sa virginité était toujours à prendre. Un livre, qu’elle était en train de lire, y repose également. A ses pieds, un chien symbolise sa fidélité à sa famille et ce n’est qu’en arrière-plan que brûle le feu de la vestale.  Marie-Antoinette a peut-être voulu singer ce portrait pour signifier que Louis XVI la traitait comme si elle était sa sœur et non sa femme.

Un autre portrait de cette série de Leclercq mérite notre attention. Souvent donné comme un portrait de Marie-Antoinette, on voit bien que le modèle ne correspond pas à la Marie-Antoinette du premier portrait. A bien y regarder, on ne reconnaît pas vraiment Élisabeth non plus, contrairement à ce que j’avais supposé dans un premier temps.  Pourrait-il s’agir de la comtesse d’Artois, qui se fit représenter par Leclercq dans les années 1780 ? Dans ce cas, il s’agit d’un portrait incontestablement ironique.

Face à quel feu sommes-nous ? La jeune femme se tient face à un autel chargé de fleurs dans tous les sens. Or, comme nous l’avons dit, la fleur représente la séduction. Rappelons que la rumeur courut que la comtesse d’Artois avait pris pour amant l’un de ses gardes du corps et qu’elle aurait accouché d’un enfant de lui le 4 avril 1784.

Un profil est également représenté sur l’autel. Il pourrait s’agir de la comtesse de Provence ou plus probablement de Clotilde, l’autre sœur de Louis XVI, qui s’était mariée en Piémont avec le frère des comtesses de Provence et d’Artois. Ainsi, l’autel serait surtout le signe du dévouement à la Maison de Savoie. Les Savoyardes auraient subverti Louis XVI pour l’inciter à marier sa sœur en Savoie et s’éloigner encore un peu plus de l’Autriche.

Le modèle représenté tient également une coupe, qui apparaît comme le pendant de l’oenochoé. Marie-Antoinette sert les dieux, comme le faisait Hébé, mais c’est la comtesse d’Artois qui récolte et qui boit dans la coupe le nectar versé par Marie-Antoinette.

Notons pour finir que ce tableau n’est pas sans rappeler un portrait de Marie-Antoinette par Vigée Le Brun. La robe du modèle est une quasi-copie de la robe de Marie-Antoinette, à moins que ce portrait soit antérieur au Vigée Le Brun et que ça ne soit le contraire.

Élisabeth Vigée Le Brun, Marie-Antoinette, huile sur toile, 1778, Kunsthistoriches Museum, Vienne.

Ce portrait est intéressant à plus d’un titre. Tout d’abord, nous retrouvons la robe blanche qui rappelle la vestale. De la même manière, la reine tient une rose devant son entrejambe, signifiant que sa rose restait toujours à cueillir et qu’elle était donc toujours vierge. La composition a dû être élaborée au tout début de 1778, alors que Marie-Antoinette n’était pas encore enceinte. Outre le blanc, elle souligne sa vertu en couvrant sa gorge d’une palatine. Toutefois, si elle est vertueuse, il y a bien un libertin dans l’affaire. Les fleurs de la séduction se trouvent à côté de la couronne. Mieux encore, il s’agit de roses et de lilas, comme dans la chanson qui clame “vive la rose et le lilas” et qui parle d’un amant libertin. La fleur-de-lys de la couronne, le lilas et le sceptre du bas-relief représenté pointent tous dans la même direction :  un buste du roi. De fait, à cette période, Marie-Philippine Lambriquet était enceinte de Louis XVI. Dans ce tableau destiné à être envoyé à l’impératrice Marie-Thérèse, Marie-Antoinette rendait des comptes à l’Autriche : si elle n’était pas enceinte, ce n’était pas sa faute à elle, mais parce qu’elle avait épousé un libertin qui se faisait passer pour vertueux.

Pour finir, rappelons que la robe blanche de la vestale aura encore du succès en 1784 puisque, pour la fête du 21 juin donnée en l’honneur de la délégation suédoise à Trianon, la reine demanda à tous les invités de se vêtir en blanc, à un moment où Louis XVI et Gustave III tentaient encore de la prendre en défaut sur sa vertu.